jeudi 3 septembre 2015

Il se manifeste à ceux qui se confient en lui



Aimez la justice, vous qui êtes les juges de la terre; que vos pensées sur le Seigneur soient selon la droiture, et cherchez-le d'un coeur sincère; car il se laisse trouver par ceux qui ne le tentent point, et il se manifeste à ceux qui se confient à lui.

Sagesse, I, v.1-2

mercredi 2 septembre 2015

Commentaire des 24 thèses thomistes


Salvum me fecit, quoniam voluit me
 Il m'a sauvé, parce qu'Il m'a voulu. 

p. 331 et 332 du livre, extrait :
"Dieu est amour. — Il est impossible que la volonté n'aille de pair avec l'intelligence infinie, que l'existence première ne soit pas un amour infini du fait même qu'elle s'identifie avec une pensée infinie. En effet, la procession intellectuelle du bien absolu implique nécessairement une complaisance complète dans ce même bien; et Dieu qui se connaît comme bien universel ne peut pas ne pas s'aimer proportionnellement, c'est-à-dire sans mesure. Il n'aimera jamais autre chose que par ce bien unique, hors duquel il n'y a pas d'autre bien possible qui n'en soit une participation et une communication.  (...) Dieu est très libre, parce qu'aucune chose, absolument, ne peut attirer son amour; il veut et il aime avec une indépendance entière ce qu'il lui plaît de vouloir et d'aimer. Aucun amour n'est absolument libre et gratuit comme le sien. Salvum me fecit, quoniam voluit me ( Ps. XVII, v.20 ), il m'a sauvé, parce qu'il m'a voulu, et il n'y a pas d'autre raison."


Ce livre est très utile pour avoir de bonnes bases philosophiques. Les erreurs actuelles, particulièrement les erreurs de la franc-maçonnerie sont dues en bonne partie au fait que les gens ne sont pas bien formés au plan philosophique et se laissent par conséquent séduire par des erreurs qu'ils n'arrivent pas à détecter. Ce livre nous sera utile dans l'avenir pour combattre certaines de ces erreurs. 

Les lycéens qui préparent leur bac cette année pourront aussi lire certains passages de ce livre comme antidote aux philosophes modernes.


Pour rechercher rapidement une notion dans un document pdf, faire ctrl + F. Une petite fenêtre apparaît. On tape ensuite dans la fenêtre le mot-clé et toutes les occurrences de ce mot dans l'oeuvre apparaissent. Il suffit de cliquer sur suivant pour aller à l'occurrence suivante.

mardi 1 septembre 2015

Que disent les saints du petit nombre des élus ?



L'abbé Godts dans son livre Que disent les saints du petit nombre des élus ? montre que l'opinion commune de l'Eglise et des saints de tous les temps est que même parmi les chrétiens baptisés, les élus sont en très petit nombre. Les affirmations ci-dessous ne sont pas à lire si l'on est scrupuleux. Si quelqu'un a la volonté droite de faire ce que Dieu veut, d'être un saint, il n'a pas à s'inquiéter. Il doit s'abandonner avec confiance à la miséricorde divine. 

Les citations ci-dessous sont réservés à ceux qui vivent en état de péché mortel, qui le savent et qui s'en réjouissent ou s'en moquent. Même parmi les chrétiens et même parmi les traditionalistes, ces personnes sont nombreuses. Ces citations sont aussi destinées aux non scrupuleux qui veulent stimuler leur piété en priant pour les pécheurs. Beaucoup d'âmes vont en enfer parce que personne ne prie et se sacrifie pour elles.

Saint Alphonse de Liguori, Instruction Pratique pour les Confesseurs.
 "On doit savoir aussi que parmi les fidèles défunts, beaucoup sont damnés
 Chapitre V Du second principe, premier point du Blasphème, tome 1, p.276, ce passage se trouve dans la Lettre réponse à la lettre apologétique écrite pour la défense de la dissertation sur l'abus de maudire les morts, Oeuvres Complètes, tome 23, édition Parents-Desbarres éditeur, Paris.

Vénérable Janvier-Marie Sarnelli, c.s.s.r. p.54. (+1744) ami de saint Alphonse de Liguori :
«La plus grande partie des fidèles se damne. »


Saint Léonard de Port Maurice (+1751)    p.51
Deux éminents cardinaux, Cajetan et Bellarmin, appuyés sur le savant Jean d'Avila, se prononcent d'un commun accord contre le sentiment des libertins et déclarent ouvertement que selon eux, la majeure partie des chrétiens adultes se damnent. 
Suarez, après avoir consulté toutes les autorités, après avoir tout pesé, a écrit ces mots: "le sentiment le plus commun tient que, parmi les chrétiens, il y a plus de réprouvés que d'élus." Communior sententia tenet ex christianis plures esse reprobos quam praedestinatos."


Saint Vincent Ferrier (+1419) 

Ce très grand prédicateur interroge  ainsi ses auditeurs : « Comment le Christ  peut-il dire  que les élus sont peu nombreux  alors qu’ils sont innombrables selon l’apôtre Jean dans l’apocalypse ?   Et il répond ainsi : « On peut faire concorder ces deux textes au moyen d’une distinction,   parce que des élus nous pouvons parler de deux façons :  absolument parlant  ou en les comparant à autrui. Si on parle d’eux  dans l’absolu,  ils sont nombreux, comme le dit Jean. Mais si nous voulons parler des élus en les comparant aux damnés, ils sont peu nombreux comparativement à ces derniers. Ainsi en est-il des grains de sable que l’on tient dans la main. On peut dire qu’il y en a beaucoup si la main en est pleine. Mais ils sont en petit nombre si on les compare à ceux qui sont sur la grève. Ainsi le genre humain est comparé au sable pour la multitude,  comme il appert de la promesse de Dieu faite à Abraham : Je multiplierai ta descendance comme les étoiles du ciel et comme le sable de la mer qui se trouve sur le rivage.  Dieu s’en emplit la main, car les âmes des justes sont dans la main de Dieu lesquelles, prises absolument parlant, sont innombrables comme le dit saint Jean. Mais en comparaison des damnés  elles ne sont presque rien.

