mercredi 3 février 2016

Un article par jour



Dorénavant, comme pour Avec l'Immaculée, il y aura un article par jour qui paraîtra sur le nouveau blog Avec Jésus et Marie. Ce sera parfois un gros article, parfois une parole tirée de l'écriture sainte. 

Adresse du nouveau blog :

lundi 25 janvier 2016

Création d'un nouveau blog : Avec Jésus et Marie



Lien vers le nouveau blog :




Précision sur InDominoSperavi, webmaster d'Avec l'Immaculée

Je suis une femme catholique, élevée depuis mon enfance dans la religion catholique traditionnelle, c'est-à-dire dans la religion catholique qui était enseignée officiellement au monde entier avant le Concile Vatican II. 


Tous mes articles passés ne sont pas fiables

Quand j'ai commencé ce blog, je ne connaissais pas des faits et des choses que je connais à présent. J'ai donc écrit beaucoup d'articles, jusque récemment, que je ne réécrirais plus à présent de la même manière ou que je ne réécrirais plus du tout. Je suis en train de préparer une vaste étude qui traitera de très nombreux sujets, pour faire profiter d'autres personnes de ce que j'ai appris et compris. A ce moment-là, tous mes lecteurs sauront exactement ce que je sais et ce que je crois. Cette étude représente un travail important de recherche et de documentation. Ce travail n'est pas encore entièrement terminé. Je ne sais donc exactement quand mon étude paraîtra. Je vais faire vraiment tout mon possible pour que ce soit en 2016.

Pour certaines raisons graves, il m'est impossible de dire actuellement à propos de mes anciens articles : attention, celui-ci est entièrement ou partiellement faux. J'ai écris telle chose de bonne foi mais je me suis trompée car je ne savais pas telle chose. J'ai donc décidé de laisser sur mon blog Avec l'Immaculée momentanément certaines choses fausses, tant au plan factuel que doctrinal que spirituel. 

Pour remédier en partie à ce problème, j'ai créé un nouveau blog qui correspond exactement à ma pensée actuelle. Dorénavant, tous mes nouveaux articles seront publiés sur ce blog. Ce blog reprendra également certains articles anciens, éventuellement remaniés. Cependant, Avec l'Immaculée ne fermera pas et continuera de vivre encore plusieurs mois, au moins jusqu'à la publication de mon étude, car certains des anciens articles de mon blog sont nécessaires pour mon étude. Il est même possible qu'Avec l'Immaculée dure encore plusieurs années. Cela dépendra de certaines circonstances. Certains articles importants seront publiés sur les deux blogs. Mais toutes les nouveautés seront publiées dorénavant systématiquement et en priorité sur Avec Jésus et Marie, titre du nouveau blog.

Voici le lien vers ce blog : 
http://avecjesusetmarie.blogspot.fr/

dimanche 24 janvier 2016

Comparaison entre le camp des démons (gnose) et ceux qui aiment Jésus - Esclavage gnostique - Les fausses conversions de gnostiques





Quel camp est le plus séduisant ?


Actions saintes de Jésus, actions viles inspirées par le démon

Jésus est infiniment aimable et possède une infinie sainteté. Il n'inspire que des actions saintes et vertueuses. 

Le démon peut également prendre une apparence magnifique, noble et digne, par moments. Mais il pousse toujours ses adeptes à faire des actions répugnantes qui les avilissent, tout en leur faisant croire qu'il les ennoblit en leur faisant faire ces actions. Nous étudierons certaines de ces actions plus tard car elles sont nécessaires pour comprendre la gnose.


Beauté et noblesse de Jésus et Marie. Laideur des satanistes

Jésus et Marie sont beaux, nobles, purs. 

Les démons sont des porcs immondes. Ils se présentent parfois de façon attrayante mais ils se présentent également volontiers sous des masques répugnants et effrayants. Les images de leurs adeptes officiels sont souvent hideuses. Les démons et leurs adeptes aiment à s'enlaidir, à se défigurer, à être grimaçants. Les images des satanistes sont un reflet de ce que le démon fait dans toutes les âmes en état de péché mortel. Elles sont une preuve que loin de vouloir nous anoblir, les démons cherchent à nous avilir. Ils ne veulent pas que des êtres humains puissent aller au ciel jouir du bonheur qu'il ont perdu. 

NB : Lucifer fait croire à certains gnostiques (de grade inférieur) qu'il y a les gentils lucifériens contre les méchants satanistes. C'est faux. Il n'y a que des méchants lucifériens-satanistes. Satan et Lucifer sont une seule et même personne. 


Jésus souffre et meurt pour tous les hommes. Lucifer ne fait rien pour eux, sauf des prodiges qui ne lui coûtent rien.

Jésus aime les gnostiques malgré leurs crimes et veut les sauver. Il a donné sa vie pour qu'ils se convertissent et aillent au ciel avec lui partager son bonheur infini. 

Le démon dit aimer les gnostiques mais il n'a pas donné sa vie pour eux. Il n'a strictement rien fait pour eux, si ce n'est des prodiges qui ne lui coûtaient rien. 


Jésus veut sauver les hommes et soulager les souffrances. Lucifer veut torturer les hommes, spécialement les enfants, ceux qui n'ont rien fait de mal.

Jésus a toujours été compatissant envers ceux qui souffraient. Il a donné sa vie pour nous. 

Le démon au contraire aime à torturer (cf. les sacrifices humains que réclament les démons gnostiques -- nous étudierons plus tard certains de leurs textes à ce sujet --, la pédophilie, les avortements etc.)


On peut croire Jésus : il dit toujours la vérité. On ne peut pas croire les promesses du menteur Lucifer.

Jésus n'a jamais menti. On sait donc que lorsqu'il affirme quelque chose, c'est vrai. (Voir l'article sur la Vérité et Dieu) Jésus ne mentant jamais, nous pouvons être certain qu'il dit la vérité lorsqu'il affirme que les gnostiques iront brûler éternellement en enfer s'ils ne se repentent pas de leur péchés mortels avant de mourir (cf. toutes les allusions faites aux gnostiques dans la Bible, particulièrement dans les cinq premières églises de l'Apocalypse, ch. II et III). La religion catholique qui nous vient de Jésus affirme également que la réincarnation n'existe pas. Nous n'avons donc qu'une seule vie pour nous préparer à l'éternité. 

Les démons, eux, mentent sans cesse. On ne sait jamais s'ils disent une chose vraie quand ils affirment quelque chose. On ne peut donc avoir aucune confiance dans les démons quand ils leur promettent le bonheur futur ou affirment la réincarnation. Toutes les révélations des gnostiques, (même "miraculeuses", du style voyage astral) au sujet des vies antérieures etc. peuvent être des illusions. Il est facile pour un démon de nous donner de fausses impressions psychiques et physiques ou de passer des films mensongers devant nos yeux. 


