dimanche 31 août 2014

Peut-on encore aller aux messes de Mgr Perez de Garden Grove (Los Angeles) ?

Our Lady Help of Christians - Garden Grove (Los Angeles)


Introduction

La lettre à un soldat inconnu de la Résistance interne de l’abbé Chazal mentionne par erreur Mgr Perez parmi les amis de la Résistance. Au moment où il a écrit cette lettre, l’abbé Chazal ne connaissait pas la véritable personnalité de Mgr Perez. L’abbé Pfeiffer non plus. De notre côté, nous connaissions davantage Mgr Perez, mais nous avons publié cette lettre trop rapidement, sans réfléchir.

Nous avions en effet appris, depuis déjà quelques mois, que le 28 août 2011 M. l’abbé Perez avait reçu à Garden Grove, (banlieue de Los Angeles), en sa chapelle Our Lady Help Of Christians, Mgr Joseph Mar Thomas, évêque de l’Eglise catholique syro-malankare, pour présider une cérémonie le faisant entrer dans l’Ordre souverain de Saint Jean de Jérusalem.

Mgr Joseph Mar Thomas est évêque de Bathery, dans le Kerala, état de l’Inde. Il ne faut pas le confondre avec Mgr Joseph Mar Thoma (pas de « s » à la fin de son nom), qui, lui aussi est dans le Kerala, mais est protestant.

C’est après cette cérémonie du 28 août 2011 en présence de Mgr Joseph Mar Thomas que Monsieur l’abbé Perez, après avoir promis obéissance au Grand Maître Barry Garland, s’est appelé Monseigneur. Ici, le titre de Monseigneur est un titre honorifique : cela ne signifie pas que Mgr Perez est évêque, mais qu’il est aumônier de l’ordre de Malte.

Nous aurions donc dû réfléchir que la publication du nom de Mgr Perez parmi les membres de la Résistance s’opposait au principe du nullam partem avec les modernistes, du fait des liens étroits de cet Ordre de chevalerie avec un évêque accrédité par le pape et du fait de l’invitation de cet évêque et de personnes 'Ecclesia Dei’ par l’abbé Perez.
Ce n’est que vingt-quatre heures après que nous avons pleinement réalisé notre erreur. Nous avons donc écrit à l’abbé Chazal, puis à l’abbé Pfeiffer et enfin à Mgr Perez lui-même pour leur exposer le problème et voir comment nous pouvions faire. Mgr Perez ne nous a pas répondu. Nous avons réalisé alors l’étude ci-dessous sur Mgr Perez et nous l’avons envoyée à l’abbé Chazal, afin qu’il réfléchisse sur documents, étudie si l’on pouvait faire quelque chose à propos de Mgr Perez et en parle avec l’abbé Pfeiffer. L’abbé Chazal a écrit à Mgr Perez pour voir s’il était possible de le faire changer. Mgr Perez lui a répondu, mais malheureusement, il ne semble pas enclin, pour l’instant, tout au moins, à changer d’orientation. 

L’abbé Chazal et l’abbé Pfeiffer se sont donc concertés. Puis l’abbé Chazal nous a écrit sa position qui est la suivante : si Mgr Perez était dans son district d’Austrasie, il interdirait à ses fidèles d’aller à la messe chez Mgr Perez et il leur proposerait d’ouvrir un centre de messe de la Résistance. 

Par contre, à notre grande tristesse, l’abbé Pfeiffer, que nous estimons toujours beaucoup pour sa conduite héroïque lors de la crise de la Fraternité en 2012, refuse de condamner Mgr Perez et refuse pour l'instant de proposer quoi que ce soit aux fidèles qui voudraient le quitter. Saint Thomas d’Aquin dit pourtant que lorsqu’il y a un danger pour les âmes, il faut le dénoncer en public mais malheureusement, l'abbé Pfeiffer ne voit pas ce danger, tout au moins pour l'instant. Il est vrai qu'en raison de la difficulté de la traduction de cet article en anglais et du volume de travail que cela représentait pour nous, nous n'avons pas pu le traduire pour l'abbé Pfeiffer comme nous le souhaitions initialement. Il y a donc de nombreux détails sur Mgr Perez que l'abbé Pfeiffer ne connaît probablement pas encore ; nous espérons que lorsqu'il les connaîtra, il changera d'avis.
Voici ce qu’enseigne Saint Thomas, (IIa IIae question 33 article 7 )
« […] Les péchés sont en effet ou publics ou secrets. S'ils sont publics, il n'y a pas seulement à procurer un remède à celui qui a péché, pour le rendre meilleur, mais aussi à tous ceux qui en ont eu connaissance, afin d'éviter qu'ils ne soient scandalisés. De tels péchés méritent donc des reproches publics, selon cette parole de S. Paul (1 Tm 5, 20): "Le coupable, reprends-les devant tout le monde, afin que les autres en éprouvent de la crainte." Ce qu'il faut entendre des péchés publics, comme S. Augustin en fait la remarque. »
« Aux péchés secrets paraît au contraire s'appliquer la parole du Seigneur (Mt 18, 15) " Si ton frère a péché contre toi... " En effet, s'il t’avait offensé publiquement devant d'autres, il aurait également péché contre eux, en les troublant. Mais parce que même des péchés secrets peuvent blesser le prochain, il faut encore distinguer :
Il y a en effet des péchés secrets qui sont nuisibles au prochain, corporellement ou spirituellement ; quand par exemple quelqu’un traite secrètement pour livrer la ville aux ennemis ; ou lorsque, en privé, un hérétique détourne de la foi. Parce que celui qui pèche ainsi en secret ne s'en prend pas seulement à toi, mais également aux autres, il faut immédiatement procéder à une dénonciation, pour empêcher le mal ; à moins qu'on ait de bonnes raisons de croire qu'on pourra atteindre aussitôt ce résultat par une admonition secrète. […] » (fin de citation) 

Il est intéressant de noter que Saint Thomas enseigne que lorsqu’un péché est secret, il faut quand même le dénoncer publiquement, s’il nuit corporellement ou spirituellement au prochain. C’est une règle de conduite utile à connaître pour nous. 

Cependant, dans le cas de Mgr Perez, il s’agit d’une mauvaise action publique propre à scandaliser les fidèles. C’est donc la première partie de la citation de Saint Thomas qui s’applique. 
Il faut donc dénoncer Mgr Perez publiquement puisqu’il a scandalisé les fidèles en recevant avec honneur dans sa chapelle un évêque moderniste (Mgr Joseph Mar Thomas) et puisqu’il a a publiquement prêté allégeance à un laïc Ecclesia Dei, Barry Garland. C’est la raison pour laquelle nous écrivons cet article. La FSSPX, à la suite de Mgr Lefebvre, a toujours considéré de son devoir de dénoncer publiquement les prêtres de la mouvance Ecclesia Dei et elle a toujours interdit à ses fidèles d’aller à leur messe… [C’était vrai du moins jusqu'à récemment. A présent, il y a de plus en plus de graves manquements qui sont faits à cette règle, au sein de la FSSPX.] Si donc nous avons tant tardé à publier cet article, c’est parce que nous avons essayé à plusieurs reprises de convaincre l'abbé Pfeiffer. Prions pour lui et pour tous nos prêtres.

Nous verrons dans cette étude qu’en fait, Mgr Perez est allé plus loin que Mgr Fellay et qu’il a déjà effectué sa reconnaissance canonique en prêtant allégeance aux chevaliers OSJ (Ordre souverain de Saint Jean de Jérusalem) en août 2011. Depuis août 2011, Mgr Perez fait donc entièrement partie de l’Eglise officielle. Nous l’assimilons donc entièrement à la Fraternité Saint Pierre ou à un autre institut Ecclesia Dei. Nous verrons que du fait de ses liens avec les modernistes, Mgr Perez agit à l’opposé du principe du nullam partem qui interdit de pactiser avec les modernistes (NB : le modernisme est une hérésie) et qu’à ce titre, il doit être fui, car il fait le contraire de la doctrine enseignée par Saint Jean et Saint Paul.

Qui est Mgr Perez ?

Voici ce que l’on peut lire sur le forum Ecclesia Dei Fisheaters




: M. l’abbé Perez a été ordonné prêtre par le cardinal Stickler en 1993, pour l’Institut du Christ-Roi. Il a travaillé pour eux en Espagne, en France et en Italie. Il a été vice-recteur de leur séminaire de Gricigliano en Italie. Mgr Perez a toujours célébré la messe du missel de 1954, paraît-il [ndlr : même le jeudi saint à la messe chrismale ? Nous ne le savons pas]. 

D’après ce que rapporte Mgr Perez, il a été mis de côté par l’Institut du Christ-Roi suite aux machinations d’un prêtre qui est d’ailleurs allé par la suite en prison. L’Institut du Christ-Roi a isolé l’abbé Perez et lui a dit d’attendre une mutation qui n’est jamais venue. Les supérieurs du Christ-Roi n’ont pas répondu à ses courriers envoyés à Florence et, de guerre lasse, voyant que c’était le silence complet, l’abbé Perez est parti. Il est intéressant de savoir que ce n’est pas lui qui a voulu couper avec l’Institut du Christ-Roi en raison d’une incompatibilité de vues. Non. C’est plutôt l’Institut du Christ-Roi qui l’a abandonné.

Il a rejoint ses parents à Los Angeles. Là, il a rencontré l’abbé Schell. Ce prêtre, refusant de distribuer la communion dans la main, avait fondé une chapelle puis une école, avec des fidèles convaincus. Il était ami de la Fraternité saint Pie X. En 2002, il a passé la main à l’abbé Perez qui a 700 fidèles actuellement. L’abbé a avec lui trois ou quatre autres prêtres qui sont d’anciens prêtres novus ordo qui célèbrent aujourd’hui la messe de Saint Pie V et qui sont pieux, font de bons sermons apparemment (sauf deux réflexions que nous avons vues. Nous n’avons pas tout lu sur le site). Aucun de ces prêtres n’a été réordonné sous condition.

Il est intéressant de noter que l’un de ces prêtres, Fr Stephen Galambos O.F.M est un Franciscain (apparemment un Franciscain de l’Immaculée, sous toute réserve. Le fidèle de Fisheaters dit qu’il est de l’« Immaculate Conception Province »), arrivé aux alentours de 2010 à Garden Grove. Selon ce fidèle, il a la permission de son supérieur pour rester avec Mgr Perez afin de découvrir le monde de la Tradition. Mgr Perez est donc considéré comme politiquement correct par l’Ordre franciscain en question.

Mgr Perez : entre la Résistance et la FSSPX

Suite au sermon catastrophique de Mgr Fellay à Winona le 2 février 2012, Mgr Perez qui avait été un prêtre ami de la Fraternité Saint Pie X depuis le début de son apostolat à Garden Grove, dans la continuité de son prédécesseur Fr Schell (confirmations faites par la FSSPX), a été en froid avec Mgr Fellay. Cependant, il semblerait que ce ne soit pas principalement pour les mêmes raisons que nous, si l’on en juge d’après un article de l’abbé Sretenovic, prêtre travaillant avec Mgr Perez à Garden Grove, article posté sur Tradition in action. Si Mgr Perez pense comme l’abbé Stretenovic de Garden Grove, le différend avec la FSSPX est surtout dû à des réflexions culpabilisantes que Mgr Fellay a faites durant ce sermon sur les prêtres indépendants qui étaient vagus, ce qui était très ennuyeux apparemment pour Mgr Fellay. Or, s’il est vrai que Mgr Fellay a porté un jugement erroné à ce sujet(1), cependant le point le plus grave du sermon était le fait qu’il affirmait que nous acceptions Vatican II à la lumière de la Tradition. L’article de l’abbé Sretenovic posté sur Tradition in action n’a pas abordé le problème.

(1) [Note : on doit se moquer d’être vagus quand c’est pour la défense de la vérité. Si Mgr Charrière avait refusé d'approuver provisoirement la constitution de la FSSPX en 1970, Mgr Lefebvre aurait quand même dû passer outre son interdiction. Il aurait été alors à bon droit autant vagus que ces prêtres indépendants. Non seulement il aurait été parfaitement dans son droit, mais bien plus cela aurait été son devoir le plus strict de désobéir – salus animarum, suprema lex-- Être vagus n'est donc pas un problème, quand c'est en raison d'une persécution pour la défense de la vérité. Mgr Fellay a donc tort de culpabiliser les prêtres vagus dans ce sermon.]

Mgr Perez a accueilli chez lui avec affabilité les abbés Pfeiffer, Chazal et Mgr Williamson. Il a tenu des propos très traditionnels et tout à fait dans la ligne de la Résistance, aux dires de ces abbés. D’après le fidèle de Fisheaters, Mgr Perez attend que Rome se convertisse pour opérer un rapprochement et il ne désire avoir aucun rapport avec l’évêque diocésain tant que cette conversion de Rome n’est pas arrivée. Le 7 janvier 2013 ce fidèle de Garden Grove écrit que Mgr Perez semble soutenir davantage Mgr Williamson que Mgr Fellay. Mgr Williamson est encore venu dire la messe et prêcher chez Mgr Perez, le 25 février 2014, d’après une annonce postée sur Cathinfo le 24 février 2014.