Le Seigneur a dit « Entrez par la porte étroite  parce qu’elle est la large la porte et spacieuse la voie  qui conduit  à la perdition. Elle est étroite et resserrée celle qui conduit à la vie, et peu la trouvent. Ils sont encore moins nombreux ceux qui la conservent une fois trouvée. Ils sont très peu nombreux  ceux  qui se rendent jusqu’au bout.  Chacun veut marcher selon son bon plaisir.  La porte étroite du paradis est la volonté de Dieu. C’est à son observance que doit se contraindre celui qui veut entrer dans  le ciel.  La porte large est la volonté propre. La voie resserrée qui mène à la vie  est la souffrance acceptée en expiation du péché. La voie spacieuse de l’enfer  est la conversation mondaine, le bien manger, le bien boire, la luxure, la délectation malsaine, la vengeance des injures etc.. »
Ensuite ce saint très éloquent résout ainsi l’objection  habituelle tirée de la miséricorde divine. « Comme chaque chose agit naturellement selon sa vertu, étant par nature d’une miséricorde infinie, Dieu  doit sauver un nombre infini d’âmes. Comment donc peut-on dire qu’il y a beaucoup d’appelés et peu d’élus,  alors que les élus devraient être en nombre infini ? »  En réponse, on doit noter que Dieu est infini dans sa bonté, sa piété et sa miséricorde, et qu’Il a tout fait ce qu’Il pouvait et devait faire, d’une façon même infinie, pour que tous soient sauvés. Pourquoi donc tous ne se sauvent pas ? Parce que tous ne veulent pas être sauvés.  Je dirais même plus :  peu nombreux sont ceux qui veulent recevoir le salut.  Notez  la ressemblance qu’il y a avec ce que le roi a fait récemment  pour le rapatriement  des captifs. Il a déboursé une somme considérable  pour le rachat de ceux qui étaient en barbarie. Il a mis à leur disposition des navires et des galères  pour leur faciliter le retour  à la patrie. Mais il ne voulurent pas s’en retourner.  Le Seigneur Jésus a payé très abondamment le prix de la rédemption  des humains, même au cas où ils seraient infinis en nombre, et nous a préparés les navires de l’innocence baptismale,  de la pénitence sacramentelle,  et de l’obéissance en tout.  Mais les gens ne veulent pas sortir de la captivité, comme les Juifs n’ont pas voulu sortir de la prison  de Moïse, ni les Agariens de la prison de Mahomet,  ni les orgueilleux de la prison de l’orgueil,  et ainsi de suite pour les autres . » 


Saint Jean Chrysostome , docteur de l’Eglise, 407

Ce saint docteur à la bouche d’or nous a révélé sa pensée dans la célèbre homélie vingt-quatrième sur les actes des apôtres, homélie qu’il a prononcée devant les fidèles de l’église d’Antioche : " Je dis cela, non parce que je hais la multitude que vous formez, mais parce que je voudrais que tous soient éprouvés et que vous ne vous fiiez pas en la multitude. Il y a beaucoup de gens qui tombent dans la géhenne. Combien pensez-vous qu’il y a de nos concitoyens qui obtiendront le salut? Stupéfiant est ce je vais vous dire, mais je le dirai quand même . Parmi tant de milliers,-- (Cornelius a Lapide dit en note que la ville d’Antioche comptait au moins cent mille habitants)-- il n’y en a pas cent qui parviendront au salut. Je doute même qu’il y en ait tant ! Quelle débauche chez les adolescents ! Quelle perversité chez les plus âgés ! "

Ce jugement si notoire du saint docteur a suscité la réaction de certains théologiens, telle celle de l’auteur de la théologie à l’usage du séminaire de Mechline : "C’est de l’enflure verbale. Il ne faut pas prendre ces mots à la lettre. Il s’agit d’une condamnation conditionnelle : s’ils fréquentent les spectacles dégradants, s’ils recherchent les voluptés, les vices… " Il y a d’autres homélies de saint Jean Chrysostome sur les Actes des Apôtres dont l’authenticité, il est vrai, est contestée à cause de la pauvreté du style et de certaines contradictions apparentes. Mais les Bénédictins les reconnaissent comme étant bien de notre auteur. Il faut se rappeler, en outre, que nous avons, il n’y a pas si longtemps, entendu le vénérable Claude de la Colombière déclarer : " Je m’étonne que de cent mille il y en ait trois de sauvés ".

Le même Chrysostome prêche ailleurs ainsi à ses prêtres : " Ce sont eux que je déplore, c’est à cause d’eux que je pleure, quand il me vient à la pensée la grande quantité de ceux qui se perdent parmi les baptisés. Quelle séparation devrais-je faire entre les frères pour les réduire au petit nombre de ceux qui obtiennent le salut, afin que la plus grande partie du corps de l’Eglise ressemble à un corps mort et immobile ? En quoi cela nous concerne-t-il, dira quelqu’un. Cela vous concerne extrêmement vous qui ne vous souciez pas d’eux, qui ne les exhortez pas, qui ne les aidez pas de vos conseils, qui ne les secourez pas dans leurs besoins, qui ne les traînez pas par la force, et qui ne vous détournez pas de cette si grande négligence. Le Christ nous montre que nous ne devons pas nous soucier uniquement de nos intérêts mais aussi de ceux d’autrui, quand il nous compare au sel et au levain et à la lumière ".

lundi 31 août 2015

Step by step, Bp Williamson is moving us closer to Rome


Cet article peut être lu en français sur ce lien

In the last Eleison Comment released Sunday 30 August 2015, Bp Richard Williamson writes : So if the SSPX cannot be brought by Rome to abandon dogma, or rather to undermine all Catholic dogma with the Masonic super-dogma that all dogma is mush, then the SSPX is bound to act within the walls of Rome like a Trojan horse. That is why the Cardinal will insist on a preamble, whether written by Rome or by the SSPX is of no importance, so long as the mass of Traditionalists, just like the mass of Catholics after Vatican II, will let themselves be deceived by the doctrinal ambiguities. Brilliant these will be.