Pourquoi les gnostiques trouvent-ils Lucifer séduisant? 

Je ne vois donc pas pourquoi les gnostiques trouvent Lucifer séduisant. Je comprends qu'on puisse vouloir céder à la tentation (démoniaque et dangereuse) de posséder un pouvoir magique. Mais si c'est au prix de son salut éternel, c'est vraiment un mauvais calcul. Lucifer promet à la fois les pouvoirs magiques et le ciel, au moins aux gnostiques débutants. Pour les hauts grades, je ne suis pas sûre qu'ils croient au ciel pour eux. Quoi qu'il en soit, c'est une folie de mettre sa confiance dans les promesses de Lucifer alors qu'on sait qu'il est sadique, menteur, impitoyable, haineux, aimant la laideur chez ses adeptes, jaloux des hommes appelés au bonheur du ciel (que lui, Lucifer, a perdu définitivement), assoiffé de sang humain, cherchant à régner par la terreur. 


Lucifer attire les néophytes en leur parlant de développement personnel et du bonheur des autres

La gnose attire ses adeptes en leur parlant tout d'abord de développement personnel, de liberté, de puissance, du bonheur de l'humanité. Puis au fur et à mesure que la gnose dévoile ses secrets, on s'aperçoit qu'en fait de salut de l'humanité, elle est l'oppresseur de l'humanité. Les mages éduquent très tôt leurs adeptes à se réjouir des souffrances des autres, spécialement des souffrances des chrétiens. Ils font semblant de s'apitoyer sur telle persécution et ils mettent ou font des signes signifiant leur joie de voir des bons martyrisés. Nous étudierons certains de ces signes plus tard. On demande tout d'abord aux adeptes de se taire sur ce qu'ils savent des crimes de la gnose, puis on essaye ensuite de les impliquer de plus en plus dans des actes répréhensibles tout en les menaçant plus ou moins de représailles en cas de trahison. On se retrouve finalement esclave d'un système, entraîné peu à peu au crime. On finit par réaliser que la gnose fabrique soit des esclaves, soit des bourreaux. Loin de libérer l'homme, la gnose l'avilit, le terrorise. Le gnostique qui a encore un reste de conscience s'aperçoit que le beau système qui lui paraissait au début comme une aventure fantastique, attrayante et passionnante tourne finalement au cauchemar. 


Jésus est le remède à la gnose

Mais il existe toujours une solution au pire des problèmes. Le remède contre la gnose est Jésus. Il nous voit tous. Il nous entend, il nous aime. Quand on l'appelle, il se manifeste rarement de façon sensible, à l'inverse de Lucifer et de ses démons qui veulent souvent se manifester de façon sensible. Jésus a une autre méthode éducative avec nous. Il ne veut pas se montrer. Il est un Dieu caché, dit la Bible. Il veut éprouver notre foi. Il a dit à saint Thomas : Bienheureux ceux qui n'ont pas vu et qui ont cru. Mais ce n'est pas parce qu'il ne se manifeste pas de façon bruyante qu'il n'agit pas. Il agit sans cesse. Il dirige toutes nos actions si nous le lui demandons. Nous devons être prêts à mourir plutôt que de ne pas faire la volonté de Jésus. Si nous sommes dans cet état d'esprit, il nous aidera toujours. Il nous aimera un peu comme il aimait Marie. En effet, il a dit que ceux qui faisaient la volonté de son Père étaient sa mère, son frère, sa sœur.


Jésus est l'obsession des gnostiques

Les prodiges démoniaques et surtout la haine des gnostiques pour Jésus, haine dont nous étudierons quelques manifestations, peuvent être paradoxalement une aide efficace pour soutenir notre foi. Nous verrons que les gnostiques croient parfois davantage en la puissance de Jésus que les chrétiens exotériques. Jésus est leur obsession, leur problème continuel, le sujet caché ou officiel de bon nombre de leurs publications. Ils le redoutent tout en l'offensant très gravement. Ils passent leur vie à essayer de diminuer son pouvoir. Jésus les laisse faire. Il attend son heure de miséricorde avec certains. Il sait à l'avance que certains de ceux qui le combattent actuellement l'adoreront dans quelque temps. Il les aime à l'avance. Certains de ceux qui se convertiront iront se prosterner devant le futur saint Pape. Voici la citation de l'Apocalypse dont nous avons déjà parlé dans un article précédent :

Apocalypse III, 7-9 
Écris encore à l'ange de l'Église de Philadelphie [ndlr : c'est-à-dire le ou les saints papes de cette période qui va suivre la période actuelle de Sardes] : 

Voici ce que dit le saint, le Véritable, Celui qui a la clef de David, Celui qui ouvre et personne ne ferme, qui ferme et personne n'ouvre 
Je connais tes œuvres. J'ai mis devant toi une porte ouverte, que personne ne peut fermer, parce que tu as peu de puissance, que tu as gardé ma parole et que tu n'as point renié mon nom. 
Voici que je te donne quelques-uns de la synagogue de Satan, qui se disent Juifs, et ne le sont pas [c'est-à-dire les gnostiques], car ils mentent. Je les ferai venir se prosterner à tes pieds et ils connaîtront que je t'ai aimé.


Les fausses conversions de gnostiques

Quand on étudie la gnose, on s'aperçoit que bon nombre des gnostiques sont soi-disant des convertis au christianisme mais sont en fait des infiltrés. Les gnostiques sont spécialisés dans les fausses conversions. Jusqu'à présent, on n'a pas encore trouvé un moyen infaillible de vérifier si une conversion était sincère. Mais il semble bien que sous Philadelphie, ce sera fait. En effet, c'est la première église dans laquelle Jésus ne fait pas mention d'une infiltration gnostique. Dans l'Eglise suivante de Laodicée, l'infiltration gnostique n'est pas non plus mentionnée. Seule la tiédeur et l'aveuglement sont fustigés. Jésus va donc probablement donner dans quelque temps le moyen de démasquer tous les hypocrites et d'empêcher les conversions fictives.

Démasquer les gnostiques, c'est bien. Mais les convertir et les sauver afin qu'à leur tour ils sauvent les âmes, c'est encore mieux. Pour convertir un pécheur, il n'y a pas besoin d'être un grand scientifique ou d'être très savant. Jésus a choisi comme apôtres des pêcheurs ou des gens assez communs. Celui qui convertit est d'abord Jésus. Il faut seulement que ses disciples soient fidèles à ses inspirations. C'est ce qui est le plus difficile. Sainte Vierge Marie, obtenez nous s'il vous plaît cette grâce et ne permettez pas que nous tombions dans les pièges du démon. Nous vous confions tous les gnostiques afin que vous leur montriez leurs erreurs.



vendredi 22 janvier 2016

Si Dieu est la Vérité, comment peut-il mentir, comme le fait le Dieu des gnostiques ? Les autres religions et la gnose.