Mais Mgr Perez semble se rapprocher de nouveau de la FSSPX puisqu’un contingent de fidèles de Garden Grove est allé recevoir la confirmation à Arcadia, le 25 mai 2014, aux dires d’un fidèle de Mgr Perez. Le 28 février 2014, ce fidèle écrit :

Quant aux confirmations, la Fraternité Saint Pie X les fait à Arcadia, cette année, le 25 mai et Monseigneur [Perez] a annoncé que nous devions nous inscrire pour cela à Our Lady Help of Christians. (…) Un groupe de OLHC va aller à Arcadia pour les confirmations en Mai (…)

On peut voir aussi sur le site OLHC de Mgr Perez une publicité datant de février 2014 pour des retraites de Saint Ignace et les camps d’été offerts par la Fraternité saint Pie X :

“2014 SSPX Retreats St. Aloysius Gonzaga Retreat Center, 19101 Bear Creek Rd., Los Gatos, CA 95030 (408) 354-7703: Woman’s Schedule: Mar 31-Apr 5, May 12-17, Jun 16-21 (teachers), Aug 18-23, Sep 29-Oct 4, Nov 10-15, Dec 4-7. Men’s Schedule: Mar 10-15, Apr 21-26, Jun 2-7, Sep 8-13, Oct 20-25, Dec 18-21. Girl’s Camp (ages 8-15): Jun 26-Jul 6. Boy’s Camp (Redwood, CA): Jul 20-Aug 3”

Un peu plus bas, il y a une publicité pour acheter le calendrier des Bénédictins de Silver City (ceux qui ont chassé Dom Raphael Arizaga) :

“2014 Desk Calendar Per Monsignor’s suggestion (in the spirit of obedience) please purchase your 2014 Desk Calendar from our Benedictine Monks at Our Lady of Gualadupe Monastery. ONLY $20. Supplies are limited. Available at our OLHC Gift Shop »

On peut donc conclure qu’actuellement Mgr Perez, tout en étant affable avec nos prêtres, n’a pas pris position clairement pour la Résistance et qu’il semble même se tourner de nouveau vers la Fraternité Saint Pie X, depuis le mois de février 2014. 

L’abbé Pfeiffer et l’abbé Chazal disaient jusqu’à présent aux fidèles d’Arcadia de ne plus aller à la chapelle de la Fraternité saint Pie X mais d’aller chez Mgr Perez… Mais paradoxalement, Mgr Perez envoie officiellement depuis février 2014 ses fidèles à la FSSPX d’Arcadia pour la confirmation et il conseille les retraites et les camps de la Fraternité Saint Pie X, ainsi que les calendriers des bénédictins qui ont chassé Dom Rafael. La situation est donc confuse. 

Mgr Perez tient un discours apparemment bien traditionnel :
Contre le missel de 1962 :

Mgr Perez a écrit sur Tradition in action le 11 septembre 2007 un article très intéressant et assez convaincant à notre avis, sur le fait qu’il était meilleur de rejeter le missel de 1962, étant donné que Saint Pie V dans sa bulle Quo primum avait promis une malédiction à quiconque changerait les mots du missel par lui édité et étant donné que les changements opérés en 1962 avaient été effectués par le franc-maçon Bugnini. Sur ce point, M. l’abbé Perez est plus strict et plus traditionnel que nous et il nous semble qu’il a probablement raison. Mgr Lefebvre, lui, interrogé sur cette question, suite au départ du groupe des neuf au début des années 80, avait tranché en disant qu’il fallait obéir au pape quand il ne demandait pas des changements peccamineux. C’est un sujet intéressant qui demanderait une étude plus approfondie, mais qui ne touche que des aspects secondaires de la liturgie et non la foi (le missel de 1962 n’est pas le novus ordo). Nous le considérons donc comme secondaire pour l’instant. 

Mentionnons toutefois que Mgr Perez a défendu de nouveau cette thèse devant les abbés Chazal et Peiffer, ce qui a bien impressionné l’abbé Chazal qui a vraiment eu l’impression d’un prêtre très traditionnel à tous points de vue, excepté le fait qu’il ne se faisait pas réordonner sous condition. Mais il n’a pas abordé ce point avec Mgr Perez à ce moment-là. Il l’a abordé depuis, mais Mgr Perez pour le moment ne souhaite pas changer de conduite, ni se faire convalider (c’est-à-dire réordonner sous condition).

Sur le site de Our Lady Help Of Christians, Mgr Perez publie certains sermons. Nous en avons lus quelques-uns qui nous ont paru de très bonne doctrine :


« Si vous allez à une paroisse novus ordo même pour la Messe en latin, vous acceptez le modernisme ; vous acceptez Vatican II ; vous acceptez la canonisation de Jean-Paul II et de Jean XXIII, juste en étant là ! Juste en étant là ! Vous dites : Oh ! je peux juste aller là-bas à la messe et ensuite partir. Non (… ) » etc. 

Il parle contre les instituts Ecclesia Dei : 

- sermon du 22 mai 2011, à propos du livre de l’abbé de la Rocque sur la fausse béatification de Jean-Paul II. Il fait l’éloge du livre de l’abbé de la Rocque puis il dit : « (…) Se taire, c’est consentir. (…) Il y a une chose à laquelle j’ai pensé : remercier Dieu pour la Fsspx. (…) la FSSP pourrait-elle offrir ce livre au public ? L’Institut du Christ-Roi l’aurait-il pu ? Est-ce qu’une organisation Ecclesia Dei quelle qu’elle soit l’aurait pu ? Hum, hum… Mais l’auraient-elles dû ? Oui. Leur silence est un consentement.»
(Deux semaines avant la venue de Mgr Joseph Mar Thomas). Il dit que si l’on appartient à l’Institut du Christ-Roi on est obligé de se taire et qu’on ne peut pas critiquer Vatican II alors que Vatican II doit être critiqué, parce qu’il contient des hérésies. Il précise que lui, Mgr Perez, est libre de dire cela, parce que l’évêque ne peut pas le jeter hors du diocèse :
You know, there are theological problems with Vatican II. There are theological problems with the new Mass. I am free to say that, because the bishop isn’t going to throw me out of the diocese. Mind you, he would have done it already if he could. But he’s not going to come — he may send hit men (Father laughing) but that’s as much as he could do, either kill me or nothing.
Il ajoute que la Fraternité saint Pierre ne doit être soutenue en aucun cas. 
Cette phrase : « je suis libre de dire cela parce que l’évêque ne va pas me jeter hors du diocèse » est cependant ambiguë. Nous y reviendrons.
- L’abbé Chazal affirme que pendant sa visite à Mgr Perez, celui-ci a critiqué les instituts de la mouvance Ecclesia Dei.
Mgr Perez affirme le devoir de s’élever publiquement contre les fausses canonisations :
Le 14 août 2013, il affirme de nouveau que rester silencieux sur les fausses canonisations est « participer à un scandale et à l’hérésie ». Il dit cependant que le sédévacantisme n’est pas une solution. 
On comprend donc qu’avec de tels discours, les membres de la Résistance se soient trompés et aient cru de bonne foi que Mgr Perez était vraiment très bien.

- On trouve un sermon contre François (appelé le « pape actuel ») et contre Benoît XVI qui sont nommés modernistes. Benoît XVI a été également été accusé de vouloir canoniser Vatican II en béatifiant Jean-Paul II. Benoît XVI a été critiqué une ou deux autres fois.
Pour décrire de façon plus complète Mgr Perez, si l’on en croit un témoignage de Cathinfo, p. 3 de ce fil, c’est un homme qui a une forte personnalité, assez attachante, semble-t-il, sachant faire rire, avec une présence naturelle. Certains disent qu’il a la carrure d’un évêque et il a même été surnommé « le pape » par d’autres, car il est le maître, dans son petit univers de Garden Grove. 
L’abbé Chazal l’a perçu à l’époque de sa visite chez lui comme un bon prêtre zélé et a bien apprécié également l’abbé Stretenovic. Il n’a pas rencontré les autres prêtres de Garden Grove.

1er aspect du problème de conscience
la venue de l’évêque moderniste Mgr Mar Thomas et les relations entretenues avec lui.
Rappel : Le problème que nous abordons à présent était inconnu des abbés Pfeiffer et Chazal jusqu’au mois de février 2014. 

Les choses se sont gâtées le 21 août 2011, lorsque l’abbé Perez a demandé à l’abbé Stephen de préparer les fidèles à la venue d’un évêque conciliaire, Mgr Joseph Mar Thomas. L’abbé Stephen a donc parlé au nom de Mgr Perez. Voici comment il présente la venue de l’évêque. La traduction française suit la capture d’écran en anglais.




Traduction :

Nous mettons en rouge et en gras les passages du sermon qui seront commentés.

Au nom du Père, du Fils, et du Saint-Esprit. Amen.

Monsieur l’abbé Perez m'a demandé de porter ceci à votre attention - j'ai vérifié le bulletin et je n'ai rien vu à ce sujet dedans, donc il est d'autant plus important que je ne manque pas de vous dire ce qui suit :

Dimanche prochain, la messe de 10 heures sera une grand'messe. Un évêque de Malte [NDLR : l’abbé fait une erreur, il n’est pas de Malte mais dirige spirituellement l’ordre de Malte (OSJ) de Barry Garland] visitera cette humble chapelle. Et après la messe de 10 heures offerte par l’abbé Perez, l'évêque fera une cérémonie. [NDLR : C’est vague. Quelle cérémonie ?] A la place de la troisième messe de 12h30, l'évêque va célébrer le Saint Sacrifice selon son rite. Vous savez, dans l'Église catholique romaine, il y a des églises, des églises sœurs pour ainsi dire, parce qu'elles appartiennent à l'Église Mère, et ces rites sont valides et ils sont en union avec l'Église romaine principale, qui est l'Eglise catholique, apostolique et romaine. Le pape réside et gouverne sur chacune de ces églises, par la grâce de Dieu. Non seulement sur l'Église catholique romaine, mais sur ces églises-sœurs, et j'ai choisi ce mot d’église-sœur parce que je pense que c'est le seul cas où cette expression est appropriée. En dehors de l'Eglise, ce n'est pas approprié. Il n'y a pas d'église à l'extérieur de l'église donc on ne peut les appeler des églises sœurs. Mais dans l'Eglise catholique ces différents rites qui s’épellent, r - i - t - e, pas r - i - g - h - t ou tout autre sorte l'orthographe. Le r - i - t - e, c’est-à-dire « rite », est une forme de culte. Celui-ci revêt diverses formes au sein de l'Église Mère. 

Donc, l'Église byzantine, que certains appellent l'Église gréco-catholique ou aussi les Maronites, et aussi le rite de Malte, ou plutôt, je pense que je me trompe [NDLR : oui, il se trompe], je pense que cela se nomme autrement, cela s'appelle le rite syro-malankare, qui est en Inde, et je pense que l'évêque travaille ou dirige les Maltais. [NDLR : Pas les Maltais. L’Ordre de Malte] Donc le rite, sera un rite valide, reconnu par l'Église catholique romaine et le pape. Et vous aurez le privilège de voir comment un autre rite est célébré validement aux yeux de l'Église. Donc la troisième messe sera selon le rite que l'évêque va offrir.

[annonce d’un repas tiré du sac]. Donc, ce devrait être une belle journée et nous allons sans doute devenir plus conscients du mot catholique, qui signifie universel, plus conscients de notre vocation catholique. Notre foi depuis le début a été appelée catholique. 

(…) Donc, nous prions pour que notre identité catholique soit plus profondément enracinée en nous selon l'esprit et de l'intention de Dieu Lui-même. Et qu'elle ne soit pas édulcorée. Nous ne confondons pas les rites. (…) je ne dois pas mélanger un autre rite, du rite Novus Ordo, ou toute autre rite avec celui que je célèbre ici. On ne peut pas les mélanger. Ils doivent être purs. Dans cet esprit, je tiens donc à rappeler à chacun de vous d'approfondir les vérités et de s'accrocher à la vérité, selon l'esprit, la conception et le désir de Dieu Lui-même afin que nous n’allions ni à gauche et à droite, mais dans le sens où Jésus nous appelle tous, ainsi que tous les papes jusqu'à une époque récente (…)

Commentaire :
1. - La cérémonie est annoncée de façon imprécise, on ne sait pas de quelle cérémonie il s’agit. Pourquoi l’abbé le cache-t-il ? De deux choses l’une : soit parce qu’on lui a dit de le cacher, soit qu’on le lui a caché à lui aussi. Pourquoi tant de mystère ? Pour empêcher les réactions des fidèles les plus traditionnels, à notre avis.

2. - L’identité de l’évêque est présentée avec des erreurs, à la dernière minute, une semaine avant qu’il arrive. L’ordre de Malte n’est pas mentionné. 

3. - Rien sur ce sujet n’est dans le bulletin paroissial. 
On a la sensation, soit de précipitation et d’imprévu, soit d’un évènement qui était prévu depuis longtemps mais qu’on a voulu annoncer à la dernière minute et par personne interposée, pour éviter des réactions. Il est clair que normalement cela aurait été à l’abbé Perez de faire cette annonce. Le dimanche précédent, 14 août 2011, le ton de Mgr Perez était pourtant très traditionnel et sûr de lui : « je suis libre de dire cela parce que l’évêque ne va pas me jeter hors du diocèse », a-t-il dit. A-t-il reçu une pression forte suite à ce sermon ou bien a-t-il prononcé ce sermon traditionnel en prévision de ce qui allait se passer, pour donner le change ? Nous ne le savons pas. Mais une chose est sûre : cette annonce de la venue de l’évêque aurait normalement être annoncée longtemps à l’avance par Mgr Perez, avec précision. Il y a donc quelque chose… Quoi ? 
Il faudrait savoir si Mgr Perez était déjà dans cet ordre de Malte avant le 28 août 2011 ou non. Mgr Mar Thomas est-il venu pour le faire passer du niveau aspirant au niveau aumônier ou bien pour le faire entrer dans l’Ordre ? (Certains mots du sermon de Mgr Perez qui va suivre le dimanche suivant laissent à penser qu’il était peut-être déjà dans l’ordre, au moins en tant qu’aspirant. Mais nous n’en sommes pas certains.)

4. - Le ton de l’annonce est révérencieux : cf. l’expression « humble chapelle ». L’abbé veut donner l’impression que c’est un honneur de recevoir cet évêque. C’est étrange quand on sait ce que Mgr Perez et ses confrères disent des modernistes. Cela détonne. Pourquoi ? 