By these words, Bp Williamson, great admirer of the satanist esoteric poet T. S. Eliot which was member of the Golden Dawn (see this article), helps Bp Fellay and Pope Francis to prepare traditionalist people's minds to an agreement with Rome without any doctrinal preambule. 

Bp Williamson introduces again in the Resistance and in the catholic Tradition the idea that an agreement with Rome without any doctrinal written preambule would not be dangerous for us, but for the Roman freemasons, while it is of course exactly the opposite : an agreement of the sspx with Rome with or without any doctrinal preambule would not mean death for modernist freemasons but for catholic Tradition. It would be a great victory for freemasonry (but not the final victory, of course, because we know that Our Lord Jesus Christ is stronger than Lucifer). Why such an agreement would be a victory? Because in both cases, it would establish that traditional Catholics recognize the authority of a heretic pope, while Saint Paul, Saint Vincent of Lerins, Saint Thomas of Aquinas, saint Ireneus of Lyon and many other Fathers of the Church teach us to anathematize heretics and to live entirely separated from them (see the nullam partem tab). 

A trap for the SSPX :
Bp Williamson is leading the Resistance and the whole catholic Tradition in a trap. Conservative people from the sspx read his Eleison Comments. If Bp Fellay decides an agreement with Rome without any written doctrinal document, these conservative people will think that such an agreement is good because Bp Williamson told them it was good. They will even think that Catholic Tradition is very smart and will reconquer Rome, because Bp Williamson thinks that a sspx recognized by Rome without any written doctrinal agreement would be a Trojan horse inside of the modernist Rome... 

A trap for the Resistance :
One of the consequences of this statement from Bp Williamson is that if the sspx is a Trojan horse inside of the Roman modernist masonic camp in case of non-written agreement, so the Resistance should join the sspx in the agreement, to help them to convert Rome. I think it is very possible that this trap is prepared for us, especially if nobody from the Resistance reacts to this Eleison Comment and to other conferences with the same dangerous idea. Avec l'Immaculée refuse to follow Bp Williamson and ask people from the Resistance to separate from him.  

And what about Bp Faure?
Bp Faure is not better than Bishop Williamson because he always agrees with him and because he had an ambiguous position about our relations with Rome. In addition, during his visit to France shortly after joining the Resistance, he did everything possible to prevent any reaction, repeating the faithful during the meetings that they had to  follow in everything Fr de Cacqueray and do nothing without his permission. Far from stimulating the Resistance in France, Bp Faure considerably diminished its strenght. 

Bp Williamson and the novus ordo mass :
Last July, Bp Williamson had already made the news in the Tradition because on 28th June 2015, he said in a conference given in Mahopcac, New York  :

Minute 8:56 : “There are cases when even the Novus Ordo Mass can be attended with an effect of building one´s faith instead of losing it”


Mgr Williamson en conférence à Mahopcac, New York

Minute 9:53 : “Be very careful, be very careful with the Novus… stay away of the Novus Ordo, but exceptionally… if you´re watching and praying even there you may find the grace of God, if you do make use of it in order to sanctify your soul” :

Mgr Williamson en conférence à Mahopcac, New York

Minute 10:37 : “Therefore, I would not say every single person must stay away from every single Novus Ordo Mass” 



Mgr Williamson en conférence à Mahopcac, New York

Dr. David Allen White, Fr Zendejas, the Dominicans of Avrillé (Fr Marie-Dominique O.P. and Fr. Angelico O.P) were there. They said nothing. It was not suprising from Dr White which is a great admirer of T. S Eliot, too. But it was not normal at all that Fr Zendejas and the Dominicans did not react. 



If sometimes the Novus Ordo can nourish the faith, it means that the Novus Ordo's heresies can sometimes be good for the soul if the priest is pious. This is completely false and very dangerous to say that. It is in full opposition with what has been taught to us by the sspx for forty years. Such a statement is opposite to the catholic faith which teaches us with Saint Paul :
Gal. I, 7-9 " Which is not another, only there are some that trouble you, and would pervert the gospel of Christ. But though we, or an angel from heaven, preach a gospel to you besides that which we have preached to you, let him be anathema. As we said before, so now I say again: If any one preach to you a gospel, besides that which you have received, let him be anathema." 

Saint Paul teaches us to be separated from those who have not the same faith. Because anathema means "separated, cut from". It is Saint Thomas who explains that by quoting the second Concile of Constantinople. This quote from the Golden Chain is very important and will be very useful in the future : 
"Second Council of Constantinople, Concil. Con. ii. Collat. 8: How is it that some do presume to say that these things are said only of the living? Know they not that the sentence of anathema is nothing else but separation? They are to be avoided who are held of grievous faults, whether they are among the living, or not. For it is always behoveful to fly from the wicked. Moreover there are divers letters read of Augustine of religious memory, who was of great renown among the African bishops, which affirmed [margin note: see Aug. Ep. 185, 4] that heretics ought to be anathematized even after death. Such an ecclesiastical tradition other African Bishops also have preserved. And the Holy Roman Church also has anathematized some Bishops after death, although no accusation had been brought against their faith in their lifetime.

The modernists do not preach the same faith (see "Pope Francis" and "Pope Benedict"'s categories, on the the right side of this blog). Let us remind, for example, that Pope Francis taught us that studying the Coran was good for souls! (cf. this bilingual French/ English video). It is clear and sure that the actual pope would be declared anathema by saint Paul. Same for all the priests and bishops who support him in his heresies... So we cannot go to a mass celebrated by priests who would be declared anathema by saint Paul.