Définition de la vérité

Voici la définition thomiste de la vérité (dans De veritate, question 1: « adéquation de l’intelligence et de la réalité ». Saint Augustin donne au livre des Soliloques cette définition : « Le vrai est ce qui est ». 

Dieu est Vérité

Nous savons par ailleurs par le raisonnement philosophique que Dieu étant la Cause première, il est l'être par Lui-même. 

Dieu étant l'être par Lui-même et le vrai étant ce qui est, cela revient à dire que le vrai est l'être. Dieu est donc la Vérité.


La Vérité peut-elle mentir aux autres ? 

Dieu, Vérité par excellence, peut-il mentir aux hommes ? La réponse à cette question est très importante car Satan-Lucifer, le "Dieu" des gnostiques, ne cesse de mentir et enseigne aux gnostiques à faire de même. Jésus au contraire ne ment pas et son Père a dicté à Moïse un commandement interdisant le mensonge. Jésus dit qu'il est Dieu. Satan-Lucifer gnostique dit qu'il est Dieu. D'un côté nous avons la Trinité catholique. De l'autre la trinité gnostique. 


Il est impossible qu'il y ait deux Dieux

L'une des deux entités ment et n'est pas Dieu en réalité : nous savons en effet par la raison qu'il ne peut y avoir qu'un seul Dieu car l'existence de deux Dieux supposerait deux êtres différenciés ayant la plénitude de l'être. Or il est impossible d'avoir à deux la plénitude de l'être car la différenciation entre deux êtres implique que l'un a certaines perfections que l'autre n'a pas. Cela implique donc un certain manque d'être chez l'une des deux entités. S'il manque de l'être à une entité, elle n'a pas la plénitude de l'être et donc elle n'est pas Dieu. Il n'y a donc qu'un seul Dieu qui a la plénitude de l'être et qui est la Vérité. (Cette démonstration d'un Dieu unique vient de la Somme théologique).


Laquelle des deux entités est vraiment Dieu ?

Les gnostiques des grades inférieurs affirment que leur "Dieu" est Vérité. Quant aux hauts grades, je ne sais pas ce qu'ils croient en réalité. Cet article est destiné aux gnostiques croyant sincèrement que leur dieu est la vérité (au sens des définitions données au début de l'article). 

Les gnostiques disent que le Démiurge -- c'est-à-dire pour nous le vrai Dieu, le Yahvé de l'Ancien Testament-- est un éon inférieur à leur Dieu et donc même si elle affirme l'existence de deux principes antithétiques, la gnose officielle semble apparemment considérer qu'il n'y a réellement qu'un seul vrai Dieu, le sien.

S'il n'y a qu'un seul Dieu ayant la plénitude de l'être et étant la Vérité, peut-il mentir sans cesse et enseigner à ses adeptes à en faire autant, sachant que le vrai est ce qui est et que la vérité est l'adéquation de l'intelligence et de la réalité ? 

Première réponse rapide :
Si Dieu ment ou enseigne à mentir, il n'est pas la Vérité. En effet, être la Vérité avec un grand V implique être l'antithèse du mensonge. Cela implique ne jamais mentir. Comment peut-on dire d'un être qu'il est la Vérité s'il ment, ne serait-ce qu'une fois ? 

Deuxième réponse :
En Dieu, la Parole est son être même, le Verbe. Quand Dieu parle aux hommes, il révèle une partie de Lui-même. Dieu étant par nature la Vérité pure et n'ayant aucun mensonge en lui (cf. démonstration du début de cet article), comment pourrait-il communiquer autre chose que ce qu'il a ? Comment pourrait-il conseiller et donner autre chose que ce qu'il est ? Si Dieu mentait, il irait contre sa nature même de Vérité. Il se nierait Lui-même en quelque sorte. Il agirait d'une façon opposée à tout son être. Son Intelligence divine, qui est Lui-même adhérerait en effet à une chose qui n'est pas l'être, qui n'est pas Lui-même. Or Dieu, par nature, ne peut adhérer à autre chose que Lui-même. Il ne peut adhérer à autre chose que l'être qui est la réalité puisqu'il est la Vérité et que la vérité est "l'adéquation de l'Intelligence et de la réalité". Dieu ne peut pas aller contre son être. S'il le fait, il n'est pas Dieu.


Le Dieu gnostique conseille et ordonne à ses adeptes de mentir sans cesse, afin de pouvoir s'infiltrer dans toutes les structures de la société (familles, groupements religieux, entreprises, etc.). En mentant, ses adeptes affirment des choses qui ne sont pas conformes à l'être. Comment peuvent-ils donc se rapprocher de l'Etre suprême qu'ils affirment être la Vérité par excellence, s'ils disent sans cesse des choses qui ne sont pas pas conformes à l'être, à la vérité ? Il est clair que le mensonge éloigne de Dieu car Dieu est Vérité. Plus notre comportement sera conforme à la réalité, plus nous nous rapprocherons de Dieu. Plus notre comportement s'éloignera de la réalité par le mensonge, plus nous nous éloignerons de Dieu et nous en éloignerons les autres.


Que penser d'un Dieu qui dirait : Je suis la Vérité, mais ne cessez pas de dire des mensonges pour me servir ? Le prendrions-nous au sérieux ? Nous lui rétorquerions : 

1. "vous n'êtes pas logique de nous conseiller de nous éloigner de la réalité au moins en paroles car nous savons que les paroles sans cesse répétées façonnent un être à leur image. En me conseillant de paraître autre que je suis réellement, vous faites de moi un être de mensonge. Comment puis-je me rapprocher de Dieu qui est la Vérité en étant un être de mensonge ?" 

2. "Vous me conseillez d'éloigner les autres de la réalité en leur mentant sans cesse. Comment puis-je les sauver et les rapprocher de vous (qui êtes censé être la Vérité) si vous voulez que je leur mente ? Vous voulez donc que je perde leurs âmes en les éloignant de vous ? C'est donc que vous ne les aimez pas. Mais si vous ne les aimez pas et ne voulez pas les sauver, si vous me conseillez de mentir sans cesse à certains, quelles preuve ai-je que vous ne me mentez pas à moi-même, quelle preuve ai-je que vous m'aimez et que vous voulez me sauver ?" 