5. - Les explications de l’abbé Stephen sont à côté de la plaque. Le problème est déplacé. Vu le discours habituel de Fr Perez, nous pensons qu’il est plus probable que ce soit un déplacement volontaire… à moins que l’abbé Stephen ne soit pas informé des problématiques de la crise ? En effet, ici, la problématique n’est pas de recevoir quelqu’un d’un autre rite. La problématique est de recevoir un évêque moderniste. L’abbé Stephen dit que cela va être une occasion de développer l’esprit de catholicité. Il en profite pour faire un discours anti-œcuménique et d’adhésion à la volonté de Dieu au moment même où l’annonce de la trahison est faite et où il s’apprête à faire de l’œcuménisme avec un moderniste. On voit qu’il cherche à rassurer les fidèles et à noyer le poisson dans des explications ritualistes un peu hors sujet… Peut-être cherche-t-il aussi à se rassurer lui-même ?

6. - Cet évêque conciliaire est présenté de façon positive et l’abbé Stephen encourage même les fidèles à assister à sa messe. Ce n’est pas tolérable. C’est un péché et une compromission grave d’inviter cet évêque hérétique qui accepte le concile Vatican II que Mgr Perez disait ne pouvoir accepter le dimanche précédent. Il y a donc un double discours. Et le péché d’inviter cet évêque est présenté sous les couleurs de catholicité et d’adhésion à la volonté de Dieu, pour faire passer la pilule. L’abbé Stephen insiste en disant que ce sera « une belle journée ». 

7. - Notons bien que l’abbé mentionne à trois reprises la validité du rite. Est-ce pour nous faire oublier que Mgr Mar Thomas soutient les idées de Vatican II ? A-t-il eu peur des réactions possibles d’Atila Sinke Guimarães (paroissien de Mgr Perez qui tient le bon site Tradition in action) ?


Sermon du 28 août 2011 de Mgr Perez en l’honneur de la visite de Mgr Joseph Mar Thomas



évêque de l’église catholique syro-malankare, au Kerala, Inde, directeur spirituel des Chevaliers de l’Ordre souverain de Saint Jean de Jérusalem, ordre dont fait partie Mgr Perez. 

Le sermon le pire est celui que Mgr Perez a fait le dimanche suivant, 28 août 2011, jour où il est devenu Monseigneur. Ce sermon est publié sur son site, Our Lady Help Of Christians. La traduction française du sermon suit ces captures d’écran. 







Traduction en français : 

Sermon du 11ème dimanche après la Pentecôte, (28 août 2011), par M. l’abbé Perez. 

Nous mettons en rouge et en gras les éléments importants et problématiques du sermon, que nous allons commenter. Les deux passages soulignés dans le sermon laissent à penser que Fr Perez était déjà dans l’ordre de chevalerie avant cette date. Mais nous n’en sommes pas certains. 

« Au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit. Amen. 

Juste quelques mots parce que la messe est plus longue aujourd’hui, et nous avons une cérémonie qui suit juste après. 

Tout d'abord, je tiens à présenter et à accueillir Son Excellence Mgr Joseph Mar Thomas, Ordinaire du diocèse de Bathery dans le Kerala, en Inde. Il est également l’évêque directeur spirituel des Chevaliers de Malte. Je souhaite la bienvenue à Barry Garland et à son fils qu’ainsi qu’à nos compagnons Chevaliers. Barry est le Grand Maître des Chevaliers de Malte. Et il nous honore de même par sa visite et sa présence ici aujourd’hui. 

Je tiens à expliquer que, suite à cette messe, il ne faut pas se disperser immédiatement. Je vais sortir un court moment, puis je reviendrai à nouveau. Et il y aura une cérémonie de suite après cette messe Je ne vais pas vous révéler tout tout de suite, même si j'ai entendu différentes versions de ce qui… (M. l’abbé, rit) - J'ai entendu des versions assez fantastiques de ce que les gens pensent qu’il va se produire. Mais vous allez voir ce qui va se passer quand cela arrivera. 

Je veux juste que vous connaissiez le contexte de cela. Tout d’abord, la visite de l'évêque chez nous ainsi que la présence ici de Barry Garland et de des Chevaliers, est un honneur pour notre paroisse. Et ce qui se passe aujourd'hui est… - oh, le père Dunn est ici également, le Père Dunn, un compagnon Chevalier [fellow Knight] et Grand Prieur des chevaliers de Malte - que faites-vous là-bas au fond ? Vous viendrez au moment de la communion pour aider, de toute façon. 

C'est un grand honneur pour notre paroisse de les avoir ici, c’est une telle bénédiction pour nous. Et ce qui va suivre est en quelque sorte sans précédent. Je pense, en fait, que vous n'aurez aucune idée de ce qui fait que c’est sans précédent jusqu'à ce que cela arrive, mais ce que je veux expliquer à ce sujet, c’est que c'est une cérémonie concernant les Chevaliers de Malte. Pour ceux d'entre vous qui ne savent pas ce que sont les chevaliers de Malte, c’est un ordre de chevalerie dans l'Église. Il s'agit d'un ordre de croisade, probablement le plus noble, qui remonte à l'année 1050 ou à peu près. Ainsi, vous les petits, si vous vous en souvenez, (certainement pas la plupart d’entre nous, mais les tout petits), vous serez là pour le millième anniversaire de l’Ordre. Nous aurons donc une autre messe spéciale ici, à ce moment-là, dans 39 ans à partir de maintenant. Rappelez-vous, que j'ai dit cela. (M. l’abbé rit) Je ne m’en souviendrai pas. 

Il s'agit d'un ancien ordre de chevalerie dans l'Église. Il est appelé officiellement l'Ordre de Saint Jean de Jérusalem. Ce n'est pas un ordre religieux comme les jésuites ou l'un de ceux-là. C'est un ordre de chevalerie et ce sont deux choses différentes. Ce qui va suivre cette messe est une cérémonie de l'Ordre de la Chevalerie de l'Ordre de Saint Jean de Jérusalem, également connu sous le nom des Chevaliers de Malte. Or, en soi, par le fait même que c’est un ordre de chevalerie, vous savez que c'est essentiellement militaire. C'est un ordre militaire, si vous voulez le regarder de cette façon. Pour ceux qui sont concernés par l'armée, il y a une hiérarchie de commandement. Et donc quand vous me voyez promettre soumission au Grand Maître, par exemple, cela ne lui donne pas le pouvoir de me déplacer à Jupiter, en Floride, en tant que son chapelain privé. J'espère que non. Mais c'est la chaîne de commandement dans une organisation militaire. Tout aumônier militaire promet de suivre les ordres ayant trait à l'armée de son supérieur, le colonel et le général. Il y a un ordre, une hiérarchie au sein d'une organisation militaire, et c’en est une. 

Donc, je voulais mettre les choses en contexte pour vous parce que je sais que les gens vont - leur imagination va se déchaîner après. Et je ne vais pas en dire plus, sauf de prier pour nous tous, s'il vous plaît. Son Excellence a fait tout le chemin de l'Inde pour ceci – le Kerala est dans le sud de l'Inde sur la côte Ouest, vers le bas. C’est un évêque diocésain ordinaire de rite syro-malankare, et à la suite de cette messe, l'évêque va dire la messe à 12h30 dans son propre rite, dans sa langue. Et je sais que beaucoup de gens ont dit qu'ils allaient assister aux deux messes. Ce sera une très bonne expérience de voir un des autres rites de l'Église. Comme vous le savez, dans l'Eglise catholique il y a 23 rites différents, dont le nôtre, que nous appelons le rite latin, qui est le plus répandu. Mais les autres sont, ils sont aussi catholiques ou plus, pour certains d'entre eux que vous et moi. Ils ont une façon différente de dire la messe qui est très ancienne. Son Excellence utilise la liturgie de Saint Jacques de Jérusalem, qui remonte à Saint Jacques, qui fut le premier évêque, l'apôtre saint Jacques, le premier évêque de Jérusalem. Et le rite de la messe qu'il utilise est le rite qui nous vient de Saint Jacques. Notre messe vient à nous par la fin romaine des choses, par saint Pierre et saint Paul. 

Je suppose que cela résumera. N’allez pas n'importe où, immédiatement après la messe. Comme je l’ai dit, nous finirons la messe, puis suivra la cérémonie, et puis, après ce sera la fin officielle de la messe. » 

Commentaire : 

1) Sachant que Mgr Joseph Mar Thomas est un évêque ordinaire (donc ayant juridiction sur un diocèse avec l’approbation d’un pape moderniste hérétique), c’était objectivement un péché grave de le recevoir avec honneur et un péché encore pire de conseiller aux fidèles d’assister à sa messe. C’était les inciter à la communicatio in sacris avec un évêque acceptant Vatican II. Nous ne jugeons pas les intentions de Mgr Perez qui étaient peut-être bonnes. Subjectivement, il n’a peut-être pas fait de péché, s’il n’avait pas conscience de la gravité de ses actes. Nous jugeons les actes en eux-mêmes. Objectivement, en eux-mêmes, ces actes sont un péché grave. En effet, ils s’opposent au nullam partem enseigné par Saint Jean et Saint Paul et exposent la foi des fidèles. 

Accepter un tel invité publiquement et avec honneurs officiels signifie qu’on accepte sa pensée. Or cet évêque reconnaît le Concile Vatican II, puisque c’est un évêque officiellement reconnu par Rome. 

Cet acte d’inviter un évêque moderniste suffit donc à lui seul pour exclure la possibilité que la Résistance conseille aux fidèles d’aller à la messe de Mgr Perez.

De plus, cet évêque est le directeur spirituel des chevaliers OSJ. Cela signifie donc qu’il est devenu officiellement le directeur spirituel de Mgr Perez. Mgr Perez prend donc publiquement un moderniste comme directeur spirituel et le présente en exemple aux fidèles ! C’est impossible à accepter. 

Cette idée est renforcée par le fait que Mgr Perez dit, en parlant de la venue de l’évêque : « c’est une telle bénédiction ». Il signifie par ces mots qu’il admire ce moderniste qui accepte Vatican II. 

La plaisanterie sur la messe qui sera dite dans 39 ans à Garden Grove, pour fêter les 1000 ans de l’Ordre de Malte signifie bien que Mgr Perez a l’intention de rester ad vitam dans cet Ordre de chevalerie et qu’il a l’intention de réinviter cet évêque, s’il juge que les circonstances le demandent. 

Imaginons que l’abbé Simoulin, l’abbé Rostand ou l’abbé Pfluger décide de recevoir par exemple Mgr Ranjith pour une cérémonie et une messe et publie ensuite un sermon dans lequel il dit qu’il est très honoré de sa visite et qu’il conseille vivement à ses fidèles d’assister à la messe de Mgr Ranjith… Ne serions-nous pas tous horrifiés ? Ne serions-nous pas encore davantage horrifiés si l’abbé Simoulin nous disait qu’il prendra dorénavant comme directeur spirituel Mgr Ranjith, qu’il va rentrer dans un Ordre de Chevalerie qui accepte Vatican II à la lumière de la Tradition et qu’il va promettre obéissance à un laïc Ecclesia Dei ? Les blogs de Résistance ne feraient-ils pas tous immédiatement des articles enflammés pour dénoncer ce forfait ?

Imaginons à présent que ce ne soit pas l’abbé Simoulin qui fasse cela, mais des prêtres de la Résistance ? Ne nous séparerions-nous pas d’eux, après « une première puis une seconde admonition » (Tite III, 10)? 



Donc : 

a) Nous ne pouvons accepter comme ami de la Résistance Mgr Perez, un prêtre qui honore des modernistes, qu’ils soient évêques, prêtres ou laïcs car c’est par le fait même signifier implicitement que l’on considère que l’action d’inviter des modernistes est bonne. Or Saint Paul nous dit : Galates I, 8-9 : 

"Mais quand nous-mêmes, quand un ange venu du ciel vous annoncerait un autre Evangile que celui que nous vous avons annoncé, qu'il soit anathème!

Nous l'avons dit précédemment, et je le répète à cette heure, si quelqu'un vous annonce un autre Evangile que celui que vous avez reçu, qu'il soit anathème!"


Les modernistes, par leur reconnaissance des hérésies du Concile Vatican II, annoncent un autre évangile que celui de Saint Paul. Mgr Joseph Mar Thomas est donc anathème aux yeux de Dieu. A-t-on le droit d’inviter des anathèmes avec honneur, en leur donnant une position d’autorité dans notre chapelle ?


Le concile de Constantinople explique, à propos de l'anathème : "Ignorent-ils donc que la sentence d’anathème n’est autre chose qu’une sentence de séparation ? On doit toujours éviter tout commerce avec ceux qui sont esclaves de crimes énormes, qu’ils soient du nombre des vivants ou parmi les morts, car on doit toujours se séparer de ce qui est coupable et nuisible. D’ailleurs nous avons d’Augustin, de pieuse mémoire, et qui jeta un si vif éclat parmi les évêques d’Afrique, plusieurs lettres où il enseigne qu’il faut anathématiser les hérétiques même après leur mort. Les autres évêques d’Afrique ont conservé cette tradition ecclésiastique, et la sainte Église romaine elle-même a anathématisé aussi quelques évêques après leur mort, quoique leur foi n’eût pas été incriminée pendant leur vie." (source Chaîne d'or de Saint Thomas sur Matthieu XVI 13-19)


L’apôtre Saint Jean enseigne : II Jean, 10 : « Si quelqu’un vient à vous qui ait une doctrine différente, ne le recevez pas chez vous et ne le saluez même pas. Car celui qui le salue participe à ses œuvres mauvaises. » 


Non seulement Mgr Joseph Mar Thomas a une doctrine différente de celle de Saint Jean (et saint Paul)… Mais Mgr Perez aussi, puisqu’il désobéit à l’apôtre Bien-Aimé (ainsi qu’à saint Paul) en invitant et honorant devant Dieu, dans sa chapelle, un hérétique, alors que ces deux apôtres nous enseignent à ne pas pactiser avec des hérétiques. Mgr Perez dit même que la venue de cet évêque est une bénédiction et il encourage à s’unir à sa messe. Ce sont des motifs supplémentaires qui nous montrent que nous devons nous séparer de lui. Si la Résistance acceptait pour ami Mgr Perez, qui n’a pas la même doctrine que l’apôtre bien-aimé, elle quitterait à son tour la bonne doctrine et nous ferions un péché en suivant cette orientation nouvelle. 



b) si nous décidions qu’il ne faut pas dramatiser autant et que l’action de Mgr Perez n’est pas si mauvaise ni si condamnable, cela signifierait alors que nous pouvons en faire autant puisque ce n’est pas condamnable. Donc demain, si l’un de nos abbés recevait avec honneur un évêque accrédité par le pape dans une des chapelles de Résistance et encourageait à assister à sa messe, nous ne pourrions plus rien dire, parce que nous aurions déjà toléré cette action de la part de Mgr Perez.