So if he was faithful to the secular teaching of the Catholic Church, Bp Williamson instead of teaching us that sometimes, Novus Ordo people or Novus Ordo protestantized masses can nourish our faith, would on the contrary anathematize the Novus Ordo and teach us with Saint Paul and Saint Thomas of Aquinas that we have to stay entirely separated from them. This bishop shows us again that he is not trustable any more and that we must separate from him because he has a dangerous doctrine.

Let us also remind of the catastrophic conference of Postfalls, given the 1st June 2014, where Bp Williamson said : "If, by some miracle, Pope Francis rang me up next week and said : “You Excellency, you and I have had our divergences, but right now I am authorizing you to found a society. You go right ahead for the good of the Church.”
-“Holy Father, can I have that in writing? Do you mind if I come to Rome and get that with your signature?”
-“Yes, of course”.
-"Allright, then I’d be on the next plane to Rome. I’d be on the next plane to Rome!"
But without that, “up a creek without a paddle”. And it is not a solution."

We have already warned about the danger of this conference here.

The right position about an agreement with Rome
So the right position is that we cannot make any agreement with Rome (written or non--written) until Rome is not fully converted, otherwise we would sin by acting against the teachings of Saint Paul, Saint Thomas, the Concile of Constantinople and many other Fathers of the Church. 

Moreover, from a pragmatic point of view : " it is not the subjects that make the superiors, but the superiors who make the subjects." But this argument from Abp Lefebvre is not the main one. Our main arguments should be doctrinal and theological. One of the main theological argument is that to be accepted and recognized by people who accept at the same time all the religions in the Pantheon of Assisi is to agree to put the only true and holy religion on the same level as the other religions which are from the devil :

See for example :
- Psalm 96 v. 5 : For all the gods of the peoples are idols, But the Lord made the heavens.



Can we submit to a pope who honors false religions without thereby betraying our catholic faith?
No. Indeed, this attitude of submission to the Pope would be a de facto recognition of the value of the doctrinal judgment of a heretic, and thus the doctrinal approval of this heretic. It would betray Jesus Christ.

Here are some other quotes showing that we must flee from Rome as long as the Pope and the Cardinals do not defend the true faith:

- Saint Paul : Romans XVI, 17 :
Now I beseech you, brethren, to mark them who make dissensions and offences contrary to the doctrine which you have learned, and avoid them. For they that are such, serve not Christ our Lord (...)

- II John, 10-11 : If any man come to you, and bring not this doctrine, receive him not into the house nor say to him, God speed you.(1) For he that saith unto him, God speed you, communicateth with his wicked works. 

[Note :
(1) Nor say to him, God speed you: This admonition is to forewarn the faithful of the dangers which arise from a familiarity with those who have prevaricated and gone from the true faith, and with such as teach false doctrine. But this is not forbidding a charity for all men, by which we ought to wish and pray for the eternal salvation of every one, even of our enemies. That is why we must pray for the conversion of all freemasons but we must not accept to be recognized by them.]

- A man that is a heretic, after the first and second admonition, avoid. Tit. III, 10.

– “Avoid the heretics; they are the successors of the devil who seduced the first woman”- (St Ignatius of Antioch)

– “Flee all heretics!” (St Irenaeus)

– “Flee the poison of heretics!” (St. Anthony the Great)

– “Do not sit with heretics” (St Ephrem)

Saint Vincent of Lerins clarifies :
- “The Apostle commands this intransigence to all generations : must always be anathematized those who have a doctrine contrary to the received doctrine”.

It is why Don Guéranger writes to Bishop d’Astros
– “One of the means to preserve faith, one of the first marks of unity, is the flight from heretics”.

Conclusion 

Whatever be the agreement (sspx-Rome or Resistance-Rome -- written or oral -- pragmatic or doctrinal), it would be a dangerous and bad agreement until Rome is not fully converted. We must separate from the conciliar Rome until it is not fully teaching the catholic faith. Pope Francis must first condemn the Second Vatican Council, the novus ordo mass, the new code of canon law, homosexuality, laicism etc . The nullam partem position is the only true one until Rome is not converted. It is the only position which pleases God. 

For the moment, it is better to have no bishop than to have dangerous bishops like Bp Williamson or Bp Faure who always agrees with him and who is one of his best friends. Jesus, our All-powerful God is in control of everything. We do not have to worry. He will give us the appropriate graces for these exceptional circumstances. For those who love Him, Our Lord always organize things in the best way for them : first, we have to keep the true faith and then we will have a good Bishop when God decide it is necessary and good for us : "Seek ye therefore first the kingdom of God, and his justice, and all these things shall be added unto you." Matt. VI, 33.


Pas à pas, Mgr Williamson nous rapproche toujours plus près de Rome



The same article can be read in English here on this link 

Dans le dernier Commentaire eleison publié dimanche 30 août 2015, Mgr Williamson écrit :
Ainsi, si la FSSPX ne peut être amenée à abandonner le dogme, ou plutôt à faire saper tout dogme catholique par le super-dogme maçonnique selon lequel toute dogmatique n’est que de l’eau de rose, alors nécessairement la FSSPX agira à l’intérieur des murailles de Rome comme un Cheval de Troie. Voilà pourquoi le Cardinal insiste tant sur un préambule doctrinal. Que celui-ci soit rédigé par Rome ou par la FSSPX n’a aucune importance, pourvu que la masse des Traditionalistes, comme la masse des Catholiques après Vatican II, se laisse tromper par les ambiguïtés doctrinales.

Par ces mots, Bp Williamson, grand admirateur du poète sataniste et ésotérique Thomas Stearns Eliot, qui était membre de la Golden Dawn (voir cet article), aide Mgr Fellay et le Pape François à préparer les esprits à un accord avec Rome sans aucun préambule doctrinal.