3. "Si vous mentez sans cesse, vous agissez sans cesse contre l'essence même de la divinité qui est d'être la Vérité. Vous agissez donc contre votre être, vous vous niez, vous vous détruisez vous-même. Or Dieu ne peut pas se détruire Lui-même et ne peut par nature agir contre son être, car cela ne serait pas conforme à la nature divine et à l'acte de l'Intelligence suprême qui est d'adhérer à la Vérité.

Je déduis donc vous n'êtes pas Dieu. Le dieu de la gnose n'est donc pas Dieu mais le diable."


A l'inverse, Jésus et la Trinité catholique ne mentent jamais et interdisent le mensonge. Nous pouvons refaire le raisonnement en sens inverse pour prouver que la Trinité catholique est le vrai Dieu :

1. Il est logique que Dieu qui est la Vérité même conseille d'agir toujours conformément à la vérité. Au fur et à mesure que nous disons toujours la vérité, nous nous transformons peu à peu à l'image de Dieu qui est la Vérité. Nous nous rapprochons de l'être des choses, de la réalité, nous rendons notre intelligence sans cesse davantage conforme à la réalité. Nous l'anoblissons en la faisant agir en fonction de ce pourquoi elle est faite. Nous réalisons ainsi davantage notre noblesse d'être créé à l'image de Dieu, qui est la Vérité.

2. En disant aux autres la vérité, nous les mettons en conformité avec la réalité et donc nous les aimons car plus les gens seront en conformité avec la réalité, plus ils se rapprocheront de la vérité qui est Dieu et plus ils auront des chances d'être sauvés. En nous disant de dire la vérité à notre prochain, Jésus prouve qu'il aime notre prochain et veut le sauver. Il nous demande également de l'aider à sauver notre prochain.

3. La sainte Trinité catholique agit conformément à l'essence divine qui est d'être la Vérité en ne mentant pas et en nous disant de ne pas mentir. Nous en déduisons donc que la Sainte Trinité catholique est l'unique vrai Dieu.


Les autres religions et la gnose

Quand on étudie la gnose, on s'aperçoit que le duel qui a lieu depuis des siècles est entre Jésus et la gnose et que toutes les autres religions servent la gnose d'une façon ou d'une autre. Les gnostiques le savent. C'est pour cela que je ne parle pas des autres religions pour l'instant. Les gnostiques des hauts grades et des grades moyens savent qu'il n'y a de choix véritable qu'entre deux Dieux (dont l'un ne l'est pas en réalité) : la Trinité catholique ou la trinité gnostique qui est Satan-Lucifer sous différents masques.

mercredi 20 janvier 2016

Il faut haïr les œuvres des gnostiques et non les gnostiques. Promesse de conversions de gnostiques.



Haïr les péchés des gnostiques mais aimer les pécheurs

Tu hais les œuvres des Nicolaïtes, œuvres que moi aussi je hais, dit Jésus à Saint Jean dans l'Apocalypse

Il est intéressant de noter que Jésus ne dit pas qu'il hait les Nicolaïtes eux-mêmes, mais seulement leurs œuvres de péché. Jésus est mort pour chaque homme, même le pire d'entre eux. Il voudrait tous les sauver, s'ils se laissaient faire. Jésus aime donc chaque gnostique, même si c'est un criminel. Il serait prêt à mourir de nouveau pour lui si cela était utile pour le salut de son âme. 


A l'exemple de Jésus, nous devons donc aimer les gnostiques tout en haïssant leurs actes. Tout chrétien doit être prêt à donner sa vie pour sauver une âme, même si c'est un gnostique. Mais un vrai chrétien, lorsqu'il souffre pour les âmes, n'a uniquement en vue que le salut de ces âmes, leur conversion au vrai Dieu. Jésus ne permet pas que les souffrances des chrétiens ayant une intention droite servent à autre chose.


Emploi des mérites des chrétiens

Il semble en effet que certains gnostiques croient pouvoir utiliser la générosité et les prières des chrétiens pour avancer spirituellement dans la gnose en les faisant souffrir pour eux. C'est une illusion que leur donne le démon, de pouvoir utiliser les souffrances des bons. Jésus empêche bien évidemment que les souffrances de ses amis ne servent à autre chose que le bien des âmes. 


Le bien des âmes selon la conception de Jésus n'est pas le bien des âmes selon la conception gnostique. Le bien des âmes selon la conception gnostique est le péché d'impureté pratiqué régulièrement en pensée ou en acte. 


Les gnostiques pourront objecter que le démon accroît leur pouvoir à mesure qu'il font souffrir les vrais chrétiens. Il est vrai qu'à notre époque, Dieu permet souvent au démon d'accroître le pouvoir des gnostiques à mesure qu'ils pèchent davantage, parce que nous sommes dans une période où la foi des bons doit être éprouvée pendant que les méchants doivent paraître triompher. Jésus, tout en laissant le démon récompenser parfois les gnostiques (pas toujours), utilise cependant chaque souffrance des chrétiens pour convertir d'autres âmes de meilleure volonté. 


Le sang des martyrs des premiers siècles a obtenu la grâce de la chrétienté. Les mérites des souffrances actuelles des martyrs (décrites au cinquième sceau de l'Apocalypse et correspondant à la période actuelle de l'Eglise de Sardes, cinquième âge de l'Eglise) sont thésaurisés par Jésus pour préparer le triomphe extraordinaire de l'Eglise de Philadelphie (sixième âge de l'Eglise prédit dans l'Apocalypse) dont l'avènement ne saurait probablement plus beaucoup tarder à présent. 


Une partie des gnostiques va se convertir


Il est prédit dans l'Eglise de Philadelphie que certains de ceux qui font partie de la synagogue de Satan (c'est-à-dire la gnose) viendront se prosterner aux pieds du (ou des) Saint(s) Pontife(s) qui régnera(/régneront) à cette période. Des gnostiques vont donc se convertir. Jésus le promet dans l'Apocalypse. Il nous promet également que nous allons avoir un jour un bon et saint pape. Ces promesses doivent remplir de joie et d'espérance tous les vrais chrétiens refusant la gnose. Nous devons tenir bon. Malgré tous leurs calculs, leurs intimidations et leurs persécutions, les gnostiques sont déjà vaincus d'avance. Nous approchons d'un triomphe sans précédent dans l'histoire de l'Eglise au cours duquel des millions d'âmes seront sauvées.


Pour les gnostiques qui seraient amenés à lire cet article, InDominoSperavi leur affirme qu'elle n'éprouve aucune animosité envers eux. Elle aimerait bien contribuer à en convertir le plus possible, même si elle est consciente de son incapacité. Elle les supplie de ne pas rester sourds aux appels de Jésus qui continue à les aimer malgré leurs sacrilèges et leurs péchés. La plupart des gnostiques ont été élevés dans cette secte depuis leur enfance. L'impureté et le mensonge sont donc devenus pour eux comme une seconde nature. Ils n'ont jamais rien connu d'autre et le péché leur semble normal. De plus, le démon les récompense de leurs péchés. Ils ne voient donc pas pourquoi ils changeraient. 