L’argument selon lequel Mgr Perez, étant indépendant de nous, pourrait se permettre des choses que nous nous refuserions, n’est pas valable. En effet, nous ne pouvons recommander aux fidèles ni présenter comme ami quelqu’un qui pactise avec ceux qui propagent l'erreur.


- Pour tous ceux qui sont attachés à Garden Grove, nous comprenons la souffrance que notre attitude peut leur causer. Mais si nos prêtres de la Résistance, sachant tout ce que nous avons dit, continuaient d’accepter Mgr Perez comme ami et continuaient d’encourager les fidèles à aller à ses messes, ils valideraient implicitement l’attitude de Mgr Perez vis-vis des modernistes et ouvriraient la porte à tous les excès, au sein même de la Résistance. Ils valideraient un péché plus grand que celui que font les prêtres accordistes actuels en soutenant la politique de Mgr Fellay. La Résistance tomberait plus vite que la Fraternité Saint Pie X dans la compromission et pécherait plus gravement en permettant cette amitié et en conseillant d’aller chez Mgr Perez. C’est pour cela que l’attitude de l’abbé Pfeiffer est problématique. Il a conseillé à plusieurs reprises dans le passé d’aller chez Mgr Perez (lorsqu'il ne savait pas ce qu'il avait fait) et il ne veut pas revenir sur ce qu’il a dit.

- Si l’on se place au plan des actions publiques et vérifiables, Mgr Perez a fait pire que Mgr Fellay, l’abbé Pfluger, l’abbé Lorans ou l’abbé Cellier. Pourquoi devrions-nous fuir les messes des accordistes comme l’abbé Rostand, l’abbé Simoulin ou l’abbé Quilton si nous avions en même temps la permission d’aller à la messe de Mgr Perez qui, extérieurement, a péché plus gravement qu’eux ? En effet, tout accordistes qu’ils soient, ces abbés de la FSSPX :

a. n’ont jamais invité un prêtre Ecclesia Dei à distribuer la communion avec eux, 
b. n’ont jamais promis obéissance à un Grand Maître d’ordre de chevalerie Ecclesia Dei, 
c. n’ont jamais invité avec honneur et publiquement un évêque conciliaire, 
d. n’ont jamais encouragé à assister à la messe d’un évêque conciliaire, 
e. n’ont jamais pris officiellement au vu de tous comme directeur spirituel un évêque conciliaire, manifestant par cette action leur adhésion et leur admiration pour la pensée de cet évêque… 

Tandis que Mgr Perez a fait cela. C’est pourquoi l’’abbé Chazal a raison quand il dit que pour sa part, il interdirait à ses fidèles d’assister à la messe de Mgr Perez.
Mgr Perez est en effet l’équivalent d’un Fraternité Saint Pierre dans ses actions ; il a fait pire que les prêtres les plus libéraux de la FSSPX qui, eux, sont interdits par la plupart de nos prêtres en raison d’un danger proche pour la foi… Et pourtant les actions de ces prêtres libéraux de la néo-FSSPX, jugées à raison dangereuses pour la foi par nos prêtres, sont moins graves que celles de Mgr Perez.
L'abbé Pfeiffer va même plus loin que certains de ses confrères de la Résistance car il interdit aux fidèles d'assister à toutes les messes de la FSSPX, même si le prêtre fait partie de la Résistance interne. Sa position sur ce point est justifiée par des arguments très sérieux et nous ne la condamnons pas du tout. Cependant, Mgr Perez ayant fait des actions pires que celles des prêtres les plus libéraux de la FSSPX, nous prions pour que Fr Pfeiffer le voie et qu'il interdise d'aller à ses messes, de même qu'il interdit d'aller aux messes de la FSSPX. 



Barry Garland, Grand Maître de l’Ordre Souverain 

2) Etait-ce un grand honneur de recevoir Barry Garland, Grand Maître des chevaliers OSJ ? C’est ce qu’affirme Mgr Perez. Pour cela, il faut aller étudier la pensée du Grand Maître sur son site. Anticipons l’étude du site que nous allons faire ci-dessous, en disant qu’on y voit clairement un esprit Ecclesia Dei. Il ne fallait donc pas honorer ce monsieur, peut-être très bien intentionné, mais ayant de mauvaises idées. C’était donner une nouvelle cause de scandale aux fidèles. Les fidèles de Garden Grove retiennent donc de ce sermon que cet évêque moderniste est bon et que ce laïc Ecclesia Dei est bon. Donc cela signifie qu’il ne faut pas fuir tous les évêques modernistes ni tous les 'Ecclesia Dei'. Cela signifie que certains sont très bien. On peut donc assister à toute messe, si elle dite dans un rite ancien. Ce sermon de Mgr Perez implique donc que l'on peut également accepter Vatican II à la lumière de la Tradition puisque cet évêque l’accepte et puisque Barry Garland l’accepte. C’est inacceptable en conscience. 

3) On voit aussi que Fr Dunn, un prêtre âgé Ecclesia Dei (Una Voce) membre éminent de l’Ordre, chargé de la formation de tous les chevaliers, était présent, en tant que membre de cet Ordre. Il est décédé depuis, le 3 juin 2012

Fr Dunn, grand prieur de l’Ordre Souverain
de Saint Jean de Jérusalem

Il desservait une chapelle nommée Saint Agnes mission, dépendante de Saint Anthony of Padua, à Fresno et répertoriée dans les Ordo Ecclesia Dei
L’abbé Perez lui demande dans le sermon de venir aider à distribuer la communion. Il met donc sa messe in communicatio in sacris avec un Ecclesia Dei officiel, c'est-à-dire avec quelqu’un qui accepte Vatican II à la lumière de la Tradition. C’est donc un scandale supplémentaire.

2ème et 3ème problèmes créant un cas de conscience
- Pas de réordination sous condition 
- Tendance libérale du bulletin 
et du site de Garden Grove 

Voici quelques réactions de fidèles, sur le forum cathinfo, du 8 au 17 novembre 2011. Les fidèles ont souvent l’art de mettre le doigt sur les points que l’on voudrait éviter : 

- S2srea : A quoi bon recevoir un “Monseigneur” [Mgr Mar Thomas] dans le Tradiland ? 
- Thorn : Vous faire paraître plus important que vous ne l’êtes ? 
[NB : Nous pensons que ce n’est pas pour paraître important mais dans un autre but, que Mgr Perez a reçu cet évêque conciliaire. Nous y reviendrons.] 
- ServantOfTheAlmighty : Fr Perez a-t-il été validement ordonné ? 
- Rosemary, (sédévacantiste) : « Fr Perez a été ordonné par Alphons Maria Cardinal Stickler qui était un prêtre valide mais a été consacré « évêque » dans le nouveau (rite invalide) de l’anti-pape Paul VI. » 
[NB : la pensée d’Avec l’Immaculée sur ce point est différente et est contenue dans cet article et dans le commentaire qui précède : 
- Rosemary, sédévacantiste : « J’ai oublié d’ajouter que Fr. Perez a été ordonné dans le rite latin valide (pas le nouveau rite invalide de Paul VI) par le "Cardinal" Stickler. » (…) 
-Thorn : « (…) Quand S2srea a posté le rapport élogieux de FE [ndlr : FE = Forum Fisheaters ], de tendance Ecclesia Dei] sur Fr. Patrick Perez, j’ai été surpris. Je viens juste de lire le bulletin du Père & cie et voilà que dans la partie évènements, juste sous “évènements à venir” il y avait des liens et il y avait FE !!!!!! Quelle église traditionnelle aurait en lien un site comme celui-ci ? Le Tradiland devient de plus en plus curieux (…) » 
- Ora pro me : « Je me demande si Fr Perez a été réordonné sous condition par un évêque catholique ? Quelqu’un ici le sait-il ? 
- S2rea : Pour autant que je sache, non.(…) » 

Commentaire
a. Exposé du 2ème problème : pas de réordination sous condition 
On apprend que Mgr Perez n’est pas réordonné sous condition, ni aucun des prêtres qui sont avec lui, d’ailleurs. Or cet article explique bien qu’il faut réordonner sous condition tous les prêtres ordonnés selon le nouveau rite ou/et par un évêque ordonné selon le nouveau rite. 

Accepter d’accréditer Mgr Perez sans qu’il se fasse réordonner sous condition serait faire une entorse grave au principe de la Résistance qui est de réordonner systématiquement sous condition tous les prêtres venant du novus ordo ou des communautés Ecclesia Dei. Même si le risque est très léger, nous n’avons pas le droit d’exposer les fidèles à recevoir des sacrements invalides d’un prêtre recommandé par nous. On ne pourrait donc pas recommander Mgr Perez à nos fidèles, même s’il quittait les chevaliers OSJ, tant qu’il ne serait pas réordonné sous condition. Même chose pour tous les prêtres qui sont avec lui. 

La réordination sous condition est un principe appliqué à tous les prêtres qui rejoignent la Résistance. En cela, nous sommes différents de la FSSPX. Tant que la convalidation n’est pas faite, nous n’acceptons aucune messe de ces prêtres en public pour nos fidèles. Si nous craignions que cette mesure ne blesse le prêtre qui veut nous rejoindre, que du coup il se braque et ne nous rejoigne pas, nous raisonnerions de façon trop pragmatique et cela pourrait devenir dangereux. En effet : 

- Soit le prêtre a vraiment compris les enjeux et veut la Résistance et rien d’autre : dans ce cas, il est dans l’esprit de la Résistance et donc il comprend bien la mesure et s’y soumet volontiers. 

- Soit il refuse ce principe qui est un des principes de la Résistance. Dans ce cas, il ne l’appliquera pas lui-même plus tard avec un autre prêtre et il fera lui-même des entorses aux principes de la Résistance... S'il refuse ce principe, c’est donc qu’il n’est pas pour nous mais pour la Fraternité Saint Pie X. 

En effet, s’il est coupable d’accepter d’exposer les fidèles à des sacrements invalides en ne convalidant pas un prêtre, pourquoi devrions-nous tolérer que les fidèles risquent d’être exposés aux sacrements invalides pendant quelques mois ? Ce qui est un péché sur plusieurs années ne le serait pas pour quelques mois ? A partir de combien de mois ou d’années, cela deviendrait-il un péché ? les abbés de la Résistance appliquent donc ce principe complètement dès le début, sans faire d’entorses à celui-ci. 

c. Exposé du 3ème problème : des traces de libéralisme 

- des publicités de mouvance Ecclesia Dei 

On apprend par ces fidèles de cathinfo que Mgr Perez a fait dans son bulletin de la publicité pour un forum Ecclesia Dei, le forum Fisheaters (abrégé en FE)… tout en critiquant les Ecclesia Dei devant ses fidèles, en sermon. C’est une attitude illogique, propre à troubler les fidèles. Il faut être logique avec les principes : si les Ecclesia Dei sont mauvais, on ne les recommande pas aux fidèles dans un bulletin paroissial. 

L’abbé Simoulin et de nombreux accordistes que nous combattons n’ont jamais recommandé des Ecclesia Dei. Pourquoi donc faudrait-il tolérer cela chez Mgr Perez ? Ne ferions-nous pas un scandale si un prêtre de la néo-FSSPX recommandait ce forum ? N’épinglerions-nous pas cette action en disant que c’est une preuve de libéralisme évident ? Nous devons donc être aussi intransigeants avec ceux qui se disent nos amis et avec nous-mêmes que nous le sommes avec les accordistes. Imposons-nous à nous-mêmes et à nos amis les mêmes principes que nous exigeons de ceux que nous critiquons. Si nos amis ne veulent pas s’y soumettre, cela signifie que ce ne sont pas de vrais amis. Ne tolérons pas la moindre entorse à un principe dont nous savons avec certitude qu’il est juste et voulu par Dieu. Sinon nous tomberions dans le péché. Et il faut éviter le péché à n’importe quel prix, même si cela devait entraîner de très gros inconvénients. 

3ème problème (suite) : visite du site de Our Lady Help Of Christians et traces de libéralisme 

1. Des omissions révélatrices

A la date du 15 février 2014 (date de rédaction de cet article), le site de Mgr Perez ne contient pas les noms du pape François, de Mgr Fellay, de l’abbé Chazal, de l’abbé Pfeiffer ou de Mgr Williamson. Nous n’avons pas trouvé de mention de lieu des confirmations. Il n’y a aucune critique nommément contre le pape François excepté le sermon du 15 septembre 2013, où il n’est pas nommé mais appelé « pape actuel. » On a l’impression que ce qui est mis en ligne est en partie épuré et sélectionné, afin d’éviter les histoires et que certains mots clés, aidant au référencement, sont évités. La Résistance n’est pas soutenue officiellement. 

2. Invitation du conciliaire Charles Coulombe pour faire une conférence sur la chevalerie : 

Mgr Perez (ou l’un des responsables du groupe d’hommes de la paroisse, le OHLC Men’s group) a fait venir dans les locaux de la chapelle de Garden Grove un homme reconnu par l’évêque du lieu pour faire une conférence, M. Charles Coulombe. Mgr Perez a fait de la publicité pour la conférence et l’a publiée sur son site. Nous n’avons pas écouté la conférence qui portait sur la chevalerie. Il est évident qu’il ne faut donner aucune position d’autorité aux conciliaires au sein de nos chapelles. De nouveau, nous devons appliquer le nullam partemOn ne met pas conférencier, c’est-à-dire en position d’autorité, une personne qui accepte Vatican II et qui de ce fait est hérétique, même si elle est très sympathique. 