Mgr Williamson introduit de nouveau dans la Résistance et dans la Tradition catholique l'idée qu'un accord avec Rome sans aucun préambule écrit doctrinal ne serait  pas dangereux pour nous mais dangereux pour les francs-maçons romains, alors que c'est bien sûr exactement le contraire : un accord de la FSSPX avec Rome, avec ou sans préambule doctrinal ne mettrait pas du tout en danger les francs-maçons modernistes mais bien la Tradition catholique. Ce serait une grande victoire pour la franc-maçonnerie (mais pas la victoire finale, bien sûr, puisque nous savons que Notre Seigneur Jésus-Christ est plus fort que Lucifer). 


Pourquoi serait-ce une grande victoire pour la Franc-maçonnerie ? Parce que dans les deux cas, un tel accord démontrerait que les catholiques traditionnels reconnaissent sur eux l'autorité d'un pape hérétique. Pourtant, Saint Paul, Saint Vincent de Lérins, Saint Thomas d'Aquin, Saint Irénée de Lyon et bien d'autres Pères de l'Eglise nous enseignent à anathématiser les hérétiques et à vivre entièrement séparé d'eux (voir l'article en onglet sur le nullam partem). Nous n'avons pas le droit de nous mettre sous l'autorité doctrinale d'un hérétique. Ce serait un péché grave.

Un piège pour la FSSPX

Mgr Williamson mène la Résistance et toute la Tradition catholique dans un piège. Les éléments conservateurs de la FSSPX lisent ses Commentaires Eleison. Si Mgr Fellay décide un accord avec Rome sans aucun document écrit doctrinal, ces conservateurs penseront qu'un tel accord est bon parce que Mgr Williamson leur a dit qu'il était bon. Ils penseront même que la Tradition catholique est très intelligente de conclure ce type d'accord et qu'elle va reconquérir Rome, parce que Mgr Williamson dit qu'une FSSPX reconnue par Rome sans aucun document écrit serait un cheval de Troie à l'intérieur de la Rome moderniste...


Un piège pour la Résistance

Une des conséquences de cette déclaration de Mgr Williamson est que si la FSSPX est un cheval de Troie à l'intérieur du camp maçonnique romain en cas d'accord non-écrit, alors on proposera à la Résistance de rejoindre la FSSPX dans cet accord, afin de l'aider à convertir Rome. Je pense qu'il est très possible que ce piège soit préparé pour nous, surtout si personne dans la Résistance ne réagit  à ce commentaire Eleison et à d'autres conférences véhiculant la même idée dangereuse. Avec l'Immaculée refuse de suivre Mgr Williamson et demande aux personnes de la Résistance se séparer de lui.


Et Mgr Faure ?
Mgr Faure n'est pas meilleur que Mgr Williamson parce qu'il est toujours d'accord avec lui et parce qu'il a une position ambiguë, dangereuse et irrationnelle concernant nos relations avec Rome. De plus, lors de sa venue en France, peu après avoir rejoint la Résistance, il n'a eu de cesse d'empêcher toute réaction, répétant aux fidèles lors des réunions chez eux qu'il fallait suivre en tout l'abbé de Cacqueray et ne rien faire sans son autorisation. Loin de stimuler la Résistance en France, il l'a considérablement amoindrie. 


Mgr Williamson et la nouvelle messe

En Juillet dernier, Bp Williamson avait déjà défrayé la chronique dans la Tradition, car le 28 Juin 2015, il a dit lors d'une conférence donnée à Mahopcac, dans l'Etat de New York :


Min; 8.56 : « Il y a des cas où l’on peut assister à la messe moderne avec le résultat de fortifier sa propre foi au lieu de la perdre. »


Min : 9. 53 « Soyez très vigilante [il s’adresse à une dame], soyez très vigilante avec la messe moderne…, restez éloignée de la messe moderne, mais exceptionnellement… si vous êtes vigilante et que vous priez, même là vous pouvez trouver la grâce de Dieu, si vous le faites dans le but de sanctifier votre âme. »


Minute 10:37 : « Par conséquent, je ne dirais pas que chaque personne doive se tenir à l’écart de la messe moderne. » (source des citations et des photos de Mahopcac : catholicapedia, site sédévacantiste que je ne soutiens pas mais qui a fait un bon travail de documentation sur cette conférence).


À la conférence de Mgr Williamson, étaient présents, le Dr. David Allen White, l’abbé Zendejas, les Dominicains d’Avrillé (le Père Marie-Dominique O.P. et le Frère Angelico O.P. ). Ils n'ont rien trouvé à lui reprocher, ce qui est anormal.

les Dominicains d’Avrillé à la conférence de Mgr Williamson

Si parfois le Novus Ordo peut nourrir la foi, cela signifie que les hérésies du Novus ordo peuvent parfois être bonnes pour l'âme si le prêtre est pieux. Ceci est complètement faux et il est très dangereux d'affirmer cela. Ces affirmations de Mgr Williamson sont en complète opposition avec ce qui nous a été appris par la FSSPX pendant quarante ans. Et surtout, ces affirmations sont opposées à la foi catholique qui nous enseigne avec saint Paul :
Galates (I, 8-9) : 
"Mais quand nous-mêmes, quand un ange venu du ciel vous annoncerait un autre évangile que celui que nous vous avons annoncé, qu'il soit anathème!

Nous l'avons dit précédemment, et je le répète à cette heure, si quelqu'un vous annonce un autre évangile que celui que vous avez reçu, qu'il soit anathème!"