La seule chose qui pourrait les faire changer serait qu'ils réalisent qu'ils ne sont pas aimés du démon, que celui-ci leur ment et qu'ils s'acheminent vers l'enfer. Peut-être aussi certains changeraient-ils d'avis en réalisant qu'ils sont en train de travailler à la perte du genre humain et non à son salut. Nous essayerons peu à peu de prouver cela, avec l'aide de Jésus. 

Jésus n'est pas un Dieu féroce et n'est pas non plus un faible

Jésus est parfois présenté par les gnostiques comme un Dieu féroce, ennemi du genre humain, ne rêvant que de faire souffrir sa création, alors que c'est le contraire et que ce sont les gnostiques qui ne cessent de faire souffrir les gens. Le démon et ses suppôts aiment bien accuser leurs adversaires des péchés qu'ils font eux-même. Il faut étudier qui est à l'origine des guerres depuis plusieurs siècles. Nous voyons à chaque fois qu'il y a des gnostiques aux commandes. A l'opposé, la vie et la mort de Jésus montrent sa miséricorde et sa bonté. On le voit librement choisir de souffrir et de mourir cruellement pour nous sauver.


Jésus est également présenté dans d'autres publications de ces mêmes gnostiques comme un faible, un idiot qui se laisse toujours martyriser sans rien dire et qui souffre inutilement et sans aucun succès pour convertir le monde à la foi chrétienne. De nombreux blasphèmes sont dits par les gnostiques à ce sujet. Ils ne cessent de défier et provoquer Jésus dans leur langue symbolique. En fait, Jésus n'est pas un faible. S'il semble ne pas réagir pour l'instant, c'est qu'il juge qu'il vaut mieux laisser encore un peu de temps aux gnostiques pour se convertir. 


Circonstances atténuantes des gnostiques

Jésus sait qu'un bon nombre d'entre eux a été élevé dans la gnose depuis l'enfance et qu'ils ont eu depuis des siècles une quantité impressionnante de mauvais exemples sous les yeux, ainsi que nombreux prodiges extraordinaires qui les ont ancrés dans leurs erreurs. Ils ont donc beaucoup de circonstances atténuantes. La plupart d'entre eux, tout en étant méchants, sont cependant victimes des mensonges du démon et sont encore plus en danger que leurs victimes, puisqu'ils se dirigent vers l'enfer. 


Jésus a déjà réparé à l'avance par sa Passion tous les blasphèmes et les sacrilèges actuels. Il aimerait bien que ce ne soit pas en vain et que certains voient leur erreur. Chez les gnostiques, il y a beaucoup d'âmes qui sont faites pour devenir de grands saints. Ce sont actuellement des mystiques inversés, parfois des sorciers. Mais il suffirait qu'ils voient qu'ils ont été trompés et ils reviendraient à Jésus. Certains le feront lors de la période de l'Eglise de Philadelphie. Nous devons prier pour qu'ils soient le plus nombreux possible. 


Aucun sacrilège, aucun crime n'est impardonnable

Si jamais un de nos lecteurs gnostiques voyait un jour son erreur, il risquerait d'être tenté de désespoir, car les sacrilèges et les péchés sont nombreux et graves dans la gnose. Il risquerait d'être tenté de se suicider, comme Judas. Il ne doit surtout pas céder à cette tentation, la plus dangereuse de toutes. Elle le mènerait en enfer, s'il ne regrettait pas son acte suicidaire avant de mourir. Il ne doit pas croire que ses péchés sont impardonnables. Aucun péché n'est impardonnable, même si c'est un crime ou un sacrilège ignoble. Aucun pacte avec le démon n'est définitif, même s'il a été écrit par exemple avec son sang sur un papier auquel on n'a plus accès. Il est toujours possible de revenir en arrière et de devenir un saint, quelles que soient les horreurs accomplies, même si l'on est âgé et qu'on a passé 80 ans de sa vie dans le péché mortel et qu'il y ait ou non un écrit. Ce qui compte, ce n'est pas un chiffon de papier, c'est notre volonté actuelle. Si notre volonté est conforme à ce que veut Jésus et si nous avons la ferme résolution de ne plus pécher, dussions-nous en mourir, tout est pardonné et nous sommes sauvés, même si nous n'avons aucune possibilité de nous confesser. Le bon larron est allé directement au ciel par une contrition parfaite et l'acceptation de sa mort en expiation de ses péchés. Il a mis toute sa confiance en Jésus et il n'a pas été déçu. Nous sommes tous appelés à être des bons larrons, même si nous avons péché beaucoup plus gravement que lui. Il suffit de le vouloir et d'adopter les mêmes dispositions que lui. Nous devons avoir confiance en Jésus, même si nous l'avons horriblement offensé. Il nous aime chacun d'une façon infinie. Nous ne pouvons pas comprendre l'amour de Jésus pour nous, car c'est l'amour d'un Dieu. Si nous comprenions l'amour de Jésus pour nous, nous mourrions tous immédiatement d'amour. 


lundi 18 janvier 2016

Magie et magiciens. Pièges tendus aux magiciens.



Simon le magicien

Nous avons vu hier, dans l'article l'Apocalypse et la gnose, comment le démon trompait les chrétiens, dès les temps apostoliques : en leur présentant des faux apôtres qui disaient aimer Jésus mais qui le haïssaient en réalité. Ces faux apôtres était les premiers gnostiques. Le plus célèbre d'entre eux, à cette époque, était Simon le magicien. Simon le magicien était capable de faire des prodiges extraordinaires, à l'aide des démons. Il a fait par exemple apparaître des démons sous la forme de femmes séduisantes, lors de festins qu'il organisait. Il pouvait s'élever dans le ciel en se faisant porter par de mauvais anges. 

Simon avait conquis l'admiration de l'empereur Néron et de nombreux Romains par ses pouvoirs. Il menaçait la foi des premiers chrétiens de Rome qui avaient connaissance de ses prodiges. Ne paraissait-il pas plus puissant que les apôtres de Jésus ? Il enseignait une religion permissive basée sur la volupté. Il devenait tentant de suivre cet homme à qui tout semblait réussir et qui se vautrait dans l'impureté en ayant, par permission divine, une puissance qui paraissait quasiment illimitée. 