OLHC Men's Group presents "Chivalry for Christ" - a lecture given by Mr. Charles Coulombe at Our Lady Help of Christians located in Garden Grove, California, on June 15th, 2013. 
M. Charles Coulombe est un membre fondateur de la Fondation Queen Of AngelsL’approbation des autorités conciliaires est bien mentionnée et détaillée sur Wikipédia (cf. lien précédent).

Wikipedia nous enseigne que l’un des buts du mouvement créé par ce monsieur est de chercher à promouvoir une compréhension plus profonde de la chevalerie catholique et de son rôle dans l’Eglise et la communauté. Beaucoup de membres de la fondation Queen of Angels sont aussi membres d’ordres variés de chevalerie, incluant [nous mettons les noms en anglais avec les liens ad hoc] the Sovereign Military Order of Malta, Equestrian Order of the Holy Sepulchre of Jerusalem, Order of St. Gregory, Order of St. Sylvester, Order of St. Lazarus of Jerusalem, the Knights of Peter Claver, and the Knights of Columbus

On peut s’amuser à cliquer sur chacun de des liens ci-dessus puis, à partir de Wikipedia, aller sur les sites de ces ordres. On comprendra vite qu’ils sont entièrement conciliaires et gangrénés par la Franc-maçonnerie. Donc inviter ce monsieur pour parler de chevalerie est tout simplement un scandale. Adhérer à ces ordres n’a plus aucun sens et est même une trahison, tant que cette crise n’est pas résolue. 

3. Promotion d’une messe summorum pontificum



Voici ce qui est écrit sur le site de Mgr Perez :

Pontifical High (Tridentine) Mass was offered at the Vatican May 15, 2011 8:00 am, Sunday, May 15, 2011. Celebrant: Walter Cardinal Brandmuller. John Vennari happened to be in Rome this week for the Fatima Conference and learned of this special event, which he attended and filmed some snippets. A Pontifical High (Tridentine) Mass was offered at the Vatican Sunday May 15, 2011. It was in conjunction with the Third Conference on Summorum Pontificum held in Rome, May 13-15. A write up on this Pontifical Mass at the Vatican will appear in the next Catholic Family News. Watch this 6 minute video. 
Traduction :
Dimanche 15 mai 2011 une grand Messe tridentine pontificale a été célébrée au Vatican. Le célébrant était le cardinal Walter Brandmüller. Il se trouve que John Vennari était à Rome cette semaine-là pour la conférence sur Fatima. Il  a appris cet évènement spécial, l'a filmé quelques extraits [...] C'était en relation avec la troisième conférence sur [le Motu Proprio] Summorum pontificum qui s'est tenue à Rome du 13 au 15 mai. Un article sur cette messe pontificale sera dans le prochain Catholic Family News. Regardez cette vidéo de 6 minutes.
http://www.ourladyhelpofchristians.us/pontifical-high-tridentine-mass-offered-vatican-john-vennari


Mgr Perez, après avoir fait cette publicité pour une messe summorum pontificum, donne ensuite le conseil d’aller lire l’article de John Vennari sur le sujet ; nous sommes donc allés lire l’articleJohn Vennari dans cet article est plus traditionnel que l’abbé Cellier de la FSSPX car il ne veut pas de rite hybride pour restaurer la messe. Mais malheureusement il se réjouit aussi que cette messe summorum pontificum « légitimise » le rite tridentin (La traduction française suit la citation anglaise ci-dessous) : 

The Mass was also a great joy for me personally, as it could represent a major step forward for the Tridentine Mass. The average layman who has not studied the matter closely is not always given to nuances about the various problems apparent in both Summorum Pontificum and the new Universae Ecclesiae. All he knows is that the Old Latin Mass was celebrated at St. Peter’s with a large number of prelates and priests in attendance, and this further legitimizes the celebration of the Tridentine Mass in his mind.(…) 

Of course, the triumph of this Mass is dampened by the Vatican’s Cardinal Koch’s May 14 revelation that Pope Benedict’s long term plan for wider use of the old Mass is to eventually form one new liturgy that contains elements from both the old and new Masses (see page 3). If the true Mass is threatened in any way by incorporating elements of the Protestantized Novus Ordo, concerned Catholics must oppose this plan in full battle dress. We did not fight for the true Mass for 40 years only to have it diluted into a new Conciliar synthesis. Holy Father, please leave the true Mass alone.” 

Traduction du premier paragraphe

"Cette messe a été aussi une grande joie pour moi, personnellement en tant que cela représente un important pas en avant pour la messe tridentine. Le fidèle moyen qui n’a pas étudié la question de près ne maîtrise pas toujours les nuances au sujet des problèmes apparents à la fois dans le summorum pontificum et dans la nouvelle instruction Universae EcclesiaeTout ce qu’il sait est que l’ancienne messe latine a été célébrée à Saint Pierre avec un grand nombre de prélats et de prêtres qui y assistaient et cela légitime davantage la célébration de la messe tridentine dans son esprit.(…)"

Commentaire

Ce premier paragraphe tient un raisonnement très dangereux et complètement pragmatique, c’est-à-dire dénué de principes. De tels raisonnements conduisent à la mentalité Ecclesia Dei. On ne juge plus d’un acte objectivement mauvais (célébrer une messe summorum pontificum implique en effet reconnaître « le rite ordinaire » du novus ordo) en se basant sur le dogme ou les principes mais en se basant sur le sentiment et l’impression du fidèle moyen : si le fidèle moyen a une bonne impression, alors c’est bien. Or, nous ne pouvons pas dire cela. Ce qui nous intéresse, c’est ce que Dieu pense, et non ce que le fidèle moyen pense. Cette messe summorum pontificum offensait Dieu. Il fallait donc ne pas y aller et il fallait la condamner sans hésitation. 

Cet article de John Vennari est donc mauvais malgré le passage suivant défendant la pureté du rite. La promotion de cette messe summorum pontificum dénote un esprit dangereux à Garden Grove… Ce n’est pas du tout l’esprit de la Résistance. C’est également un signe réel de libéralisme de conseiller cet article de John Vennari. 



4. Encouragement à lire des journaux libéraux jugés aider les âmes faibles qui seraient choquées par le bon site Tradition in action : 

L’abbé Stretenovic (très pieux par ailleurs, et ayant fait aussi de bons sermons anti-modernistes) encourage lors d'un sermon donné le 20 octobre 2013 les paroissiens qui sont trop choqués par la lecture de Tradition in action à lire des journaux libéraux en plus de ce site. Il pense que c’est meilleur pour leur avancement spirituel et il dit que Tradition in action peut faire des dégâts spirituels chez ces personnes un peu faibles :

In other words, with TIA, Tradition in Action, you are not left with any illusions. For weaker souls, such reading may be discouraging but it is in fact reality, and far from replacing the spiritual life and self-formation, it actually does the opposite. So I recommend them even over and above I would say, The Remnant, or Catholic Family News – Catholic Family News sometimes has good articles. Other times not so much. And The Remnant as far as I am concerned at this point, they really have taken the wrong position. Even though they have some good articles still, I tend to stay away. 

Traduction

"En d’autres termes, avec TIA, Tradition in action, on n’a plus d’illusions. Pour les âmes plus faibles, une telle lecture peut-être décourageante mais c’est en fait la réalité, et loin de remplacer la vie spirituelle et la formation personnelle, cela produit en fait l’effet inverse. Donc je leur recommande même — je dirais, en plus – The Remnant ou Catholic Family News. Catholic Family news a parfois de bons articles. Parfois, pas tant que cela. Et The Remnant, je pense qu’ils ont vraiment à présent pris une mauvaise position. Même si parfois ils font encore de bons articles, j’ai tendance à m’en éloigner." 

Commentaire : 

C’est vraiment un conseil en dépit du bon sens. Les articles libéraux sont du poison et en aucun cas ne peuvent aider spirituellement une âme. Le pire, c’est que l’abbé reconnaît publiquement qu’il y a des mauvais articles dans les journaux qu’il propose aux gens. C’est donc aberrant. C’est un argument de plus pour ne pas confier les fidèles à Garden Grove. Il faut des prêtres plus éclairés. 



4ème problème : 

le site de chevalerie OSJ, 

ordre auquel appartient Mgr Perez




Croix de l’Ordre de Malte
et des chevaliers OSJ

L’Ordre souverain de Saint Jean de Jérusalem (OSJ), ayant pour actuel Grand Maître Barry Garland, successeur du Dr John Grady, est un ordre de chevalerie militaire et hospitalier, descendant de l’ordre de Malte. Il ne faut pas confondre avec d’autres Ordres ayant le même nom, en raison de diverses scissions. Les membres de cet Ordre (OSJ) disent qu’ils sont le véritable Ordre de Malte, ce qui est contesté par d’autres. 

cf. par exemple une étude faite il y a environ 35 ans par l’abbé Cekada (sédévacantiste) sur cet ordre : Light on the OSJ . Depuis l’étude de l’abbé Cekada, un peu ancienne, il y a eu une autre scission opérée par le Dr John Grady en 1991. Il dit qu’il a voulu protéger l’ordre de la franc-maçonnerie. Cette scission a donné l’Ordre actuel, apparemment d’esprit assez « traditionnel ». C’est cet Ordre auquel appartient Mgr Perez.



Dr John Grady , 1er Grand Maître de la branche de l’Ordre OSJ qui nous intéresse, après une scission en 1991. Davantage d’informations sur le sujet, très compliqué, sur les liens ci-dessous. 
NB : Nous ne nous sentons pas assez compétents pour pouvoir juger avec certitude de la fiabilité des trois articles en lien ci-dessous. Nous les proposons à titre informatif, pour ceux qui voudraient mener une enquête sur l’Ordre. Les deux articles ci-dessous sont plutôt hostiles aux OSJ : 
Histoire de l’ordre écrite par le Dr John Grady lui-même : http://www.osjknights.com/overview.htm

1) Un site qui promeut le Motu proprio summorum pontificum:
Cet ordre de chevalerie OSJ auquel appartient Mgr Perez n’a que des messes de rite traditionnel : le rite de Saint Pie V et le rite Syro-malankare (qui est un rite vénérable qui remonte à l’apôtre Saint Jacques). Voici un extrait de la page du site



Notons le début du paragraphe qui établit un faux principe énoncé dans le Motu proprio Summorum Pontificum :



The Mass of the Latin Rite in its traditional form, which has recently been referred to as the 'extraordinary expression of the 'Lex orandi' by His Holiness Pope Benedict XVI, is and traditionally has been a central liturgy within the Order.



Traduction :

La messe est en rite Latin dans sa forme traditionnelle. Sa Sainteté Benoît XVI s’y est référé en la nommant l’expression extraordinaire de la « Lex Orandi » et elle a été traditionnellement la liturgie centrale de l’Ordre.


Donc malheureusement, cet Ordre de chevalerie établit son attachement à ces bons rites en se basant sur le mauvais document du Motu proprio summorum pontificum. On peut le constater sur la capture d’écran ci-dessus et également ci-dessous :





Transcription du premier paragraphe :

On July 7, 2007, Pope Benedict XVI issued his Apostolic Letter, Motu Proprio, Summorum Pontificum. This letter approves the use of the Roman Catholic Mass according to the tradtional Latin rite, and clarifies that this traditional form of the Mass was never abbrogated by the Church. All of the Roman Catholic Masses which are offered within the Order follow the traditional Latin rite, the 'extraordinary expression of the 'Lex orandi', that is spoken of by Pope Benedict XVI in his letter. Such is the tradition of the Roman Catholic liturgy within the Order. 


Traduction :

Le 7 juillet 2007 le Pape Benoît XVI a publié sa lettre apostolique, le Motu Proprio Summorum Pontificum. Cette lettre approuve l'usage de la Messe catholique Romaine selon le rite Latin traditionnel et clarifie le fait que cette forme traditionnelle de la Messe n'a jamais été abrogée par l'Eglise. Toutes les messes catholiques romaines qui sont offertes dans l'Ordre suivent le rite latin traditionnel qui est l'expression "extraordinaire" de la 'Lex orandi' dont parle le Pape Benoît XVI dans sa lettre. Telle est la Tradition de la liturgie romaine catholique dans l'Ordre.


Ce texte sous-entend clairement que les prêtres chevaliers OSJ veulent s’abriter derrière le Motu proprio pour célébrer leur messe… D’autant plus que le texte intégral du Motu proprio est publié sur le site. Cf. ce lien :




Or, dans la Fraternité Saint Pie X (tout au moins jusqu’à récemment, car cela change à présent en certains lieux, ex : Etats-Unis, Espagne) et dans la Résistance, on enseigne qu’on ne peut pas en conscience aller à des messes autorisées par le Motu proprio summorum pontificum. On ne peut donc aller en conscience à la messe de Mgr Perez qui s’abrite derrière les principes du Motu proprio depuis son adhésion aux OSJ, en août 2011


On ne peut aller à une messe basée sur ces principes pour trois raisons principales : 



a) Ces rites sont déjà autorisés à perpétuité par la Bulle Quo primum tempore du Pape Saint Pie V. Il n’y a donc aucun besoin d’obtenir une permission de quelque nature que ce soit. 

- Saint Pie V autorise en effet dans cette Bulle tous les rites vieux de 200 ans et plus, à condition qu’ils aient été pratiqués de façon continue dans les églises. 

- Tous les rites de moins de 200 ans ou bien ayant été pratiqués de façon discontinue sont interdits. Le missel de Saint Pie V doit impérativement s’appliquer et ce, à perpétuité. Saint Pie V précise bien que JAMAIS rien ne devra être ajouté, retranché ou modifié au missel qu’il vient d’éditer [NB : c’est un argument imparable contre la messe PiPaule proposée par l’abbé Célier dans son livre Benoît XVI et les traditionalistes, livre soutenu par Mgr Fellay et l’abbé de Cacqueray, en son temps] : 

Par Notre présente constitution, qui est valable à perpétuité, Nous avons décidé et Nous ordonnons, sous peine de Notre malédiction, que pour toutes les autres églises précitées l’usage de leurs missels propres soit retiré et absolument et totalement rejeté, et que jamais rien ne soit ajouté, retranché ou modifié à Notre missel, que nous venons d’éditer. (…) 

[NDLR : c’est selon nous un argument puissant pour rejeter le missel de 1962 et ce qui nous fait dire que Mgr Perez a probablement raison sur ce point. Affaire à suivre et à réétudier de fond en comble plus tard.] 