Saint Paul nous enseigne à être séparés de ceux qui ont pas la même foi. En effet "anathème" signifie "séparé, coupé de". C'est Saint Thomas, qui explique cela. Voici la citation (c'est une citation du deuxième Concile de Constantinople, cité par Saint Thomas dans la Chaîne D'or). Elle est très importante et nous l'utiliseront souvent :
Le concile de Constantinople explique, à propos de l'anathème : "Ignorent-ils donc que la sentence d’anathème n’est autre chose qu’une sentence de séparation ? On doit toujours éviter tout commerce avec ceux qui sont esclaves de crimes énormes, qu’ils soient du nombre des vivants ou parmi les morts, car on doit toujours se séparer de ce qui est coupable et nuisible. D’ailleurs nous avons d’Augustin, de pieuse mémoire, et qui jeta un si vif éclat parmi les évêques d’Afrique, plusieurs lettres où il enseigne qu’il faut anathématiser les hérétiques même après leur mort. Les autres évêques d’Afrique ont conservé cette tradition ecclésiastique, et la sainte Église romaine elle-même a anathématisé aussi quelques évêques après leur mort, quoique leur foi n’eût pas été incriminée pendant leur vie." (source Chaîne d'or de Saint Thomas sur Matthieu XVI 13-19)

Les modernistes ne prêchent pas la même foi (cf. les rubriques "François" et "Pape Benoît XVI" 'de la colonne de droite de ce blog). Souvenons-nous, par exemple, que François nous a enseigné que l'étude du Coran était bonne pour nos âmes ! (cf. cette vidéo). Il est clair et certain que le pape actuel (ainsi que Benoît XVI) seraient déclarés anathèmes par saint Paul. Idem pour tous les prêtres et les évêques qui les soutiennent dans leurs hérésies ... Donc, nous ne pouvons pas aller à une messe célébrée par des prêtres qui seraient déclarés anathèmes par saint Paul.

Par conséquent, s'il était fidèle à l'enseignement séculaire de l'Eglise catholique, Mgr Williamson, au lieu de nous enseigner que parfois des conciliaires ou des messes modernistes protestantisées peuvent nourrir notre foi, anathématiserait au contraire le Novus Ordo et nous enseignerait à la suite de Saint Paul et Saint Thomas d'Aquin que nous devons rester entièrement séparés d'eux tant qu'ils ne sont pas pleinement convertis en actes. Cet évêque nous montre encore une fois qu'il n'est plus digne de confiance et que nous devons nous séparer de lui parce qu'il a une doctrine dangereuse.

Rappelons également la conférence catastrophique de Postfalls du 1er Juin 2014, où Mgr Williamson dit :

Si, par un quelconque miracle, le pape François m’appelait la semaine prochaine et me disait : «Excellence, vous et moi avons eu des points de vue différents, mais à cette heure-ci je vous autorise à fonder une société religieuse. Allez de l’avant pour le bien de l’Eglise.»
- «Très saint Père, vous pouvez me mettre ça par écrit ? Ca vous dérange si je viens à Rome chercher le document portant votre signature?».
- «Mais certainement!»
- "Entendu. Alors je prendrais le premier vol pour Rome. Je prendrais le premier vol pour Rome ! Mais sans ça, on est dans le pétrin."

Nous avons déjà averti du danger de cette conférence ici.

La bonne position concernant l'accord

Donc la position qui est la bonne, est que nous ne pouvons faire aucun accord avec Rome (écrit ou non-écrit) jusqu'à ce que Rome soit entièrement convertie, sinon nous allons pécher en agissant contre les enseignements de saint Paul, de saint Thomas, du Concile de Constantinople et de nombreux autres Pères de l'Église.

En outre, d'un point de vue pragmatique: « ce ne sont pas les sujets qui font les supérieurs, mais les supérieurs qui font les sujets." Mais cet argument de Mgr Lefebvre n'est pas le principal, du fait de son pragmatisme. Nous devons appuyer notre combat sur des arguments doctrinaux et théologiques. L'un de ces principaux arguments doctrinaux est qu' accepter d'être reconnus par des gens qui acceptent en même temps toutes les religions dans le Panthéon d'Assise revient à mettre la seule vraie et sainte religion sur le même pied que les autres religions qui sont du diable :
cf. par exemple: 
- Psaume 96 v. 5: Car tous les dieux des autres peuples sont des idoles, sauf l'Éternel qui a fait les cieux. 




Ce document montre que le diable est à l'origine du protestantisme. 

Pouvons-nous nous soumettre à un pape qui honore les fausses religions sans par le fait même trahir la nôtre ? 
Non. En effet, cette attitude de soumission au pape serait une reconnaissance de fait de la valeur du jugement doctrinal d'un hérétique, et donc par là même l'approbation de cet hérétique au plan doctrinal. Ce serait trahir Jésus-Christ.

Voici encore quelques citations montrant qu'il faut fuir Rome tant que le Pape et les cardinaux ne défendent pas la vraie foi :
- « Je vous en prie, Frères, gardez-vous de ces scandaleux qui vont à l’encontre de la doctrine que vous avez reçue : évitez-les, car ces gens-là ne servent pas le Christ » (Romains ch. 16, v.17). 

- « Si quelqu’un vient à vous qui ait une doctrine différente, ne le recevez pas chez vous et ne le saluez même pas. Car celui qui le salue participe à ses œuvres mauvaises. » (2 Jn 10).

- Tite, III, 10 : "Évite un homme hérétique après une première et une seconde admonition, sachant qu'un tel homme est perverti et qu'il pèche puisqu'il est condamné par son propre jugement."

- « Fuyez les hérétiques, ce sont des successeurs du diable qui a réussi à séduire la première femme. » (St Ignace d’Antioche).

- « Fuis tout hérétique ! » (St Irénée).

- « Fuyez le venin des hérétiques ! » (St Antoine du désert).

- « Ne t’assied pas avec des hérétiques ! » (St Ephrem).


Saint Vincent de Lérins : « L’Apôtre commande cette intransigeance à toutes les générations : il faudra toujours anathématiser ceux qui ont une doctrine contraire à celle reçue ». 