Saint Pierre a mis fin à son influence en le faisant publiquement tomber du ciel où il s'était élevé, lors d'une démonstration de ses pouvoirs magiques. Simon a été sévèrement blessé mais il n'est pas mort tout de suite. Il a quitté Rome et est mort misérablement dans le péché quelque temps après. Il est dommage qu'il ne se soit pas converti, en constatant que la puissance de Jésus était supérieure à la sienne. Pourtant Jésus l'a sûrement laissé vivre après sa chute pour lui donner la possibilité de revenir à lui. Il était assez facile de déduire que puisque Jésus avait réussi à vaincre les démons de Simon, Jésus était l'unique vrai Dieu et avait la vraie doctrine.

Comment vaincre un puissant magicien ?

Comment a fait Saint Pierre pour terrasser Simon ? Il s'est mis humblement en prière. L'humble prière à Jésus est donc plus puissante que n'importe quel pouvoir magique, si elle est fait avec confiance par une personne détachée de tout péché véniel. Jésus peut permettre cependant que certaines âmes pieuses puissent être éprouvées assez durement momentanément par le démon, mais ce n'est jamais de façon à nuire à l'accomplissement de sa volonté en elles. S'il permet parfois une épreuve passagère, c'est pour leur donner un enseignement ou des mérites. Il fait toujours servir ce qui arrive à ceux qui l'aiment pour le bien de leur âme ou pour le bien des âmes qu'il leur a confiées.

Actuellement, au XXIème siècle, la magie connaît un regain de popularité. Les gnostiques actuels se réclament souvent de Simon le magicien. Aux premiers niveaux d'initiation, on fait croire faussement aux néophytes qu'il y a une magie blanche, soi-disant bonne et gentille, faite pour s'aider soi-même et aider les autres, et une magie noire méchante et dangereuse, faite pour nuire aux autres. C'est un mensonge. La magie est toujours noire car elle est toujours faite avec l'aide des démons, même s'ils prennent parfois le nom ou l'apparence d'anges de lumière. (Il y a un "saint Michel", un "saint Gabriel" et un "saint Raphaël" gnostique. Ces anges, invoqués lors de séances de magie, n'ont rien à voir avec les bons anges de la Bible portant le même nom. Ce sont des démons qui se déguisent en usurpant un nom qui ne leur appartient pas.) La magie mène toujours au péché (parfois sous apparence de bien, par exemple en prenant le prétexte de soigner une personne malade pour la mener ensuite à adopter des pratiques peccamineuses ou de fausses croyances). 

Un magicien est plus ou moins efficace en fonction de son union au démon. L'union au démon est développée et cultivée, chez les gnostiques, par la pratique du péché, particulièrement le péché d'impureté.

Conduite du chrétien envers la magie 

Saint Paul, dans ses épîtres, condamne la magie. Si l'on veut aller au ciel après la mort, il faut fuir toute pratique magique et tout péché, même si l'on doit momentanément souffrir certains maux. La seule "magie" du vrai chrétien est l'humble prière confiante. Il faut absolument bannir toute formule magique, même si elle présentée sous la forme d'une prière. Le chrétien doit croire fermement que tout tournera à son bien sans magie, même les épreuves. Il vaut mieux être apparemment faible et petit en ce monde et régner après la mort éternellement avec Jésus, en participant à sa divinité, plutôt que d'être puissant en ce monde grâce à la magie et ensuite être torturé éternellement en enfer par les démons qui nous haïssent tous sans exception, même si nous sommes magiciens et apparemment très "amis" avec eux. Les démons n'ont pas d'amis et n'aiment personne, même s'ils font faussement croire et sentir le contraire à leurs adeptes. 

Questions que pourraient se poser les magiciens 

Le magicien, habitué à mentir aux autres, puisqu'il est gnostique, doit se demander quelles preuves il a que le démon ne lui ment pas à lui aussi, en lui faisant de fausses promesses, en lui donnant de fausses visions, en comblant momentanément sa soif de sensualité. Ne serait-il pas un naïf instrument de Satan-Lucifer ? Ne serait-il pas aveuglé par les pouvoirs momentanés que le démon lui donne ? Ne serait-il pas utilisé par le diable pour l'aider à perdre les âmes tout en se perdant lui-même ? Ne serait-il pas destiné à souffrir en enfer avec le diable après la mort, torturé et méprisé éternellement par les démons qu'il adorait sur terre ? 

Quelles garanties a-t-il de la sincérité du maître qu'il s'est choisi ? 
Sa bonté ? Il est impossible que le démon soit bon. Le magicien connaît sa férocité, son sadisme. Il voit d'ailleurs que le démon le pousse à faire souffrir certaines personnes. Il connaît les actions cruelles des démons du monde entier qui aiment à faire souffrir les innocents. 

Peut-être pourrait-il plutôt s'appuyer sur la véracité des paroles démoniaques ? Mais comment être certain que celui qui nous dit de mentir aux autres ne nous ment pas à nous-mêmes ? Les mages savent que le démon ment sans cesse.


Peut-être le magicien pourrait-il alors s'appuyer sur des visions et des révélations extraordinaires qu'il a reçues ? Là encore, c'est impossible. En effet, le magicien est lui-même capable d'envoyer des fausses visions et des fausses révélations à certaines personnes. Il sait très bien que le démon est un illusionniste puisqu'il a appris de lui comment en être un.

Les pièges du démon pour le magicien

Le démon commence par appâter le mage par les pouvoirs extraordinaires qu'il lui propose. Le mage, fasciné par ce qu'il arrive à faire, se sent peu à peu devenir "comme Dieu". (Il est d'ailleurs vrai que nous sommes appelés à être divinisés, nous enseigne la religion catholique, mais pas de cette manière).

Le démon appâte également le mage gnostique en lui proposant une religion dans laquelle les péchés deviennent vertu, spécialement les péchés d'impureté. 


Le mage, conquis par la puissance et les sensations voluptueuses qui lui sont offertes, renonce à réfléchir, à se servir de sa raison. Il y renonce d'autant plus que son maître démon, par une suprême ruse, lui a enseigné que la raison était méprisable, souvent inutile, réservé aux pauvres chrétiens possédant uniquement la connaissance officielle exotérique ou bien aux profanes. Le démon empêche ainsi ces infortunés de se servir de leur intelligence, seul moyen qu'il leur reste pour voir la vérité et renoncer à la gnose. Le démon fait croire au mage qu'en tant qu'initié à la gnose (connaissance ésotérique), il est appelé au même mode de connaissance que les anges, le mode de connaissance intuitif. Il appuie cette soi-disant révélation en donnant au mage de nombreuses connaissances extraordinaires, par mode de révélation ou d'intuition.



Comment sortir du piège ?