Nous concédons et accordons que ce même missel pourra être suivi en totalité dans la messe chantée ou lue, dans quelque église que ce soit, sans aucun scrupule de conscience et sans encourir aucune punition, condamnation ou censure, et qu’on pourra valablement l’utiliser librement et licitement, et cela à perpétuité. 



b) Le Motu proprio summorum pontificum est un texte complètement pervers car il proclame que la messe de Paul VI est le rite ordinaire de l’Eglise. Il relègue le rite de Saint Pie V à la place de rite extraordinaire. Voici ce qu’écrit Benoît XVI : 

« (…) tout bien considéré, après avoir invoqué l’Esprit Saint [ ?!! ] et l’aide de Dieu, par la présente Lettre apostolique nous DÉCIDONS ce qui suit : 

Art. 1. 

Le Missel romain promulgué par Paul VI est l’expression ordinaire de la « lex orandi » de l’Église catholique de rite latin. Le Missel romain promulgué par S. Pie V et réédité par le bienheureux Jean XXIII doit être considéré comme l’expression extraordinaire de la même « lex orandi » de l’Église et être honoré en raison de son usage vénérable et antique. Ces deux expressions de la « lex orandi » de l’Église n’induisent aucune division de la « lex credendi » de l’Église ; ce sont en effet deux mises en œuvre de l’unique rite romain." 

Commentaire : 

Ce texte n’est qu’un tissu de mensonges. Le novus ordo missae ou messe de Paul VI nous vient d’un franc-maçon, Bugnini. Cette messe est une protestantisation très grave du rite catholique. Certains protestants (ex : à Taizé) la célèbrent. La vérité est que l’unique rite romain est le rite de Saint Pie V. Voilà pourquoi il est impossible moralement, pour des membres de la Résistance, d’assister à une messe du Motu Proprio. Y assister serait cautionner l’idée que la messe de Paul VI est le rite ordinaire de l’Eglise. Ce serait affirmer que nous sommes d’accord avec cette affirmation. 

Mgr Perez, en entrant en 2011 dans cet Ordre de chevalerie, basé sur le Motu proprio, signifie ainsi implicitement mais clairement qu’il approuve le Motu proprio, même si en 2007, il a écrit un article le critiquant en partie. 

Mais 2007 n’est pas 2011. Mgr Perez, de par son titre même de Monseigneur, reçu en août 2011 et étroitement lié à cet Ordre, nous rappelle, à chaque fois que nous prononçons son nom, qu’il a reçu ce titre honorifique des mains de ceux qui cautionnent le Motu Proprio. Appartenir à un mouvement qui cautionne le Motu Proprio signifie donc implicitement accepter de reconnaître que le rite du novus ordo missae de Paul VI soit le rite « ordinaire » de l’Eglise. 

Cela nous apparaît être une compromission inacceptable en conscience, si l’on a l’esprit droit et si l’on veut être fidèle aux principes que l’on défend. La logique des principes est implacable : il faut vivre selon eux ou les trahir. Il n’y a pas de moyen terme. Si les principes ne viennent pas de Dieu, ce n’est pas grave de les trahir, mais s’ils viennent de Dieu, c’est un péché. 



- La première question à se poser est donc la suivante : le novus Ordo Missae est-il d’origine maçonnique et protestante et offense-t-il Dieu ? La réponse est oui. 



- Deuxième question : le texte du Motu proprio valide-t-il bien cette réforme du novus ordo missae qui offense Dieu ? La réponse est oui. 



- Troisième question : entrer dans un ordre de chevalerie basant la faculté de célébrer la messe tridentine sur le texte du Motu proprio n’est-il pas signifier à tous que l’on considère que ce mauvais texte fait autorité ? La réponse est oui. 



- Quatrième question : signifier à tous que je reconnais une autorité à un texte qui valide le novus ordo n’est-il pas un péché ? La réponse est oui. 

C’est un péché qui scandalise les fidèles en leur montrant un mauvais exemple. Mais même si les fidèles ne le savaient pas et que l’adhésion à l’ordre était secrète, ce serait un péché à titre personnel d’accepter ce texte qui cautionne le novus ordo. En fait, il faudrait être prêt à mourir plutôt que d’approuver ce texte et de lui reconnaître une quelconque autorité… 

c) De plus, l’alinéa 4 de l’article 5 du Motu proprio stipule bien que les prêtres qui sont autorisés par le Motu Proprio à célébrer ces messes « doivent être idoines et non empêchés par le droit » : 
§ 4. Les prêtres utilisant le Missel du bienheureux Jean XXIII doivent être idoines et non empêchés par le droit 

Traduisons donc en bon français et clairement que les prêtres doivent être reconnus par la Rome conciliaire, moderniste et maçonnique, c’est-à-dire, qu’ils doivent avoir accepté Vatican II à la lumière de la Tradition

d) Les prêtres célébrant selon les règles du Motu Proprio acceptent aussi implicitement la béatification de Jean XXIII, puisque celui-ci est nommé bienheureux par le Motu proprio. 

Conclusion : nous ne pouvons conseiller aux fidèles ni présenter comme ami de la résistance une personne qui cautionne le Motu proprio comme le fait Mgr Perez. Il faut choisir : Jésus ou ceux qui cautionnent des textes qui détruisent la foi. Qui n’est pas avec moi est contre moi, a dit Notre-Seigneur. 

Il est intéressant de noter qu’autrefois, avant que Mgr Perez ne soit Monseigneur et avant le Motu proprio summorum Pontificum, Michael Davis avait déjà écrit une lettre affirmant devant tous que Fr Perez était bien dans la lignée de Jean-Paull II autorisant le rite tridentin : Vous trouverez cette lettre (capture d’écran) suivie du texte anglais en note 1. 

Mgr Perez, en adhérant aux chevaliers OSJ, signifie ainsi qu’il célèbre sa messe en acceptant le principe du Motu Proprio, puisque les OSJ se réclament du Motu Proprio, lequel est publié intégralement sur leur site. De plus, tous les OSJ sont considérés comme des prêtres « idoines » selon l’expression de Benoît XVI, de par leur acceptation de Vatican II à la lumière de la Tradition (cf. point 3) suivant) et de par l’approbation de Mgr Mar Thomas. C’est donc une reconnaissance canonique implicite que d’adhérer aux OSJ dans ces conditions. Mgr Perez est un prêtre « idoine » à présent. 

Donc depuis août 2011, la messe de Mgr Perez est devenue moralement une messe Motu proprio, même s’il utilise le missel de 1954 et non de 1962. C’est pour cela qu’à notre avis, nos abbés seraient largement fondés à interdire l’assistance aux messes de Mgr Perez au même titre qu’ils interdisent l’assistance à une messe Ecclesia Dei : les OSJ proclament en effet sur leur site le faux principe de Benoît XVI selon lequel la messe tridentine est le rite extraordinaire de l’Eglise, la messe de Paul VI étant le rite ordinaire. (cf. trois captures d’écran ci-dessus). Mgr Perez accepte ce faux principe par son adhésion aux OSJ, il a accepté Vatican II à la lumière de la Tradition, via la formation obligatoire imposée aux chevaliers (cf. point 3 suivant). Il est donc dans les faits dans l’esprit Ecclesia Dei depuis août 2011, même s’il s’en défend. Or Mgr Lefebvre disait en 1984 qu’il ne fallait pas assister aux messes d’indult. Il nous semble bien que la messe de Mgr Perez peut être parfaitement être assimilée à une messe Ecclesia Dei, car elle est justifiée chez les OSJ par les principes du Motu proprio. 

2) Un évêque œcuménique ayant pour vocation d’unir les orthodoxes et les catholiques

Voici l’énormité que l’on peut lire sur cette page du site 

2009: The Malankara Catholic Langue is created and the Russian Langue is re-established. The Russian Langue is in communion with the Catholic Church through the personal jurisdiction of Bishop Joseph Mar Thomas whose church has a special vocation to unite Catholicism and Orthodox Christianity. 

Traduction :
2009 : La Langue catholique Malankare est créée et la Langue russe est rétablie. La Langue russe est en communion avec l’Eglise catholique par la juridiction personnelle de Mgr Mar Thomas dont l’église a vocation spéciale pour unir le catholicisme et la chrétienté orthodoxe. 

L’abbé Cekada avait montré dans son étude datant des années 1980 que cet Ordre OSJ était œcuménique. Lors de la scission de 1991, on a pu penser qu’il devenait uniquement catholique Ecclesia Dei. Mais de nouveau, depuis 2009, l’œcuménisme redémarre en un tour de passe-passe. 

Une Langue, dans l’ordre de Malte, signifie le groupement de tous les prieurés parlant la même langue. La Langue russe signifie donc tous les prieurés de l’Ordre parlant le Russe. Ces prieurés russes sont de religion orthodoxe. Mais il est décidé de façon arbitraire que ces Orthodoxes sont en communion avec l’Eglise catholique puisque l’église catholique syro-malankare de cet évêque a vocation à unir les Orthodoxes et les catholiques. Pour eux, ce n’est pas plus compliqué que cela. C’est faux. Ces personnes restent orthodoxes. Elles ne peuvent donc pas être en communion avec l’Eglise catholique, même si l’église syro-malankare a vocation à convertir l’Orthodoxie au catholicisme. Si l’on dit que l’église catholique syro-malankare a pour vocation à convertir les Orthodoxes, c’est vrai. L’église catholique syro-malankare date de 1930. http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89glise_catholique_syro-malankare

Elle est formée d’orthodoxes convertis. Mais on ne peut pas dire que l’église catholique syro-malankare a pour vocation d’unir le catholicisme et la chrétienté orthodoxe. Ce n’est pas pareil. On ne peut pas unir deux religions différentes, sinon, c’est l’esprit œcuménique d’Assise. On peut CONVERTIR les Orthodoxes au catholicisme. Ce n’est pas parce que les chevaliers orthodoxes OSF reconnaissent oecuméniquement Mgr Joseph Mar Thomas comme directeur spirituel, qu’ils ont pour autant abjuré leur Orthodoxie. Ou sinon que cela soit dit clairement. Mais cela nous étonnerait fort. Il y a donc ici une véritable tromperie, à notre avis. 

Certes, on peut objecter qu'il s'agit ici d'une reconnaissance de la levée de l'excommunication des orthodoxes opérée par Paul VI en 1965, lors de sa déclaration commune avec le patriarche Athénagoras. C'est Paul VI qui a inventé qu'on pouvait lever une excommunication sans toutefois rétablir une pleine communion. Cela n'existait pas avant, à notre connaissance. Et même chez les modernistes, la "levée d'une excommunication" de cette manière n'implique pas que l'on puisse participer aux sacrements des Orthodoxes. Ils ne sont toujours pas considérés comme étant "en pleine communion". Les OSJ vont donc encore plus loin que Paul VI.

3) Le programme des études des chevaliers comporte plusieurs livres hérétiques : 


Le programme d’admission était sous la direction de Fr Dunn (Ecclesia Dei), jusqu’à sa mort en 2012. Vatican II et l’œcuménisme sont au programme. Il faut lire obligatoirement les œuvres de Benoît XVI sur le Concile ainsi que des livres hérétiques de l’église « catholique » syro-malankare. Voici un extrait du programme au 28 août 2014, sur la capture d’écran ci-dessous 




Une preuve évidente de la compromission est la lecture de la pensée de Benoît XVI sur le concile. Mais ce n'est pas tout : concernant le livre de l’Eglise catholique syro-malankare, les chevaliers OSJ émettent une réserve voilée et timide sur la dernière page du livre qui présente les « similarités » entre le Dieu des chrétiens, des musulmans et des Juifs. Ils osent uniquement préciser : les Catholiques adorent le Dieu trine, la Sainte Trinité et adorent le Christ comme Dieu, alors que les deux autres religions, non. Ils n’osent pas condamner ce livre et ils s’en sortent en faisant des circonlocutions. Le problème, c’est qu’il faudra s’expliquer quand ils arriveront devant Notre-Seigneur, lors du jugement. Là, les circonlocutions ne serviront plus à rien. Nous allons voir ci-dessous que l'Eglise catholique syro-malankare enseigne une doctrine qui n'est plus du tout catholique, mais complètement hérétique.



Conclusion : Cette page du site OSJ revient à dire que l’on accepte Vatican II puisque l’étude des livres pourris de Benoît XVI sur la question est au programme, ainsi que les livres tordus de l’église catholique syro-malankare. C’est une autre compromission inacceptable et un très mauvais exemple donné aux fidèles. C’est une raison supplémentaire puissante pour montrer avec évidence qu’il faut mettre les fidèles en garde contre Mgr Perez. Il leur donne l’exemple de l’acceptation de Vatican II et d’un double discours. Il a beau critiquer le concile en chaire, il l’accepte de facto par son adhésion à cet ordre de chevalerie qui n’a rien de noble ni aucun esprit authentique de Chevalerie. Cet ordre est réellement un instrument du diable pour faire tomber les prêtres en leur faisant faire des compromissions très graves. Il est à fuir comme la peste. 


4) Une ambiguïté : que signifie « obéir à toutes les admonitions de l’Eglise catholique » pour un OSJ ? 

Le premier article du code des chevaliers demande d’obéir à toutes les admonitions de l’Eglise catholique. En soi, il n’y a rien de mal et c’est même un devoir. Mais le problème est que l’Eglise catholique est représentée dans ce site par Mgr Mar Thomas qui lui, n’est pas catholique du tout. Il y a aussi le programme des admissions qui comporte la lecture des œuvres de Benoît XVI sur Vatican II... Obéir aux admonitions de l’Eglise catholique dans ce site signifie donc accepter Vatican II à la lumière de la Tradition grâce à l’herméneutique de la continuité.