Dom Guéranger à Mgr d’Astros : « Un des moyens de conserver la foi, une des premières marques de l’unité, c’est la fuite des hérétiques. » 

Conclusion 
Quel que soit l'accord (FSSPX-Rome ou Résistance-Rome -- écrit ou oral -- pragmatique ou doctrinal), ce sera un accord dangereux et mauvais tant que Rome n'est pas entièrement convertie. Nous devons nous séparer de la Rome conciliaire jusqu'à ce qu'elle enseigne pleinement la foi catholique. François doit d'abord condamner le Concile Vatican II, la messe du Novus ordo, le nouveau code de droit canonique, l'homosexualité, la laïcité, etc. La position du nullam partem est la seule vraie tant que Rome n'est pas convertie. C'est la seule position qui plaît à Dieu.

Pour le moment, il est préférable de n'avoir aucun évêque que d'avoir des évêques dangereux comme Mgr Williamson ou Mgr Faure qui est toujours d'accord avec lui et qui est l'un de ses meilleurs amis. Jésus, notre Dieu tout-puissant contrôle tout. Nous ne devons pas nous inquiéter. Il nous donnera les grâces appropriées pour ces circonstances exceptionnelles. Pour ceux qui l'aiment, Notre Seigneur organise toujours les choses de la meilleure façon pour eux : nous devons en premier lieu garder la vraie foi et ensuite nous aurons un bon évêque quand Dieu décidera que c'est nécessaire et bon pour nous : Cherchez donc d'abord le royaume de Dieu et sa justice, et tout le reste vous sera donné par surcroît. Matt. VI, 33.


Secret de l'invincibilité



"Par le passé nous sommes tombés pour avoir détourné notre regard des plaies et des humiliations de notre Rédempteur, et, par la suite négligé d'implorer son secours. A l'avenir, si nous entretenons la pensée de ce qu'il a souffert pour notre amour et de sa promptitude à répondre à notre appel, non, assurément, nos ennemis n'arriveront pas à nous vaincre." 

Saint Alphonse de Liguori, l'art d'aimer Jésus-Christ, confiance en Jésus Christ, par. 6

dimanche 30 août 2015

Notre faiblesse nous donne-t-elle à craindre ?



Saint Alphonse de Liguori, l'art d'aimer Jésus-Christ, confiance en Jésus-Christ, par.6 : 

"Notre faiblesse nous donne-telle à craindre de succomber aux assauts des ennemis qu'il nous reste à vaincre ? Voici d'après le conseil de l'apôtre ce que nous avons à faire : Courons au combat qui nous est offert, les yeux fixés sur Jésus qui est l'auteur et le consommateur de la foi, lui qui, au lieu de la joie qu'il avait devant lui, méprisant l'ignominie, souffrit la croix. (He XII, 1-2) Oui, marchons d'un coeur magnanime au combat, les yeux sur Jésus crucifié, qui, de sa croix, nous promet son assistance, la victoire et la couronne."

samedi 29 août 2015

Notre Juge est notre Rédempteur



Saint Alphonse de Liguori , l'art d'aimer Jésus-Christ, ch. la confiance envers Jésus-Christ, par. 5 : " Rassurons-nous donc : le Père céleste a commis l'office de nous juger à notre Rédempteur même (...) Donc, écrit Saint Thomas de Villeneuve : "que crains-tu pêcheur, si tu déplores tes fautes ? Pourra-t-il te condamner celui qui est mort pour t'éviter la condamnation ? Quand tu reviens te jeter à ses pieds, te chassera-t-il lui qui est venu du ciel à ta recherche alors que tu le fuyais ?"

vendredi 28 août 2015

Je marcherai dans la confiance




Sainte Thérèse d'Avila, autobiographie, ch.25

"Tous nos soins servent de peu quand on ne bannit pas toute confiance en soi-même pour placer toute sa confiance en Dieu."

Saint Bonaventure, soliloque ch. 2 n°19 : "Je marcherai dans la confiance ; mon espérance est inébranlable : comment me refuserait-il aucune grâce nécessaire à mon salut celui qui, pour mon salut, a tant fait et tant souffert ?"

Saint Alphonse de Liguori, l'art d'aimer Jésus-Christ, ch. confiance en Jésus-Christ
" Allons donc bien vite enlacer de nos bras la croix de Jésus-Christ et allons-y avec grande confiance. Que nos misères ne nous découragent point : en Jésus crucifié, il y a pour nous toute grâce, toute richesse. (...) Oui, les mérites de Jésus-Christ nous ont enrichis de tous les trésors divins et nous ont mis à même de recevoir toute grâce que nous désirons."

jeudi 27 août 2015

Je ne comprends pas ces peurs



Sainte Thérèse d'Avila, Autobiographie, chapitre 25 : "Je ne comprends pas ces peurs : le démon, le démon ! lorsque nous pouvons dire : Dieu ! Dieu ! et le faire trembler. Oui, car nous savons qu'il ne peut bouger sans que le Seigneur le lui permette."