Comment va donc faire le mage pour sortir du piège dans lequel il est tombé ? Il peut réfléchir que ce n'est pas parce que les connaissances historiques, technologiques ou factuelles qu'il reçoit par intuition sont vraies que tout est vrai, dans ce que le démon lui enseigne. Concernant les connaissances théologiques, quelles preuves a-t-il de ne pas être dans l'illusion ? N'a-t-il pas appris lui-même de son maître démon à mêler le vrai au faux dans ce qu'il enseigne aux gens ? Pourquoi le démon ne mêlerait-il pas lui aussi le vrai et le faux dans les connaissances qu'il lui envoie ? Par exemple, le démon pourra faire connaître au mage ce qu'est réellement en train de faire quelqu'un qui absent. Le mage vérifiera ensuite par les faits que la connaissance qu'il avait eu des actions de cette personne était vraie. Cela l'ancrera par conséquent dans la conviction que le démon ne lui ment pas. Il n'hésitera donc pas à croire en la réincarnation ou en un faux dogme concernant Dieu, puisque le démon lui dit d'y croire et lui donne des connaissances réelles sur d'autres points. Et c'est ainsi qu'en donnant des connaissances vraies qui ne lui coûtent pas grand chose, le démon convainc le mage de fausses "vérités" théologiques concernant Dieu, la morale, la vie après la mort. Le mage convainc à son tour de la véracité de la gnose les adeptes de rang inférieur, admiratifs de ses pouvoirs. Et c'est ainsi que tous, fascinés par la magie et la volupté, prennent le chemin de l'enfer.

Le piège de la langue symbolique

Il y a un autre piège que le démon propose à tous les gnostiques et dans lequel ils tombent très souvent. C'est le piège de la langue avec laquelle ils s'expriment. Ils se sont inventé un nouveau langage dans lequel des centaines, voire des milliers de mots ou d'expressions ont un sens différent du sens du dictionnaire officiel. (Pour le gnostique, ce langage symbolique n'est pas une invention mais vient de son "Dieu". Il est pour lui un retour à ce qu'il appelle la tradition primordiale). Le sens caché et symbolique de cette langue permet aux gnostiques de communiquer entre eux tout en se moquant de ceux qui ne sont pas initiés. Ils ont pris l'habitude d'une gymnastique intellectuelle continuelle. De nombreux textes publiés par les gnostiques sont à double sens : le sens exotérique officiel et le sens ésotérique réservé aux initiés, signifiant souvent l'inverse du sens exotérique. 

Cette langue symbolique donne une tournure de pensée humoristique et impure (beaucoup de termes ont une connotation sexuelle). Ils ont pris dès leur enfance l'habitude de dire des impuretés à mots couverts tout en riant entre eux sur ce qu'ils veulent signifier réellement. Cette langue leur a complètement perverti l'intelligence, car on finit par penser comme on parle. Ne pouvant plus parler sans penser au sens caché vicieux de chaque mot qu'ils ont artificiellement forgé, ils éprouvent des difficultés à traiter un problème sérieusement et à réfléchir sur le fond. Ils se dirigent vers l'enfer en plaisantant chaque jour de façon impure. Cette "langue" déstructure la pensée et donne une tournure d'esprit superficielle. Il est difficile de raisonner sérieusement avec un gnostique. Il vous méprise, puisque vous refusez la gnose et n'avez pas de pouvoirs magiques. Il va souvent s'en tirer par une pirouette verbale, jeu de mots pour initiés. En imaginant cette langue symbolique, le démon a voulu ajouter une difficulté supplémentaire pour empêcher les gnostiques de réfléchir normalement. Il a voulu fausser leur intelligence. Il masque leur manque de goût pour la vérité (objet premier de l'intelligence) en leur donnant souvent de grandes capacités intellectuelles (exemple : facilités pour les langues étrangères, très bonne mémoire etc...) ou des connaissances fascinantes. Un gnostique avancé dans l'initiation a presque toujours une vaste culture, largement supérieure à la moyenne et d'excellentes capacités intellectuelles. Mais ces dons intellectuels éblouissent son esprit sans l'éclairer véritablement.

Le bien devient le mal

Pour un chrétien, il vaut mieux avoir des capacités intellectuelles moyennes et rechercher sincèrement et humblement la vérité, la bonté, la vertu, plutôt qu'être brillant et s'étourdir dans la volupté et la magie, en essayant d'oublier qu'on adore un "Dieu" démoniaque qui non seulement ne répugne pas aux sacrifices humains, aux viols, aux massacres d'innocents, mais les réclame impérieusement aux initiés des hauts grades. La gnose est cruelle. Plus on avance en grade, plus on découvre le cauchemar qu'on cautionne. Il vient ensuite un moment où l'on vous demande de passer vous-même à l'acte. On vous enseigne que le mage est au-dessus des lois et que rien n'est mal, pour lui. Il est devenu comme son soi-disant "Dieu" (qui n'est en fait que l'ange déchu Satan) pour lequel rien n'est mal, sauf aimer Jésus et vouloir lui obéir. Et pourtant, il est toujours possible de se convertir, même quand on a fait des crimes. Mais pour cela, il faut chercher sincèrement la vérité.

dimanche 17 janvier 2016

L'Apocalypse et la gnose



L'Eglise d'Ephèse est la première des sept Eglises de l'Apocalypse. Elle correspond à la première période (la plus ancienne) de l'histoire de l'Eglise, c'est-à-dire aux temps apostoliques,  à l'Eglise  de l'époque de saint Jean. Jésus enseigne à saint Jean que si l'on veut manger du fruit de l'arbre de vie, il faut haïr les œuvres des gnostiques appelés Nicolaïtes. Dans Contre les HérésiesSaint Irénée parle des Nicolaïtes :
Livre 3 :

"C'est cette même foi qu'a annoncée Jean, le disciple du Seigneur. Il voulait, en effet, par l'annonce de l'Evangile, extirper l'erreur semée parmi les hommes par Cérinthe et, bien avant lui, par ceux qu'on appelle les Nicolaïtes (il s'agit d'une ramification de la gnose au nom menteur). Il désirait les confondre et les persuader qu'il n'y a qu'un seul Dieu, qui a fait toutes choses par son Verbe, et qu'il est dès lors faux d'affirmer, comme ils le font, qu'autre est le Démiurge et autre le Père du Seigneur ; qu'autre aussi est le Fils du Démiurge et autre le Christ d'en haut, qui serait demeuré impassible"

Il est très intéressant d'étudier les nombreuses références à la gnose que fait l'Apocalypse. Jésus, lorsqu'il dicte ce texte à Saint Jean montre clairement à plusieurs reprises qu'il y a deux camps : les gnostiques et les chrétiens. Le camp du démon, ce sont les gnostiques :