5) Parmi les obligations des membres OSJ, Mgr Perez a obligation de prier à chaque messe pour Mgr Mar Thomas (cf. cette page). Ce détail est important car il montre bien la relation de dépendance qu’il y a entre les prêtres OSJ et cet évêque qui est considéré comme un « directeur spirituel » ou « conseiller spirituel », suivant les pages du site. On trouve les deux appellations. Un hérétique comme conseiller spirituel… 

6) Les uniques œuvres que les OSJ aident sont des œuvres modernistes de Mgr Joseph Mar Thomas. Une partie de leurs cotisations servent à cela. Mgr Perez et les chevaliers font de plus la promotion de ces œuvres, par le site OSJ. Ce n’est pas en donnant de l’argent à un évêque conciliaire que l’on défend la foi. Ces chevaliers n’aident donc l’Eglise catholique en aucune manière, contrairement à ce qu’ils disent. 

7) Le directeur spirituel que cet Ordre de chevalerie a choisi est Mgr Joseph Bar Thomas, évêque de Bathery : 


Étudions donc qui est cet évêque que Mgr Perez a cru bon de prendre pour directeur spirituel, au vu de tous ses fidèles. Pour l’étudier, il suffit de cliquer sur son site hérétique si obligeamment proposé en lien par le site de chevalerie OSJ. http://www.osjknights.com/malankara.htm





Il s’agit du lien vers le site officiel de l’église catholique syro-malankare : http://www.malankaracatholicchurch.net/

- Sur ce site officiel où figure en bonne place Mgr Joseph Mar Thomas


1. On voit de mauvais livres hérétiques, visant à détruire la foi :

On fait par exemple la promotion d’un livre visant à révéler toutes les « richesses » de l’hindouisme





Extrait du commentaire ci-dessus : 

(…) The richness of Hinduism based on the religious texts like the Vedas, Upanishads, Bhagavad-Gita are analyzed and they are used as aid to elucidate several realities which can be explained only through religious concepts. (…) At the last chapter we find a very interesting comparative analysis of the concept of life after death, the resurrection of the dead, the last judgment, heaven and the vision about God, about man and his destiny and many more co-related concepts in both the religions. 

Traduction : 

La richesse de l’hindouisme basée sur les textes religieux comme les Védas, les Upanishads, la Bhagavad-Gita sont analysées et sont utilisées pour aider à élucider plusieurs réalités qui ne peuvent être expliquées qu’à travers des concepts religieux.(…) Au dernier chapitre, nous trouvons une analyse comparative très intéressante du concept de la vie après la mort, de la résurrection des morts, du jugement dernier, du ciel et de la vision sur Dieu, sur l’homme et sa destinée et sur beaucoup d’autres concepts co-reliés dans les deux religions

Commentaire
La réalité des choses ne peut être expliquée par les concepts religieux d’une religion satanique comme l’hindouisme. C’est une affirmation hérétique. Il est pervers de comparer les deux religions comme ils le font car c’est pour montrer que « ce qui nous unit est plus que ce qui nous sépare. » La partie en gras du texte montre en effet que c’est bien fait dans cet esprit. 

- Voici un autre mauvais livre vendu et promu par l’église « catholique » syro-malankare, dont le site de l’Ordre souverain Saint Jean de Jérusalem fait la promotion. Ce livre fait l’apologie de Gandhi et veut unir étroitement sa doctrine hindouiste et maçonnique à la doctrine catholique. On peut lire par exemple dans le texte de présentation de ce livre : « Les principes chrétiens sont aussi incorporés aux réflexions et aux enseignements du Mahatma. A la fin du livre l’auteur tente délibérément de présenter la convenance de la pensée de Gandhi au monde moderne, particulièrement en Inde et spécialement pour la vie chrétienne. »


















(…) The Christian principles are also incorporated into these teachings and reflections of the Mahatma. At the end of the book, the author makes a very deliberate attempt to present the relevance of Gandhian thought in the modern world, particularly in India and specifically in Christian life. The book is very informative and shows all the signs of a solid methodology and a great sense of the theme in the present life situations.


Commentaire complémentaire sur Gandhi : 

Une étude documentée à partir des écrits de Gandhi et des témoignages de ses proches, Gandhi : Naked ambition, publié par les éditions Quercus a révélé que cet homme était en fait un obsédé sexuel. 

Le livre Maçonnerie et sectes secrètes : le côté caché de l’histoire révèle en note de la page 477 que Gandhi était un franc-maçon, selon le Grand Maître du Grand orient d’Italie Virgile Gaito qui l’a dit dans le journal Alto Adige du 15 septembre 1996. C’était aussi un théosophe, ami de la sataniste Helena Blavatsky, fondatrice de la secte de Théosophie. En 1931, Gandhi a participé à une conférence de la Round Table à Londres. L’église « catholique » syro-malankare fait pourtant l’apologie de cet homme en essayant de marier ses enseignements avec la doctrine chrétienne. 

Il y a sûrement d’autres « perles » à relever sur ce site, imbu des idées de Vatican II et parsemé de belles photos des papes conciliaires. Mgr Joseph Mar Thomas, directeur spirituel de Mgr Perez, est à l’honneur dans ce site. C’est une personnalité en vue de cette église syro-malankare. Il est bien vu dans cette église parce qu’il promeut ses idées, malgré la belle liturgie. 

2. La page de la biographie de Mgr Jospeh Mar Thomas nous révèle un homme comblé d’honneurs par les autorités conciliaires et civiles, membre de plusieurs associations gouvernementales et promu aux plus hautes fonctions par Jean-Paul II. Le dernier paragraphe nous apprend que Mgr Joseph Mar Thomas est membre de la CBCI et du KCBC : 

3. Etudions ces organismes dont Mgr Mar Thomas fait partie : 

a. La CBCI (Catholic Bishops Conference of India) est la conférence épiscopale des évêques d’Inde. Le logo satanique du site de cette conférence épiscopale est intéressant : un serpent enroulé en huit produit de la lumière par l’ouverture de sa gueule. Vous pouvez aller voir l’animation du logo en cliquant sur ce lien : http://cbci.in/




b. Mgr Joseph Mar Thomas est également membre du KCBC 
Cette page du KCBC (Kerala Catholic Bishops’ Council) est dithyrambique sur Vatican II qui a renouvelé l’Eglise d’une façon extraordinaire, selon eux. Ils promeuvent ouvertement l’œcuménisme. 

4. Mgr Joseph Mar Thomas participe à la réforme du rite syro malankare lors d’un synode, en septembre 2013.
nous venons de trouver l’annonce d’une réforme liturgique qui ne va pas plaire aux OSJ : Mgr Joseph Mar Thomas vient d’opérer sa réforme liturgique du rite syro-malankare. La vénérable liturgie de Saint Jacques vient donc d’être modifiée par un synode dont était membre Mgr Joseph Mar Thomas. Quel rite va-t-il proposer aux OSJ à leur prochain rassemblement ?



On lit que l’une des missions du synode était : « la publication du Livre révisé des rubriques (Thukkas) liturgiques des célébrations. (…) » 

[Liste des membres du synode :] 
Moran Mor Baselios Cardinal Cleemis Catholicos (President of the Synod), Most Rev. Thomas Mar Koorilos (Secretary of the Synod), Most Rev. Geevarghese Mar Divannasios, Most Rev. Yoohanon Mar Chrysostom, Most Rev. Joshua Mar Ignathios, Most Rev. Joseph Mar Thomas, Most Rev. Abraham Mar Julios, Most Rev. Vincent Mar Paulos, Most Rev. Jacob Mar Barnabas OIC, Most Rev. Thomas Mar Anthonios OIC, Most Rev. Samuel Mar Irenios and Most Rev. Philipos Mar Stephanos were present for the Synod .

5. Le directeur spirituel des OSJ effectue également des concélébrations pour les grandes occasions. Ici c’était en l’honneur de saint Basile, saint patron de leur Catholicos  : 




Mgr Mar Thomas est nommé dans la liste des participants. 

6. L’église catholique syro-malankare vient de lancer un site internet spécialement consacré au pape François

On peut lire : (…) Every day His Holiness Pope Francis gives the world very inspiring messages and unique experiences. Through this Website, the Church aims to present the Malayalam translation of His Holiness’ speeches and interviews within twenty four hours to Malayalam speaking world” 

Traduction 

Chaque jour Sa Sainteté le Pape François donne au monde des messages remplis d’inspiration et d’expériences uniques. Par ce site, l’Eglise a pour but de présenter en un délai de 24 heures la traduction en Malayalam des paroles de sa Sainteté et de ses interviews




Voilà l’esprit « traditionnel » de l’église catholique syro-malankare. Voilà les idées que Mgr Perez a validées en recevant avec honneur cet évêque à Garden Grove. Mgr Joseph Mar Thomas accepte évidemment tout le concile Vatican II. Nous ne pouvons donc pas considérer que Mgr Perez est un ami de la Résistance.

Pourquoi devient-on chevalier de l’Ordre de Malte ? 

Voici la page où il faut aller si l’on veut comprendre : 





On devient Chevalier OSJ pour avoir les privilèges contenus dans la Bulle de 1154 du Pape Anastase IV :

Vous pouvez aller lire la Bulle sur cette page

Pour résumer les privilèges conférés aux chevaliers de l’ordre de Malte par cette Bulle, 

- aucune autorité ecclésiastique sauf le Pape n’a le droit de muter ou chasser les chevaliers de leurs possessions. 

-  Personne ne peut leur confisquer leurs biens. 

- Toutes les personnes qui sont rattachées aux prieurés jouissent de la même protection que les chevaliers. Donc si nous avons bien compris, tous les prêtres attachés à Mgr Perez jouissent de la même protection que lui. 

-  Mgr Perez peut prendre sous son autorité tout prêtre quelle que soit son origine, pour autant qu’il ait la preuve de l’intégrité de son ordination et aucun évêque ne peut ensuite avoir de pouvoir sur ces prêtres, que le pape (« We decree that you may take to yourselves clerics and priests no matter whence their origin as long as you have proof of their integrity and their ordination (…)And if the bishops by chance are unwilling to yield these men to you, you nevertheless will have the right to take them in and retain them through the authority of the Holy Roman Church. These same clerics shall be subject to no person outside your chapter with the exception of the Roman Pontiff. » )… A notre avis, cela explique peut-être l’attitude du supérieur franciscain vis-à-vis de Mgr Perez, si celui-ci était déjà dans l’Ordre en 2010. A voir. C’est une hypothèse. …

- Nous ne savons pas qui est juridiquement propriétaire des locaux de Garden Grove. Si c’est Mgr Perez, il semble, si l’on en croit la Bulle, qu’à la mort de Mgr Perez, Garden Grove ne pourra appartenir qu’à une personne élue par l’Ordre de Malte. Donc il semble que Garden Grove finira aux mains des OSJ, Ecclesia Dei ou conciliaire, probablement : « And at your death, since you are the provider and prefect of the place, no one will be put in charge through deception, craft, or violence, but only he whom the brethren elect according to the will of God”

L’étude de cette question est capitale pour les fidèles de Garden Grove. Si Mgr Perez est propriétaire et ne quitte pas son Ordre de Chevalerie, le pire est à prévoir. 

- permission d’aller voir l’évêque de son choix si un évêque refuse les sacrements ou refuse de consacrer une chapelle. Consecrations of altars or basilicas, ordinations of clerics who have been promoted to Holy Orders, and other church sacraments are in the hands of the bishop of the diocese; if indeed he is a Catholic and has favor and communion with the Apostolic See, he shall freely and willingly give you these services with no irregularity towards you; otherwise you are permitted to approach a Catholic bishop of your choice who is indisputably supported by Our authority to grant the requests you make.

Conclusion :

Les privilèges donnés à cet Ordre s’apparentent donc à une reconnaissance canonique sans texte doctrinal à signer… Exactement ce qu’il faut pour Mgr Fellay ! Nous suggérons qu’il invite sans tarder Mgr Joseph Mar Thomas à Ecône et le jour sera joué !!! En fait, Mgr Perez est en avance sur Mgr Fellay. Il a déjà effectué sa reconnaissance canonique en 2011. 

On comprend pourquoi le fidèle de Fisheater a écrit le 9 janvier 2013 : 


“Our priest [ndlr : Mgr Perez] has said plainly that the SSPX talks will not affect us.” C’est-à-dire : « notre prêtre a dit simplement que les pourparlers de la FSSPX ne nous affecteraient pas »

Cela ne l’affecte pas parce que lui, Mgr Perez, est déjà reconnu par Rome. Il y a donc une hypocrisie dans cette situation parce qu’il fait croire à ses fidèles et à la Résistance qu’il est très traditionnel et combatif alors qu’en fait il a déjà fait toutes les concessions exigées par l’adversaire. 

La question est à présent au for interne : peut-être ne s’est-il pas aperçu de mal qu’il faisait. Dans ce cas, il y a une solution : envoyer promener les OSJ et se faire convalider, puis nous rejoindre et aller aider les groupes de Résistance de Californie du Nord qui n’ont pas de prêtre. Mais malheureusement il ne semble pas dans cet état d’esprit actuellement.

Une preuve supplémentaire que Mgr Perez a bien opéré sa reconnaissance canonique :




Dans le livre Is the Order of Saint John masonic ? (datant d’avant la scission de 1991) Fr James Wathen défend le fait que l’ordre n’est pas maçonnique. Le Dr Grady, lui, pensait qu’il y avait des francs-maçons. Pour notre part nous ne pouvons pas jurer qu’aucun OSJ post 1991-branche « Ecclesia Dei » ne le soit pas, étant donné leur site tordu. Dieu sait. Qu’importe, du moment que nous nous séparons d’eux entièrement et que nous ne tolérions pas d’avoir comme ami de la Résistance quelqu’un qui en fait partie. 