La doctrine de l'Eglise enseigne que nous devons nous défier entièrement de nous-mêmes et craindre d'être trompés par le démon car il est beaucoup plus intelligent que nous. Nous devons éviter soigneusement de nous mettre en occasion de péché car dans ce cas, le démon serait le plus fort. Mais si nous avons l'intention habituelle de vouloir ce que Dieu veut et que nous évitons les occasions de péché, nous ne devons pas craindre le démon. Saint Jean de la Croix, dans la montée du carmel enseigne qu'il faut mépriser les tentations et les contrer en s'unissant à Dieu par des actes d'amour les plus fervents possibles. La vraie charité consiste à unir notre volonté à celle de Dieu et à vouloir tout ce que Dieu veut.

mercredi 26 août 2015

Qu'elle est précieuse cette action



Le Père Martin Alberro de  la compagnie de Jésus avait l'habitude de balayer le couvent pour l'amour de Marie. La sainte Vierge lui apparut un jour, rapporte le P. Nieremberg, et le remerciant, elle lui dit : "Qu'elle est précieuse cette action si humble que tu accomplis par amour pour moi."
cité par Saint Alphonse de Liguori dans les gloires de Marie, ch. humilité de Marie.

mardi 25 août 2015

25 août 2015 - parole de la sainte Vierge à sainte Brigitte



"Je n'avais d'autre pensée que de plaire à mon Fils et seulement à mon Fils" 

Livre 2 Révélations, ch. 23  (cité dans les gloires de Marie)

lundi 24 août 2015

24 août 2015 - Le propre des humbles




Saint Alphonse de Liguori : "Le propre des humbles, c'est de se plaire à servir les autres."

dimanche 23 août 2015

23 août 2015 - parole de la sainte Vierge à Sainte Brigitte



Livre 2 des Révélations de Ste Brigitte, ch.23. Cité par saint Alphonse de Liguori dans les gloires de Marie - humilité de Marie :

"Pourquoi me suis tant humiliée et pourquoi ai-je mérité une grâce si sublime ? C'est parce que je savais et que sans cesse je pensais que par moi-même je n'étais rien et ne possédais rien."

samedi 22 août 2015

22 août Fête du Coeur immaculé de Marie - humilité de Marie par Saint Alphonse de de Liguori (Les gloires de Marie)






Extrait des gloires de Marie - humilité de Marie.

Saint François de Sales écrivait à la bienheureuse Françoise de Chantal, que Dieu aime tant l'humilité, qu'il accourt aussitôt où il l'aperçoit (...) Le premier acte de l'humilité de cœur, c'est d'avoir une basse opinion de soi-même ; or, la sainte Vierge eut toujours une si basse opinion d'elle-même que jamais elle ne se préféra à personne.

"Dès mon enfance, disait-elle à sainte Mechtilde, je fus d'une telle humilité que jamais je ne me suis préférée à aucune créature". (...)

Ce n'est pas que la sainte Vierge se crût pécheresse, car l'humilité est la vérité, dit sainte Thérèse, et Marie avait la conscience de n'avoir jamais offensé Dieu ; ce n'est pas non plus qu'elle ignorât qu'elle avait reçu du Seigneur des grâces plus grandes que toutes les autres créatures, car un cœur humble considère ces faveurs spéciales pour s'humilier davantage, mais la même lumière qui lui permettait de mieux connaître l'infinie grandeur et la bonté de son Dieu, lui faisait aussi apercevoir plus clairement sa propre bassesse et c'est pourquoi elle s'humiliait plus que tout autre. (...)

Imaginez une mendiante qui paraît devant son bienfaiteur revêtue d'une robe magnifique que celui-ci lui a donné en aumône. Bien loin d'en tirer vanité, elle s'en humilie d'autant plus que cette robe lui rappelle sa pauvreté ; ainsi plus Marie se voyait enrichie de grâces, plus elle s'humiliait, en se souvenant que tout cela était un don de Dieu. 

"Sois certaine, disait-elle à Sainte Elisabeth, que je me regardais comme la plus vile des créatures et comme la plus indigne des bontés de Dieu. " 

vendredi 21 août 2015

Mise en garde de Dieu contre le désespoir au moment de la mort - 21 août 2015



Dialogue de sainte Catherine de Sienne ch. 23 - 2ème partie (extrait).


"Par cette miséricorde il peut, s’il le veut, se rattacher à l’espérance. Sans cela, aucun de ces pécheurs n’échapperait au désespoir, et par la désespérance il encourrait avec les démons l’éternelle damnation.

C’est ma miséricorde qui, pendant leur vie, leur fait espérer mon pardon, bien que je ne leur accorde point cette grâce pour qu’ils m’offensent en comptant sur lui, mais pour dilater leur âme dans la charité et dans la considération de ma Bonté. C’est eux qui en usent à contre-sens, quand ils s’autorisent de l’espérance qu’ils ont en ma miséricorde, pour m’offenser. Je ne les en conserve pas moins dans l’espérance de la miséricorde, pour qu’au dernier moment ils aient à quoi se rattacher, qui les empêche de succomber sous le remords, en s’abandonnant au désespoir. Car le péché de la désespérance m’offense davantage et leur est plus mortel, que tous les autres péchés qu’ils ont commis dans le cours de leur existence.

Les autres péchés, en effet, ils les commettent par un entraînement de la sensualité propre ; parfois même ils en éprouvent du regret, et ils pensent en concevoir un repentir qui leur obtienne le pardon. Mais au péché de désespoir, comment trouver une excuse dans la fragilité ! Là aucun plaisir qui les y attire ; au contraire, rien qu’une peine intolérable. Dans le désespoir aussi, il y a le mépris de ma Miséricorde, par lequel le pécheur estime son crime plus grand que ma Miséricorde et que ma Bonté. Une fois tombé dans ce péché, il ne se repent plus, il ne s’afflige plus vraiment, comme il doit s’affliger. Il n’a de pleur que pour son propre malheur, il n’en a point pour mon offense. C’est ainsi qu’il tombe dans l’éternelle damnation.

C’est ce crime seul, tu le vois bien, qui le conduit en enfer, où il est châtié tout à la fois pour ce péché et pour les autres qu’il a commis. S’il eut conçu de la douleur et du repentir de l’offense qu’il m’avait faite à Moi, et s’il eut espéré dans ma miséricorde, il eut obtenu le pardon. Car, je te l’ai dit, ma miséricorde est incomparablement plus grande que tous les péchés que peuvent commettre toutes les créatures ensemble : aussi est-ce le plus cruel affront que l’on me puisse faire, que d’estimer que le crime de la créature est plus grand que ma Bonté.