Apocalypse II, 1-7

Ecris à l'ange de l'Eglise d'Ephèse : voici ce que dit Celui qui tient les sept étoiles dans sa main droite, Celui qui marche au milieu des sept chandeliers d'or
2 Je connais tes œuvres, ton labeur et ta patience. Je sais que tu ne peux supporter les méchants, que tu as éprouvé ceux qui se disent apôtres et ne le sont pas et que tu les a trouvés menteurs
3 Tu es patient, tu as souffert pour mon nom, et tu ne t'es pas découragé.
4 Mais j'ai contre toi que tu t'es relâché de ton premier amour.
5 Souviens-toi donc d'où tu es tombé, repens-toi et reviens à tes premières œuvres sinon, je viendrai à toi, et j'ôterai ton chandelier de sa place, à moins que tu ne te repentes.
6 Pourtant tu as en ta faveur que tu hais les œuvres des Nicolaïtes, oeuvres que moi aussi je hais.
7 Que celui qui a des oreilles entende ce que l'Esprit dit aux Eglises ! A celui qui vaincra, je lui donnerai à manger de l'arbre de vie, qui est dans le paradis de mon Dieu.

Commentaire :

On peut observer la conduite du démon, dès la fondation de l'Eglise : susciter de faux apôtres qui font semblant d'aimer Jésus alors qu'ils le haïssent. Jésus présente ces faux apôtres comme des menteurs. 
Le mensonge et l'hypocrisie sont des caractéristiques démoniaques. Ils figurent parmi les armes favorites du démon, lequel a en même temps l'audace de faire croire à ses adeptes qu'il est l'unique vérité. Ses adeptes le croient, malheureusement. Ils croient aux promesses de celui dont il connaissent pourtant la fausseté, puisqu'il leur enseigne à mentir et puisqu'il savent qu'il ment même aux adeptes des rangs inférieurs qui n'ont pas été entièrement initiés.  Quelle garantie ont-ils qu'il ne leur ment pas à eux aussi, par de fausses visions, de fausses promesses et de fausses révélations ? Ils n'ont aucune garantie. Ils ont décidé de mettre aveuglément leur confiance en un menteur, parce qu'il leur propose une soi-disant voie de salut qui convient à leurs mauvais penchants et parce qu'il leur propose la puissance en échange des péchés qu'il leur demande de faire pour perdre leur âme et celle des autres. Les adeptes du démon s'acheminent vers les tortures de l'enfer tout en croyant se préparer au ciel.


samedi 16 janvier 2016

Les sept étoiles sont les anges des sept églises



Apocalypse I 19 - 20
Jésus dit à Saint Jean :

je tiens les clefs de la mort et de l'enfer. Ecris donc les choses que tu as vues, et celles qui sont, et celles qui doivent arriver ensuite, le mystère des sept étoiles que tu as vues dans ma main droite, et les sept chandeliers d'or. Les sept étoiles sont les anges [ndlr : les papes] des sept Eglises, et les sept chandeliers sont les sept Églises

vendredi 15 janvier 2016

J'ai été mort mais voici que je suis vivant dans les siècles des siècles



Apocalypse I, 17-18

Quand je le vis, je tombai à ses pieds comme mort. Il posa sur moi sa main droite, en disant :
" Ne crains pas. Je suis le premier et le dernier, et celui qui vit. J'ai été mort, mais voici que je suis vivant dans les siècles des siècles."

jeudi 14 janvier 2016

Tout œil le verra et ceux même qui l'ont percé



Apocalypse I,7
Tout œil le verra et ceux même qui l'ont percé. Et toutes les tribus de la terre se frapperont la poitrine à cause de lui. 

mercredi 13 janvier 2016

La mauvaise interprétation des épîtres de Saint Paul conduit en enfer. Patience de Jésus.




II Pierre III 14 - 16

Croyez que la longanimité de Notre Seigneur est pour votre salut, ainsi que Paul, notre bien-aimé frère, vous l'a écrit, selon la sagesse qui lui a été donnée.
C'est ce qu'il fait dans toutes les lettres où il aborde ces sujets. On y rencontre des passages difficiles que des hommes ignorants et légers détournent, comme ils le font des autres écritures, pour leur perdition.

 Longanimité : patience avec laquelle un être puissant et bon endure les fautes, les insultes qu’il pourrait punir.

mardi 12 janvier 2016

Jésus retarde le châtiment pour sauver davantage d'âmes



II Pierre III 3 - 4 ; 8 - 9

Sachez avant tout que, dans les derniers temps, il viendra des imposteurs vivant au gré de leurs convoitises, disant : Où est la promesse de son avènement ? Car depuis que nos pères sont morts, tout continue à subsister comme au commencement de la création.[...]
Il est une chose, bien-aimés, que vous ne devez pas ignorer, c'est que pour le Seigneur, un jour est comme mille ans et mille ans sont comme un jour.
Non, le Seigneur ne retarde pas l'accomplissement de sa promesse, comme quelques-uns se l'imaginent, mais il agit patiemment à cause de vous, ne voulant pas qu'aucun périsse.

lundi 11 janvier 2016

Ils promettent la liberté quand eux-mêmes sont esclaves de la corruption




II Pierre II 17-19

Ce sont des fontaines sans eau, des nuées agitées par un tourbillon. La profondeur des ténèbres leur est réservée. Avec leurs théories oiseuses et vides, ils attirent dans les convoitises de la chair.[...]
Ils promettent la liberté quand eux-mêmes sont esclaves de la corruption.

dimanche 10 janvier 2016

Blasphémant ce qu'ils ne connaissent pas




II Pierre II 12-14
[...] blasphémant ce qu'ils ne connaissent pas, ils périront par leur propre corruption. Ce sera le salaire de leur iniquité. Ils regardent comme jouissance les plaisirs d'un jour [...]
Ils ont les yeux pleins d'adultère et d'un péché qui ne cesse jamais. Ils attirent les âmes inconstantes.[...] 
Délaissant la voie droite, ils se sont égarés.

samedi 9 janvier 2016

Il a délivré Lot ayant chaque jour son âme tourmentée de leurs œuvres détestables




II Pierre II 7- 8
il a délivré le juste Lot, opprimé de l'outrage de ces scélérats par ce qu'il voyait et ce qu'il entendait, habitant au milieu d'eux, ayant chaque jour son âme vertueuse tourmentée de leurs œuvres détestables.

vendredi 8 janvier 2016

Le Seigneur sait délivrer de l'épreuve les hommes pieux



II Pierre II 9 -10

le Seigneur sait délivrer de l'épreuve les hommes pieux, et réserver les méchants pour être punis au jour du jugement, surtout ceux qui s'abandonnent aux impures convoitises de la chair et méprisent la souveraineté. Audacieux et arrogants, ils ne craignent pas de blasphémer [...]