Ce qui est intéressant, c’est une citation de l’abbé Wathen dans ce livre. Il explique p. 70 pourquoi, selon lui, les prêtres doivent rentrer dans cet Ordre. C’est le PIEGE dans toute sa splendeur : http://www.orderstjohn.org/selfstyle/grady.htm
"A canonically independent Order: In order that it might accomplish its work, the Popes in the first generations of the Order's existence lavishly endowed the Sovereign Order with many unique privileges, among the more notable of which is canonical immunity from the authority of local ordinaries (who are bishops usually).
It will do no good for anyone to deny that such a privilege was possessed because all treatises on the Order bear witness to this fact. The Order has never failed to recognize the preciousness of this endowment and seldom in its history has this been more essential to its purposes, and at the same time more resented by its enemies, than during this present era. By virtue of this immunity the Order will continue to set up priories which will become asylums for the true Faith and the truly faithful.

Traduction : 
Un ordre canoniquement indépendant : Afin qu'il puisse accomplir son travail, les papes ont généreusement doté l’Ordre souverain dans les premières générations de son existence. Ils lui ont conféré de nombreux privilèges uniques. Parmi les plus remarquables de ces privilèges on compte l’immunité canonique de l'autorité des Ordinaires locaux (que sont ordinairement les évêques). 
Il ne fera pas bon pour quiconque de nier que ce privilège était possédé, car tous les traités concernant l’Ordre témoignent de ce fait. L'Ordre n'a jamais manqué de reconnaître le caractère précieux de cette dotation et rarement dans son histoire, celle-ci n’a été plus essentielle à ses fins que pendant cette époque, et en même temps rarement ces avantages n’ont davantage été ressentis par ses ennemis. En vertu de cette immunité l'Ordre continuera de mettre en place des prieurés qui deviendront des asiles pour la vraie foi et les vrai croyants ". 

LE PIÈGE EST A DEUX NIVEAUX : 
1) PREMIER NIVEAU : UN FAUX PRINCIPE COMME BASE 
Ce faux principe est sous-jacent dans le texte de l’abbé Wathen. Il est par contre exposé plus clairement par l’abbé Perez le 14 août 2011
(Deux semaines avant la venue de Mgr Joseph Mar Thomas). 
You know, there are theological problems with Vatican II. There are theological problems with the new Mass. I am free to say that, because the bishop isn’t going to throw me out of the diocese. Mind you, he would have done it already if he could. But he’s not going to come — he may send hit men (Father laughing) but that’s as much as he could do, either kill me or nothing. 

Traduction
Vous savez, il y a des problèmes théologiques avec Vatican II. Il y a des problèmes théologiques avec la nouvelle messe. Je suis libre de dire cela par ce que l’évêque ne va pas me jeter hors du diocèse. Bien entendu, il l’aurait déjà fait s’il le pouvait. Mais il ne va pas venir – Il peut envoyer des tueurs à gages (M. l’abbé rit), mais c’est tout ce qu’il peut faire : soit me tuer, soit rien. 

Commentaire
Le faux principe est le suivant : Je ne dois me battre pour défendre la foi que si je ne risque rien. Si l’évêque peut me faire du mal, alors je me tais. Moi, je peux parler parce qu’il ne peut rien me faire. Conséquence immédiate : Les prêtres doivent chercher une solution pour pouvoir défendre la foi en étant à l’abri. 
Or un bon prêtre ne peut raisonner ainsi. Le prêtre de rite latin a l’avantage du célibat ecclésiastique qui le rend libre de toute charge et de tout intérêt autre que celui de ses brebis. Cette liberté sert à cela, entre autres. Il peut ainsi s’identifier à celui qui a dit à Pilate (Jean XVIII, 37): « Je suis né et je suis venu dans le monde pour rendre témoignage à la vérité. » Le prêtre doit donc défendre la foi même s’il risque d’être chassé des maisons du diocèse à cause de cela. 

2) DEUXIÈME NIVEAU DU PIÈGE : DONNONS LE GRAIN D’ENCENS RÉCLAMÉ POUR POUVOIR ENSUITE PARLER LIBREMENT
Puisque le prêtre, l’esprit faussé par le premier principe, ressent à la fois le devoir impérieux de défendre la foi mais par ailleurs exige de pouvoir le faire sans risque de sanctions, il en vient automatiquement à penser : On ne fait pas d’omelette sans casser d’œufs. Je peux faire donc quelques petites compromissions légères pour avoir ensuite l’immense privilège de pouvoir parler librement. Les conciliaires comme Mgr Joseph Mar Thomas exigent donc le grain d’encens. Ce grain d’encens revient toujours à reconnaître Vatican II. Le site des OSJ reconnaît donc Vatican II. Le prêtre qui devient chevalier OSJ donne le grain d’encens réclamé ; Il y a un parallèle frappant entre ce que les empereurs romains demandaient aux premiers chrétiens et ce qu’on demande actuellement aux OSJ. 

- On disait aux premiers chrétiens : vous n’avez pas besoin de dire ou de signer quoi que ce soit. Vous n’avez pas besoin d’abjurer votre foi. La seule chose exigée est de prendre un grain d’encens silencieusement et de le donner à Jupiter. 

- Les OSJ disent à Mgr Perez et aux autres prêtres : vous n’avez pas besoin de signer quoi que ce soit, vous n’avez pas besoin de dire que vous adhérez à Vatican II. Il suffit : 

a. que vous vous inscriviez chez nous 

b. que vous invitiez une fois Mgr Mar Thomas et Barry Garland pour la cérémonie. 

Le fait même de vous inscrire chez nous implique pour eux que vous êtes d’accord avec ce qui est sur le site (même si ce n’est pas vrai -- ce n’est pas grave, on va leur faire croire--) et le fait d’inviter Mgr Mar Thomas implique que vous êtes en communion de pensée avec Rome, -- même si ce n’est pas vrai, mais ce n’est pas grave, on va leur faire croire --. Moyennant ces deux actions infimes : une inscription et une cérémonie avec un évêque conciliaire célébrant en rite ancien, vous pourrez ensuite dénoncer l’erreur et la combattre comme vous le voudrez… Bon, évitez quand même de combattre trop souvent, trop ouvertement et violemment le pape car c’est le seul qui garde un pouvoir sur vous. Quand vous le faites, faites-le relativement discrètement et modérément… 

On peut conclure que Mgr Perez est exactement dans l’esprit de la première des six conditions, édictée au Chapitre de 2012. Il combat et dénonce assez bien l’erreur. Plus souvent et mieux que Mgr Fellay en tout cas. Et pourtant, il a fait en même temps sa reconnaissance canonique. Certains accordistes vont peut-être penser : alors, vous voyez que c’est possible de faire les deux en même temps : combattre tout en étant reconnus. 

Eh bien, non. Ce n’est pas possible, 

1. Parce que le principe du nullam partem nous enseigne qu'on ne peut se mettre en conscience sous une autorité hérétique (Saint Paul anathématise ceux qui n'enseignent pas le même évangile que lui (Galates I, 8-9). On ne peut donc pas se mettre sous l'autorité de personnes anathématisées par Saint Paul).

2. Parce que les prêtres n’ont moralement pas le droit de faire cette reconnaissance au prix de plusieurs actes objectivement graves. Ils donnent le grain d’encens en reconnaissant par leur adhésion aux OSJ : 
- le Motu proprio summorum pontificum, 
- le Concile Vatican II, 
- la communion avec les hérétiques modernistes. 

Peut-être Mgr Perez n’en était-il pas conscient à ce point. Il n’est pas trop tard pour revenir en arrière. Nous le supplions, s’il aime Dieu, de quitter cette compromission en quittant les OSJ puis de se faire convalider et de nous rejoindre dans le vrai combat. Il trouvera en quittant les OSJ le vrai esprit de chevalerie qui n’hésite pas à prendre des coups pour le Christ. Il donnera ainsi aux prêtres qui sont avec lui, un véritable esprit de chevalerie. 

On découvre donc une règle : du moment qu’on ne respecte pas le nullam partem (premier péché : ne pas le respecter) on finit toujours par faire d’autres péchés : ex : accepter Vatican II, dire que c’est une bénédiction de recevoir un hérétique, encourager d’assister à sa messe etc... 

Autre exemple : En 1991, l’ordre OSJ n’était plus œcuménique mais restait sous domination Ecclesia Dei, c’est-dire refusait le nullam partem (puisqu'il acceptait l'autorité moderniste et les hérésies de Vatican II à la lumière de la Tradition) : résultat, maintenant on en est à l’œcuménisme avec les Orthodoxes depuis 2009, il y a un lien vers un site hérétique (église catholique syro-malankare), on apprend que l’évêque vient de modifier sa liturgie en septembre 2013… et de fil en aiguille, c’est la glissade vers l’abîme. La cause première de cette glissade a été le refus d’appliquer le principe du nullam partem dès le début.

Il en est de même pour la Résistance : si elle commençait à faire des entorses au nullam partem en tolérant des prêtres comme Mgr Perez (première désobéissance à Dieu), elle glisserait rapidement vers d’autres compromissions et vers l’abîme. 



Saint Herménégilde est mort sans le Saint Viatique car il ne voulait pas recevoir Jésus des mains d’un hérétique. Saint Herménégilde a fait donc primer les principes sur les sacrements. S’il avait été présent le 28 août 2011 à Garden Grove, il se serait probablement levé en pleine assemblée pour reprocher à Mgr Perez sa conduite. Les catholiques de la Résistance allant à la messe de Garden Grove, peuvent-ils accepter la communion des mains de Mgr Perez qui accepte dans les faits Vatican II à la lumière de la Tradition, accepte dans les faits les principes du Motu Proprio, considère comme un honneur de recevoir un évêque hérétique et encourage à assister à sa messe ? Qu’aurait fait Saint Herménégilde dans cette situation ? Aurait-il accepté la communion de la part d’un ami des hérétiques, faisant de telles compromissions ? A notre avis, non. Il aurait coupé toute relation avec Mgr Perez. 

Et Saint Jean qui fuyait des thermes pour éviter l’hérétique Cérinthe, en disant : « « Sauvons-nous, de peur que les thermes ne s'écroulent, car à l'intérieur se trouve Cérinthe, l'ennemi de la vérité ! », n’aurait-il pas fui avec encore plus de promptitude la chapelle de Garden Grove qui honorait publiquement et officiellement l’hérétique Mgr Mar Thomas et encourageait à assister à sa messe ? Il est certain que Saint Jean aurait fui Garden Grove. 

Saint Paul conseille également dans son épître aux Romains XVI, 17 : Je vous prie, mes frères de prendre garde à ceux qui causent parmi vous des divisions et des scandales en s'éloignant de la doctrine que vous avez apprise : ayez soin d'éviter leur compagnie. 

Mgr Perez par ses actions s’éloigne de la doctrine et cause un scandale. Il faut donc s’éloigner de lui, à moins qu’il abandonne les OSJ. Sinon nous n’obéissons pas à Saint Paul. 

« Que votre oui soit oui. Que votre non soit non. Tout le reste vient du démon. » Voilà le conseil que Jésus donne à Mgr Perez vis-à-vis de Mgr Mar Thomas et c’est le conseil qu’Il nous donne aussi pour savoir comment traiter avec Mgr Perez. 

CONCLUSION 

Mgr Perez, depuis août 2011 : 

- accepte dans les faits Vatican II à la lumière de la Tradition, via la formation officielle des chevaliers OSJ auxquels il appartient (le grain d’encens obligatoire), 

- accepte comme directeur spirituel Mgr Mar Thomas, un hérétique conciliaire, 

- encourage à le recevoir, à l’honorer et assister à sa messe, 

- encourage implicitement le site hérétique de l’Eglise catholique syro-malankare en souscrivant aux OSJ qui en font la publicité sur leur site, 

- s’abrite derrière les faux principes du Motu proprio summorum pontificum via le site OSJ et célèbre ainsi implicitement depuis août 2011 une messe dans l’esprit du Motu proprio, étant considéré comme un prêtre « idoine » par Mgr Mar Thomas (première reconnaissance canonique implicite), 

- a effectué sa reconnaissance canonique explicite via les privilèges octroyés aux OSJ par la Bulle de 1154 du Pape Anastase IV

- est donc parfaitement reconnu par l’Eglise officielle, via l’approbation de Mgr Mar Thomas, (seconde reconnaissance canonique officielle. Cf. ci-dessus les propos très clairs de Fr Wathen à ce sujet), 

Nous pensons donc que Mgr Perez peut être véritablement apparenté à un véritable prêtre Fraternité Saint Pierre ou Ecclesia Dei (même s’il s’en défend) car les actes parlent plus fort que les paroles. Il n’est donc pas excessif pour les prêtres de la Résistance d’interdire aux fidèles qui accepteront leur juridiction l’assistance aux messes de Mgr Perez. Il serait nécessaire que l'abbé Pfeiffer le fasse publiquement, car Mgr Perez a été dans le passé recommandé par lui comme étant meilleur que la FSSPX. Or nous avons vu que Mgr Perez a fait pire que la FSSPX puisqu'il a déjà effectué sa reconnaissance canonique de fait. S’il n'y avait pas de condamnation claire, ne nous retrouverions-nous pas dans une situation analogue à celle de la néo-FSSPX qui n’interdit plus formellement l’assistance aux messes Ecclesia Dei dans certains districts ? 

Plusieurs prêtres de la Résistance après avoir pris connaissance de cet article nous ont écrit qu'en effet, il fallait interdire aux fidèles d'aller aux messes de Mgr Perez. Nous conseillons donc, aux fidèles de la Résistance de Garden Grove, de fonder une chapelle de Résistance dans la région de Los Angeles et de faire appel à un prêtre de la Résistance qui voudra bien les desservir. L'abbé Chazal lance particulièrement un appel en ce sens à Atila Sinke Guimarães , qui tient le site Tradition in actionSi ces fidèles courageux devaient manquer de sacrements certaines semaines, ils imiteraient ainsi l'héroïsme de Saint Herménégilde qui a préféré mourir sans le Saint Viatique plutôt que de faire une compromission.  Dans les écrits de Sainte Gertrude, on peut lire qu'une communion de désir faite avec ferveur apporte autant de fruits qu'une communion sacramentelle (ex : livre 4, chapitre 13). Les fidèles n'y perdront donc pas, s'ils demandent à Dieu son aide. Au contraire, ils y gagneront en ferveur et en grâces.

Note 1 :